BFMTV
en direct

Covid-19: le gouvernement ne veut pas confiner le week-end en Île-de-France

Des personnes se rassemblent le long de la Seine pour profiter d'un après-midi ensoleillé, à Paris, le 28 février 2021

Des personnes se rassemblent le long de la Seine pour profiter d'un après-midi ensoleillé, à Paris, le 28 février 2021 - THOMAS COEX © 2019 AFP

Le Conseil de défense de ce mercredi doit examiner les restrictions à mettre en place dans les 20 départements "sous surveillance". Le confinement le week-end est une option, mais pas la seule.

Fin du live

Ce live est maintenant terminé, merci de l'avoir suivi.

Le Pas-de-Calais confiné le week-end, selon plusieurs sources

Parmi les 20 départements sous surveillance renforcée, seul le Pas-de-Calais pourrait être concerné par un confinement le week-end, selon des informations de BFMTV, et de plusieurs autres médias mercredi soir. "Le Pas-de-Calais, seul département qui va être confiné le week-end" écrit l'AFP, d'après une source gouvernementale.

Selon nos informations, un consensus des élus locaux se dessine autour de cette mesure, alors que les chiffres de l'épidémie sont plus élevés dans cette zone qu'en Île-de-France.

Etats-Unis: la levée des restrictions anti-Covid dans certains États relève d'un "raisonnement préhistorique", dit Joe Biden

Le président américain Joe Biden a affirmé mercredi que la levée des restrictions anti-Covid dans les États du Texas et du Mississippi, notamment de port du masque, découlait d'un "raisonnement préhistorique" et menaçait les progrès faits contre le virus.

"La dernière chose dont nous avons besoin est d'un raisonnement préhistorique qui affirme que tout va bien actuellement, 'retirez vos masques', 'oubliez-tout ça'. Cela reste important", a-t-il déclaré à la presse dans le Bureau ovale de la Maison Blanche.

Vaccins: le Premier ministre italien demande à l'UE un "coup d'accélérateur"

Le Premier ministre italien Mario Draghi a demandé à la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen un "coup d'accélérateur" de la réponse européenne à la pandémie, "surtout concernant les vaccins", lors d'un entretien téléphonique mercredi.

"L'objectif prioritaire d'un coup d'accélérateur de la réponse européenne au Covid-19, surtout concernant les vaccins, a été au centre de leur échange de vues", a précisé la présidence du Conseil italien dans un communiqué.

Ursula von der Leyen a de son côté posté un tweet dans lequel elle a simplement indiqué avoir "discuté de la coopération sur la production et de la livraison de vaccins".

Sarkozy a dit à Macron qu'il fallait "vacciner matin et soir, vacciner sept jours sur sept

L'ancien président français Nicolas Sarkozy, interviewé sur TF1 ce mercredi soir, a déclaré avoir "dit au président de la République que la seule solution contre le Covid, c'est vacciner, vacciner matin et soir, vacciner sept jours sur sept".

"Le problème n'est pas le confinement, le problème c'est le virus, le virus sous toutes ses formes, et la seule réponse à ce virus, c'est la vaccination", a-t-il martelé. "Il faut vacciner jour et nuit, sept jours sur sept, c'est la seule façon de s'en sortir".

3,133.478 Français vaccinés avec une dose

3,133.478 Français avaient reçu une dose de vaccin mardi soir, soit 91.173 premières doses supplémentaires distribuées en 24 heures, selon les données du gouvernement.

Parmi les personnes vaccinées, 1,705.966 ont reçu une seconde dose.

Le Conseil d'État juge "disproportionnée" l'interdiction de sortie des résidents d'Ehpad

Le Conseil d'État a jugé mercredi "disproportionnée" la recommandation du ministère des Solidarités et de la Santé d'interdire totalement les sorties aux résidents d'établissements pour personnes âgées, une mesure prise dans le cadre de la lutte contre l'épidémie de coronavirus.

Saisi par les enfants d'une résidente, le juge des référés "suspend" cette interdiction, estimant que "la majorité des résidents ont été vaccinés" et que des mesures peuvent désormais être prises par "les directeurs d'établissement au cas par cas", selon un communiqué de la haute juridiction administrative.

