BFMTV
en direct

Covid-19: la baisse du nombre de patients hospitalisés se poursuit

Covid-19: la baisse du nombre de patients hospitalisés se poursuit

Un centre de vaccination contre le Covid-19 près de Toulouse a été vandalisé dans la nuit et 500 doses ont été détruites

Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés et de ceux en soins critiques a connu une nouvelle baisse dimanche, même si la pression hospitalière reste forte par endroits.

C'est la fin de ce live

Merci à tous de l'avoir suivi.

>> Retrouvez ici tous les chiffres du Covid.

La baisse du nombre de patients hospitalisés se poursuit

Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés et de ceux en soins critiques a connu une nouvelle baisse dimanche, selon les chiffres publiés par Santé publique France.

Le nombre de patients hospitalisés, qui était repassé jeudi sous la barre des 11.000, a de nouveau légèrement diminué, à 10.644 contre 10.654 samedi, avec 227 malades admis dans les dernières 24 heures (contre 424 la veille). Sept jours auparavant, on comptait 11.092 patients.

Du côté des soins critiques, qui accueillent les malades les plus graves, la baisse se poursuit modestement: avec 2.217 patients contre 2.223 la veille, dont 60 admis dans les dernières 24 heures. Une semaine auparavant, ces services accueillaient 2.276 patients.

>>> Lisez notre article

Israël va rouvrir ses portes aux groupes de touristes

Après un mois de pause en raison d'une nouvelle vague de contamination au Covid-19, Israël va rouvrir ses portes à partir du 19 septembre aux groupes de touristes étrangers, ont annoncé dimanche les autorités.

Fort d'une intense campagne de vaccination à l'hiver, l'Etat hébreu avait déconfiné l'essentiel de son économie au printemps et autorisé en mai des groupes de touristes étrangers à entrer dans le pays en suivant le protocole sanitaire.

Mais les autorités avaient gelé ce programme le 11 août en raison d'un nouvel afflux de cas liés au variant Delta, notamment chez les non vaccinés.

La semaine dernière, lors de la rentrée scolaire, le pays a enregistré un record, avec environ 11.000 infections en une journée. Depuis le nombre a diminué pour passer à 4.975 contaminations samedi, selon le ministère de la Santé qui a aussi fait état d'une réduction des cas graves.

Irak: seulement 40.000 pèlerins autorisés à Kerbala cette année

L'Irak n'autorisera que 40.000 étrangers, dont 30.000 Iraniens, à participer au pèlerinage chiite d'Arbaïn fin septembre dans la ville sainte de Kerbala, en raison de la pandémie de Covid-19, ont annoncé dimanche les autorités sanitaires.

Ils étaient 14 millions en 2019, selon les chiffres officiels, dont un tiers d'étrangers venus en grande majorité d'Iran, du Golfe, du Pakistan et du Liban.

Mais l'an dernier déjà, Bagdad avait limité le nombre de pèlerins étrangers à 1.500 par pays à cause des risques de contamination au coronavirus.

Israël prêt à distribuer une quatrième dose de vaccin anti-Covid

Salman Zarka, le responsable israélien de la lutte contre le Covid-19, a déclaré samedi qu'il faudrait sans doute recevoir une quatrième dose de vaccin, alors que le pays permet déjà à toutes les personnes âgées de 12 ans et plus d'en recevoir une troisième.

"Puisque le virus est là et qu'il va persister, nous devons nous préparer à une quatrième injection", a-t-il déclaré, rapporte le Times of Israel.

Il n'a pas pour autant donné de calendrier concernant une nouvelle campagne d'injection.

"C'est notre vie à partir de maintenant, par vagues", a-t-il ajouté.

"On a baissé de 20% le nombre de cas en une semaine", déclare Jérôme Salomon

"On a une quatrième vague qui évolue favorablement puisque on a baissé de 20% le nombre de cas en une semaine, même si la situation reste très difficile dans les outre-mer", explique le Directeur Général de la Santé.

Le nombre de personnes hospitalisées diminue en effet depuis plusieurs jours, même en réanimation.

"Il y aura une fin à cette pandémie" assure Jérôme Salomon

"On sait, et c'est un élément important, qu'il y aura un moment où ce virus soit disparaitra soit deviendra complètement banal. Il y aura une fin à cette pandémie, la date de cette fin je crois que personne n'est capable de la donner" déclare Jérôme Salomon. Et "plus on est mobilisé, plus cette fin sera proche".

Selon lui, avec la prise des consicence des Français de la situation sanitaire et la vaccination, "on est en bonne voie pour la vie normale".

Variant Mu: "il est totalement anecdotique en France" déclare Jérôme Salomon

Interrogé sur la circulation du nouveau variant appelé Mu, le Directeur Général de la Santé a assuré que "depuis qu'il a émergé, il est totalement anecdotique en France, c'est vraiment quelques cas sporadiques, souvent importés".

Ce virus est "bien connu" assure Jérôme Salomon. Il rappelle que "les virus font la compétition entre eux, et que le plus contagieux l'emporte, hors comme on est aujourd'hui en Europe avec un variant Delta très contagieux, on a priori pas beaucoup d'inquiétudes pour le moment pour un variant Mu".

