BFMTV

En Suisse, les autorités sanitaires alertent sur le manque d'efficacité des visières anti-Covid-19

Des personnes portant des visières de protection dans un centre de tests du Covid-19 à Srinagar, dans le Cachemire indien, le 16 juillet

Des personnes portant des visières de protection dans un centre de tests du Covid-19 à Srinagar, dans le Cachemire indien, le 16 juillet - TAUSEEF MUSTAFA © 2019 AFP

Si les visières peuvent être utilisées en complément d'un masque, elles ne le doivent pas le remplacer, selon l'Office fédéral de la santé publique suisse.

Alors que le thermomètre grimpe ce samedi, le masque chirurgical, nécessaire pour se protéger contre le coronavirus, peut devenir difficile à supporter. Certaines personnes seraient donc tentées de le remplacer par une visière en plastique. Contrairement aux apparences, ces dernières ne protègeraient cependant pas aussi bien qu'un masque, alertent plusieurs spécialistes.

En Suisse, l'Office fédéral de la santé publique suisse a fait ce constat après une série de contaminations dans un hôtel, rapporte le site d'informations 24 heures. Plusieurs employés qui portaient un masque n’ont pas été contaminés au coronavirus, contrairement à ceux qui portaient une visière.

Elles ne protègent pas des particules en suspension

En France, l'institut national de recherche et de sécurité (INRS) rappelle que les écrans faciaux "n’ont pas l’efficacité des masques de protection respiratoire".

Ces visières vont arrêter les "grosses gouttelettes émises immédiatement après une toux par une personne à proximité", mais elles "ne permettent pas de protéger des particules restant en suspension", poursuit-il.

Un complément au masque

Les visières peuvent donc être utilisées, mais uniquement en complément d'un masque. Elles restent très utiles pour des individus qui ont besoin de se protéger les yeux en cas de contact rapproché avec du public qui ne porte pas de masque, dans la restauration notamment.

Ce mercredi, l'Office fédéral de la santé publique suisse a rappelé qu'un masque est nécessaire dès que la distance de 1,5 mètre n'est plus maintenue.

Cyrielle Cabot Journaliste BFMTV