326 morts du Covid-19 dans les dernières 24 heures

D'après le dernier bilan de l'épidémie de Covid-19 en France, publié mercredi soir, 326 personnes sont mortes du coronavirus à l'hôpital dans les dernières 24 heures, contre 301 mardi soir.

26.788 cas de Covid-19 ont été detectés dans en une journée (22.857 hier).

25.111 personnes sont actuellement à l'hôpital pour des cas de Covid, 1622 nouveaux patients ont été enregistrés dans les dernières 24 heures. 3637 personnes sont en réanimation, 322 de plus depuis mardi. Bien qu'élevés, les chiffres d'admissions quotidiennes sont en légère baisse.

Les pompiers volontaires pour accélérer la vaccination

La Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF) a assuré mercredi "être prêt(e) à apporter (son) concours" afin d'accélérer la campagne de vaccination contre le Covid-19.

"Face à l'urgence, les sapeurs-pompiers sont prêts et se tiennent à disposition des autorités", a assuré la FNSPF dans un communiqué.

Elle propose "un apport de savoir-faire et de moyens techniques et logistiques", grâce à ses plus de 6200 centres de secours répartis sur l'ensemble du territoire et souligne la capacité de ses "membres du service de santé" à réaliser directement les actes de vaccination ainsi qu'à participer à la formation des autres pompiers.

AstraZeneca: nouvelles données sur l'efficacité chez les plus de 80 ans

L'injection d'une seule dose de vaccin AstraZeneca/Oxford contre le Covid-19 permet de réduire de plus des trois-quarts le risque d'hospitalisation des personnes à risque de plus de 80 ans, montre mercredi une pré-étude britannique basée sur des données réelles d'hospitalisation.

Ces résultats, pas encore relus par des chercheurs indépendants, s'ajoutent à d'autres données récentes qui concluent que ce vaccin - que plusieurs pays ne recommandent pas au-delà de 65 ans - est bien sûr et efficace chez les personnes âgées.

"Il faut vacciner jour et nuit, il faut vacciner énormément", déclare Philippe Juvin

"Je pense qu'il faut vacciner beaucoup plus vite parce que c'est cela la solution" déclare mercredi sur BFMTV Philippe Juvin, chef des urgences à l'hôpital Pompidou (Paris). "Il faut vacciner jour et nuit, il faut vacciner énormément, c'est comme cela que les Anglais sont en train de s'en sortir".

En France la vacination, commencée il y a deux mois, "décolle, mais ça ne va pas assez vite", répète-t-il.

La Grèce prolonge son confinement jusqu'au 16 mars

La Grèce a annoncé mercredi que le confinement dû au coronavirus serait à nouveau prolongé jusqu'au 16 mars et s'accompagnerait de mesures encore plus restrictives, alors que le pays traverse la période "la plus dure de la pandémie". Le pays, confiné depuis le 7 novembre 2020, a connu mercredi son plus fort taux quotidien d'infections, avec plus de 2.00 nouveaux cas, a déclaré à la presse le ministre grec de la Santé Vassilis Kikilias.

"Nous traversons la partie la plus dure de cette pandémie", a-t-il prévenu. "Au rythme où vont les nouvelles hospitalisations, le système de santé dépasse ses limites en termes d'infrastructures et de personnel", a-t-il dit, insistant sur "la hausse importante" des contagions au variant anglais du coronavirus.

Le gouvernement ne veut pas confiner le week-end en Île-de-France

Selon plusieurs sources gouvernementales à BFMTV, l’exécutif ne veut pas confiner le week-end en Île-de-France. Seulement une "poignée" de départements se verraient imposer cette restriction: "On veut vraiment utiliser ce confinement week-end en dernier recours", explique-t-on.

En revanche, "la contrepartie de ne pas confiner le week-end, c’est qu’il faut faire comprendre aux habitants qu’ils doivent rester chez eux (…) Il faut vraiment faire gaffe", explique une source, "L’étape d’après, c’est un confinement lourd, avec les écoles fermées".

SONDAGE BFMTV - 65% des Français opposés à un couvre-feu à 18 heures la semaine et un confinement le week-end

Selon dernier le sondage réalisé par Elabe pour BFMTV et diffusé ce mercredi, 65% des personnes interrogées se déclarent opposées au couvre-feu à 18 heures la semaine et à un confinement national le week-end.