"On n'est pas parti pour 15 ans avec le pass sanitaire" assure Jérôme Salomon

"Il y a une bonne adhésion aujourd'hui au pass sanitaire. Les gens ont aussi compris que c'était un dispositif de réduction des risques temporaire, parce qu'on n'est pas parti pour 15 ans avec le pass sanitaire" a assuré le Directeur Général de la Santé. "C'est parce que la situation l'exige".

Selon lui c'est grâce à ce système que les commerces et lieux de loisirs et de culture ont pu rester ouverts cet été. Il ne donne toutefois pas de date pour la fin du pass sanitaire.

"Tout ce qu'on espère c'est qu'avec cette rentrée sous contrôle, avec une campagne de vaccination réussie, on ait de nouveau la maitrise de l'épidémie, on peut y arriver".

Vaccin obligatoire en Nouvelle-Calédonie: "une décision claire et extrêmement courageuse" pour Jérôme Salomon

Interrogé sur le vaccin obligatoire en Nouvelle-Calédonie, le Directeur Général de la Santé a qualifié la décision de "claire et extrêmement courageuse", rappelant que le taux de vaccination est très bas sur ce territoire.

Cette décision a été prise au niveau locale en observant "la situation en Polynésie française" explique Jérôme Salomon. "Quand le variant Delta arrive sur une population insuffisamment vaccinée, il y a des conséquences considérables".

En France "on est en train de favoriser cette adhésion à la vaccination", via le pass sanitaire, assure-t-il.

Pfizer chez les médecins de ville et pharmaciens: "c'est imminent"

Interrogé sur l'arrive des vaccins Pfizer chez les médecins de ville et les pharmacies, Jérôme Salomon a assuré que c'était "imminent. On est en train de faire en sorte que tous ces vaccins soient disponibles".

Il a assuré que ces doses allaient arriver dans ces établissements dans les jours qui viennent, et que des commandes avaient déjà été passées par les soignants. "On a l'objectif que tous les centres aient accès à tous les vaccins", assure le Directeur Général de la Santé.

Il a également rappelé que "l'on peut se vacciner en croisant les vaccins, il n'y a aucune différence. Quelqu'un qui a eu du Pfizer peut avoir du Moderna".

"Quand on est vacciné on a dix fois moins de risque de se retrouver en réanimation" assure Jérôme Salomon

"Quand on est vacciné on a dix fois moins de risque de se retrouver en réanimation" à cause du Covid-19 explique le Directeur Général de la Santé, "c'est quand même quelque chose d'énorme en terme de prévention", souligne Jérôme Salomon.

De plus, "plus les personnes sont vaccinées dans un collectif, moins le virus circule. On forme une barrière colelctive, un bouclier collectif", explique-t-il, "les territoires les plus vaccinés sont ceux aussi où l'incidence est la plus faible".

Antilles: "ce dimanche on a dépassé plus de 100 évacuations sanitaires transatlantiques", déclare Jérôme Salomon

La situation sanitaire dans les territoires des Antilles s'est fortement dégradée cet été, et "en tout 1800 professionnels de santé sont partis en quatre semaines, des cargos entiers, des traitements, des vaccins..." de la métropole vers ces départements d'outre-mer, a expliqué le Directeur Général de la Santé. "C'est un énorme effort".

Evoquant un "élan de solidarité historique, inédit", il déclare que "ce dimanche on a dépassé plus de 100 évacuations sanitaires transatlantiques" vers l'hexagone, "quelque chose qu'aucun autre pays ne fait".

"On n'en est pas du tout à la vaccination des enfants" de moins de 12 ans assure Jérôme Salomon

"On n'en est pas du tout à la vaccination des enfants" de moins de 12 ans, a précisé Jérôme Salomon sur BFMTV, alors que d'autres pays vaccinent des personnes plus jeunes.

Ce "pour plein de raisons, d'abord parce qu'il manque des données scientifiques, ensuite parce que les études sont en cours et donc on va s'adapter à l'évolution des connaissances scientifiques".

Vaccin: "il reste quelques millions de personnes à convaincre", déclaré Jérôme Salomon

"Il y a à peu près 57 millions de Français qui sont éligibles à la vaccination, on approche les 50 millions, il reste quelques millions de personnes à convaincre", a déclaré le Directeur Général de la Santé. "La grande priorité se sont les plus fragiles, âgées".

Selon lui, il y a "un vrai engouement des adolescents" pour la vaccination.

Vaccin: Jérôme Salomon conseille aux personnes ayant des doutes de poser leurs questions aux médecins

Jérôme Salomon conseille aux personnes ayant des doutes sur les vaccins "d'aller voir les professionnels de Santé, d'aller discuter avec la pharmacienne, avec les personnes dans les centres en se disant 'peut-être que je vais me faire vacciner mais j'ai encore des questions'".

"C'est vraiment le moment d'aller rencontrer les professionnels de santé, de consulter les ARS, ce dialogue est utile et chaque vaccination supplémentaire sera très importante", appuie-t-il.