Interrogés sur la mise en place d'un pass sanitaire - qui pourrait par exemple conditionner l'accès à des lieux publics sous réserve de la présentation d'un test négatif récent - 52% des sondés se disent opposés, dont 31% "très opposés" et 21% "assez opposés".

Quatre nouveaux départements pourraient être placés en surveillance renforcée

20 départements ont été placés sous "surveillance renforcée" par le gouvernement la semaine dernière. Depuis, quatre autres territoires ont franchi le seuil limite, dépassant le taux d'incidence de 250 pour 100.000 habitants : l'Aisne, l'Aube, les Alpes-de-Hautes-Provence et les Hautes-Alpes.

Ils pourraient passer à leur tour sur la liste des départements sous surveillance.

La justice retoque l'autorisation donnée à la fête foraine de Chalon-sur-Saône

La justice a suspendu mercredi l'arrêté du maire LR de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret, autorisant la fête foraine dans sa ville en dépit d'une interdiction préalable de la préfecture. Le juge des référés du tribunal administratif de Dijon, saisi par le préfet de Saône-et-Loire, a suspendu l'arrêté du maire du 1er mars 2021 autorisant la fête foraine du 5 au 14 mars 2021.

"Nous estimons que ces conditions sanitaires sont désormais réunies et c’est pourquoi, ce lundi matin, j’ai signé un arrêté autorisant la fête foraine à Chalon du 5 au 14 mars !", avait déclaré le maire de la ville ce lundi.

La production de vaccins manque de matériel et de personnel, explique Agnès Pannier-Runacher

La production de vaccins anti-Covid 19 est ralentie par un manque de matériel, notamment des flacons, et de personnel pour assurer leur fabrication, a expliqué mercredi la ministre française de l'Industrie, espérant une accélération des partenariats entre groupes pharmaceutiques.

"Le point bloquant, aujourd'hui, c'est les goulots d'étranglement en termes de fourniture de cuves, de fourniture de bouchons, de fourniture de flacons, de fourniture de capsules", a énuméré Agnès Pannier-Runacher, lors d'une audition à l'Assemblée nationale.

Parallèlement aux questions matérielles, il y a "des goulots d'étranglement en termes de disponibilité des experts qui sont capables de déployer ces chaînes de production", a poursuivi la ministre déléguée à l'Industrie.

Jean Castex prendra la parole ce jeudi à 18h

Au cours de son point presse, le porte-parole du gouvernement a assuré qu'une conférence de presse du gouvernement serait organisée ce jeudi.

Selon des informations obtenues par BFMTV, cette dernière aura lieu à 18h, en présence du Premier ministre Jean Castex et du ministre de la Santé Olivier Véran.

"Demain, le Premier ministre tiendra une conférence de presse et donnera les suites à ce qu’il a annoncé la semaine dernière", avait prévenu Gabriel Attal.

Le vaccin AstraZeneca accessible "chez les médecins généralistes et chez les pharmaciens"

En ce qui concerne la vaccination, Gabriel Attal a souligné que "plus de 80% des Ehpad" avaient été vaccinés et que la France avait immunisé "plus de personnes de plus de 75 ans que les autres pays européens."

"Le vaccin AstraZeneca est accessible à toutes les personnes de plus de 50 ans atteintes de comorbidités. Il est accessible partout chez les médecins généralistes et chez les pharmaciens. Les études ont montré qu’il était efficace contre les formes graves de la maladie", a-t-il ajouté.

Vers des allégements en avril?

Lors de ce point presse, Gabriel Attal a également fixé un horizon de sortie de crise "mi avril" avec potentiellement un allégement des mesures restrictives en France, à condition d'une unité commune face à la maladie.

"J'ai un message: tenons-bon, ne nous résignons pas, nous allons affronter des épreuves, mais le retour à des vies normales est en vue, tous nos exutoires rouvriront, nous mesurons les effets de l’épidémie et c’est un horizon au bout du tunnel que nous devons avoir en vue", a-t-il précisé.

Le gouvernement tiendra une conférence de presse ce jeudi

Après avoir évoqué la situation sanitaire en France et rappelé la stratégie mise en place par le gouvernement afin de circonscrire la diffusion du Covid-19 sur le territoire, Gabriel Attal a confirmé qu'une conférence de presse du gouvernement aura lieu ce jeudi.

Pour l'heure, les participants n'ont pas encore été annoncés.

Attal évoque "une montée continue et préoccupante" des contaminations

Au cours de ce même point presse tenu à l'issue du Conseil des ministres, Gabriel Attal a rappelé que les chiffres de contaminations en France n'étaient pas bons, malgré des disparités territoriales.

"Nous portons toute notre attention sur les données sanitaires. [...] La contamination augmente, cela se constate dans plusieurs pays confinés depuis plusieurs mois. Ce n'est pas une explosion, mais une montée continue", a-t-il détaillé.

"Il y a une disparité de situations qui appelle des réponses différentes", assure Attal

Lors de son point presse organisé ce mercredi à la mi-journée, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a fait le point sur la situation sanitaire dans le pays. Pour lui, il est important de voir qu'il existe "une disparité de situations qui appelle des réponses différentes."

"Toute la France n’est pas touchée de manière homogène. [...] Notre stratégie consiste à tenir ensemble, en mobilisant les outils de tests, le déploiement de nouveaux type de tests, le couvre-feu avancé depuis le début du mois de janvier qui nous a permis de tenir", a-t-il détaillé.

Le docteur Jean-Daniel Flaysakier juge "impensable" que des soignants refusent de se faire vacciner

Pourquoi si peu de soignants sont-ils vaccinés contre le Covid-19? Interrogé par Le Figaro, Santé publique France assure qu'en Ehpad, un peu plus d'un tiers des professionnels de santé (37%) sont vaccinés. Du côté de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), seulement 34% du personnel médical a reçu au moins une dose au 26 février a appris BFMTV. Avec le risque, donc, pour les autres, de transmettre le Covid-19 à leurs patients.

"C'est inacceptable de la part de soignants", a réagi ce mardi soir sur BFMTV le docteur Jean-Daniel Flaysakier, ancien chef du service santé de France 2. "Ça va accroître la douleur des familles qui vont perdre l'un de leurs membres, ça va faire le bonheur des avocats chasseurs d'ambulances qui n'attendent que ça."

"Chaque année, il y a des grippes nosocomiales avec des gens affaiblis qui meurent", a-t-il poursuivi. "Là c'est encore pire parce qu'on se retroue face à des persones affaiblis, avec des défenses immunaitaires diminuées... Et dans les lits d'hôpitaux où on est censés les soigner, on vient leur apporter une infection qui dans un certain nombre de cas va les conduire en réanimation et pour d'autres va les tuer."

Et Jean-Daniel Flaysakier de conclure: "Que des personnels soignants ne comprennent pas l'importance de se protéger eux, de protéger ces gens et sortent des arguments conspirationnistes glanés sur des sites à la con, je trouve ça impensable", tance-t-il. "La dimension pasteurienne de la santé dans ce pays a bel et bien disparu."

Une réunion sur "l'après-Covid" organisée en fin de journée à l'Élysée

Pass sanitaire, QR code... une réunion pour préparer l'après-Covid aura lieu aujourd’hui à 17 heures, confirme l'Élysée. Voici les principales pistes étudiées par l'exécutif.

Explosion près d'un centre de dépistage Covid-19 aux Pays-Bas

Un explosif s'est enclenché près d'un centre de dépistage Covid-19 de Bovenkarpsel en Hollande-Septentrionale, a déclaré la police néerlandaise, ajoutant qu'aucun blessé n'a été signalé.

"Près du centre de dépistage du service local de santé publique à Bovenkarspel, un explosif s'est enclenché à 6h55. Des fenêtres ont été détruites, pas de blessés. La police enquête. Le périmètre a été bouclé", a affirmé la police dans un communiqué.

Le président de la région Paca s'oppose à un confinement le week-end et au couvre-feu à 18h

Pour Renaud Muselier, toutes les restrictions n'ont pas fait la preuve de leur efficacité. Invité de BFMTV-RMC, le président LR de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur s'est dit hostile à un confinement le week-end dans les Bouches-du-Rhône, moins touchées que d'autres départements de la région comme les Alpes-Maritimes.

L'élu n'est pas non plus "très favorable" au couvre-feu à 18 heures. "Il est nécessaire à 20 heures, mais il n'y a aucune preuve que ça améliore la lutte contre la circulation (du virus) entre 18 et 20 heures", assure-t-il.