Manifestations anti-pass sanitaire: "je ne suis pas inquiet" déclare Jérôme Salomon

"Nous sommes dans une période décisive, cruciale, un tournant important de cette quatrième vague, il me semble que nous sommes tous vigilants en cette rentrée" a déclaré sur BFMTV le Directeur Général de la Santé Jérôme Salomon ce dimanche.

Mais il dit être "confiant parce que je trouve que les Français font preuve de plus en plus de collectif, ils ont compris l'interet de la vaccination (...) je ne suis pas inquiet", assure-t-il.

Jérôme Salomé invité de BFMTV à 12h00

Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, sera sur le plateau de BFM Politique à partir de 12h00.

75% des Italiens favorables au pass sanitaire

Environ 75% des Italiens sont favorables à l'utilisation du pass sanitaire et à son extension plus large pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, selon un sondage publié dimanche par le quotidien La Stampa.

Jusqu'à présent, ce pass sanitaire, appelé "green pass" en Italie, était obligatoire seulement pour le personnel sanitaire. A partir du 1er septembre, son utilisation obligatoire a été étendue au personnel enseignant ainsi qu'aux passagers des trains longue distance, navires, avions et bus.

En ce qui concerne l'introduction de ce pass sanitaire pour le personnel enseignant, 76,1% des Italiens interrogés se disent favorables contre 21,4% opposés et 75,4% se disent favorables à son utilisation dans les moyens de transports mentionnés contre 21,9% qui y sont opposés.

La Polynésie au défi de la barre des 70% de vaccinés

Face à la vague épidémique, la Polynésie est lancée dans un marathon pour relever sensiblement le niveau de vaccination d'une population parfois réticente, après les débuts poussifs de sa campagne d'injections.

Mais pour atteindre la barre de 70% il faut expliquer, rassurer, convaincre, car "aujourd'hui tout le monde est sur internet et les réseaux sociaux" où la peur du vaccin est alimentée par les "rumeurs" sur la dangerosité du virus.

A la Réunion, "la situation épidémique s'améliore franchement", assure l'ARS

"La situation épidémique s'améliore franchement depuis trois semaines", à la Réunion a assuré sur FranceInfo ce dimanche Martine Ladoucette, directrice générale de l’Agence Régionale de la Santé de l'île de La Réunion. Et ce "en dépit de la rentrée scolaire qui était pour nous un cap à franchir".

Dans ce département d'outre-mer, le taux d'incidence sur sept jours est actuellement de 161,9 pour 100.000 habitants, un chiffre très proche du niveau national qui est de 155,1

"Nous avons une baisse sur l'occupation des lits en réanimation et en médecine Covid", a poursuivi Martine Ladoucette, même s'il y a encore "suroccupation" pour le moment.

Sur l'île, le confinement sera levé en semaine et le couvre-feu repoussé à 21 heures dès lundi, avait annoncé jeudi le préfet en maintenant le week-end l'interdiction de se déplacer en dehors d'un rayon de 10 km et de sortir entre 19h00 et 5h00.

Vaccination sans rendez-vous ce dimanche encore en France

"Tous les centres de vaccination proposeront de la vaccination sans rendez-vous ce week-end, des opérations éphémères seront mises en place sur le territoire et il sera toujours possible de se vacciner dans un grand nombre de centres commerciaux" ces samedi et dimanche, avait indiqué le ministère de la Santé dans un communiqué vendredi.

Baptisée "A la rentrée, tous vaccinés", cette opération vise à "permettre au plus grand nombre de pouvoir se faire vacciner". Les informations sur les lieux de vaccination durant ce week-end figurent sur les sites des Agences régionales de santé (ARS).

"En cette période de rentrée et d'intensification des brassages de population, les risques de contamination augmentent, alors que le virus circule toujours", poursuit le ministère, en soulignant que "moins de 10 millions de Français éligibles à la vaccination n'ont pas encore reçu leur première dose".

Le nombre de premières injections en baisse

Le nombre de premières injections de vaccin anti-Covid-19, fortement à la baisse au mois d'août, continue de décliner début septembre. Un peu plus de 100.000 premières doses sont réalisées chaque jour, contre plus de 300.000 au début du mois d'août.

Depuis le début de la campagne de vaccination, 49.101.185 personnes ont reçu au moins une injection (soit 72,8% de la population totale) et 45.400.422 personnes ont désormais un schéma vaccinal complet (soit 67,3% de la population totale).

Le nombre de patients hospitalisés sous la barre des 11.000

Le nombre de patients hospitalisés, qui était repassé jeudi sous la barre des 11.000, a de nouveau légèrement diminué, à 10.654 contre 10.816 vendredi, avec 424 malades admis dans les dernières 24 heures (contre 624 la veille). Sept jours auparavant, on comptait 11.052 patients.

Les services de soins critiques, qui accueillent les malades les plus graves, traitent désormais 2223 patients - dont 124 admis dans les dernières 24 heures -, contre 2259 vendredi, et 2259 également samedi 28 août.

Depuis une dizaine de jours, le nombre de patients admis dans les unités de soins intensifs oscille entre 2200 et près de 2300 sans montrer une tendance nette à la baisse.