"Est-ce qu'il ne faut pas confiner 15 jours?": des élus s'interrogent face à la progression de l'épidémie à Dunkerque

L'épidémie continue de progresser dans la région de Dunkerque: le taux d'incidence - le nombre de cas confirmés sur sept jours pour 100.000 habitants - a désormais dépassé les 1000 dans la communauté urbaine - c'est le taux le plus élevé de France métropolitaine.

"Il y a une nette progression de l'épidémie sur le Dunkerquois, lié sans doute à l'omniprésence du variant anglais", note auprès de BFMTV le biologiste Antoine Crinquette. "Parmi les tests positifs, il y a plus de 95% de variants anglais."

À l'hôpital, la pression se fait nettement sentir. 79 patients ont déjà dû être transférés vers d'autres établissements et pour la première fois ce mardi, deux malades ont même dû être évacués vers une autre région. Face à cette situation, certains élus se demandent si le confinement local le week-end, débuté vendredi dernier, sera suffisant.

"Est-ce qu'il ne faut pas confiner 15 jours pour endiguer cette pandémie? Retarder la reprise scolaire qui est la semaine prochaine?", s'interroge ainsi le maire PS de Grande-Synthe, Martial Beyart.

"On ne peut pas rester avec cette pression": Pialoux s'inquiète du nombre de patients hospitalisés

Près de 3600 personnes atteintes du Covid-19 étaient soignées en réanimation ce mardi soir, un chiffre en légère hausse par rapport à la veille, selon les dernières données de Santé publique France.

"Je ne vois pas comment on peut diminuer cette pression sans passer par une mesure de confinement", a réagi sur BFMTV Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital Tenon, à Paris. "On ne peut pas rester avec cette pression là."

"Après le périmètre (de ce confinement), l'espace-temps... c'est aux politiques que cela appartient", a-t-il poursuivi, avant de préciser: "Plus la pression sera haute dans les hôpitaux et les réanimations, plus il va falloir de temps pour que ces mesures soient efficaces."

Un couvre-feu mis en place à partir de ce dimanche en Guadeloupe

La Guadeloupe va introduire un couvre-feu à compter de ce dimanche face à la progression du variant britannique du coronavirus, particulièrement contagieux, et la détection d'un autre variant, "brésilien ou sud-africain", a annoncé mardi son préfet Alexandre Rochatte.

Il a été décidé de mettre en place "un couvre-feu qui s'installera à compter du dimanche 7 mars 2021, de 22 heures à 6 heures, selon des modalités qui seront précisées d'ici à la fin de la semaine" et d'instaurer par ailleurs "le huis clos sportif", a-t-il indiqué au cours d'une conférence de presse.

Les compétitions sportives se tiendront "sans public" et "les salles de sport, de remise en forme et de fitness seront fermées à compter du lundi 8 mars, à l'exception des activités pour les compétitions et la pratique de haut niveau (sportifs inscrits sur la liste "haut niveau"), scolaire, périscolaire, extrascolaire et universitaire et les personnes munies d'une prescription médicale".

"Les salles de jeux et salles d'exposition seront fermées à compter de la même date", précise aussi la préfecture dans un communiqué.

"La situation est plutôt à l'aggravation puisque nous avons un doublement quasiment des cas et des taux d'incidence", a indiqué Valérie Denux, directrice générale de l'Agence régionale de santé, lors d'un point de situation mardi. 308 cas positifs de résidents ont été relevés en Guadeloupe entre le 22 et le 28 février, contre 166 la semaine précédente.

Le Conseil de défense réuni ce mercredi matin

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à l'évolution de l'épidémie de Covid-19. Le Conseil de défense prévu ce mercredi matin doit examiner les éventuelles restrictions à mettre en place dans les 20 départements placés sous "surveillance renforcée" depuis jeudi et la conférence de presse de Jean Castex.

Dans ces zones, le confinement le week-end est une option, mais pas la seule solution, insiste-t-on du côté de l'exécutif. "Si on peut l’éviter, on le fait", assure un ministre à BFMTV. "Chaque week-end de gagné est bon."

Des fermetures de lieux ou de rues, ou des jauges abaissées dans les commerces sont autant d’autres outils pour tenter de ralentir l’épidémie.

BFMTV