BFMTV

E-cigarette: ce que préconise le rapport

La vente des cigarettes électroniques devrait être interdite aux mineurs selon les experts.

La vente des cigarettes électroniques devrait être interdite aux mineurs selon les experts. - -

Interdiction dans les lieux publics, vente dans les établissements agréés, interdiction aux mineurs: le rapport d'experts sur la cigarette électronique, rendu public ce mardi, propose des mesures fortes mais pas d'interdiction pure et simple du produit.

Pas d'interdiction mais un encadrement strict. Les experts ont rendu publiques leurs recommandations pour l'usage de la cigarette électronique, ce mardi, via un rapport de 292 pages.

S'ils conseillent de ne pas interdire l'utilisation de cet appareil, qu'il contienne ou non de la nicotine, les experts réunis autour du pneumologue Bernard Dautzenberg, en charge du rapport commandé le 5 mars dernier par la ministre de la santé Marisol Touraine, afin d'évaluer les "bénéfices et les risques" de ce nouveau substitut à la traditionnelle cigarette, suggèrent toutefois quelques mesures fortes pour en limiter les nuisances.

Le point sur l'essentiel des recommandations.

> Interdiction dans les lieux publics

Pour les experts, la cigarette électronique doit être soumise aux mêmes restrictions que le tabac concernant son usage dans les lieux publics. Aussi, au même titre que la cigarette classique, l'e-cigarette devrait être "interdite dans les endroits où il est interdit de fumer".

> Interdiction aux mineurs

Autre recommandation phare: l'interdiction de la vente de la cigarette électronique aux moins de 18 ans, la crainte principale étant que l'appareil ne favorise l'initiation au tabac chez les jeunes. Pour Bernard Dautzenberg, la e-cigarette représente en effet "un boulevard d'entrée potentiel dans le tabagisme".

Les experts recommandent également que les cigarettes électroniques ne soient pas utilisées par les femmes enceintes ou allaitantes, "du fait de l'absence de toute donnée démontrant leur efficacité et leur totale innocuité dans ces conditions".

> Pas de publicité

Comme pour les produits issus du tabac "classiques", les experts préconisent une "meilleure application" et un "meilleur contrôle" de l'interdiction de la publicité en faveur de l'e-cigarette, "y compris dans les points de vente".

De même qu'ils conseillent l'interdiction de toutes les formes de promotion de l'utilisation des e-cigarettes dans des lieux classés non-fumeurs.

> Un étiquetage détaillé

Concentration, ingrédients, nuisances sanitaires: les emballages des cigarettes électroniques doivent décrire précisément la composition du produit et les risques qu'il peut présenter pour la santé.

Les experts recommandent notamment que soit indiquée "la liste de tous les composants présents à plus de 1% avec leur grammage/ml", "la liste posant éventuellement des problèmes de santé et de sécurité" et "la conformité aux normes de qualité requises pour les produits pharmaceutiques et alimentaires".

Pour ce qui est de la nicotine présente dans l'e-cigarette, "la concentration en nicotine des cartouches et des cartomiseurs remplis et scellés" doit être "identifiable sur le produit lui-même".

> Vente dans les établissements agréés

Enfin, l'interdiction de la vente de l'appareil dans les "supermarchés" et "boutiques généralistes" est également préconisée. Pour les experts, la vente des "produits évoquant le tabagisme", dont l'e-cigarette fait partie, ne doit pouvoir être possible qu'au sein d'"établissements agréés pour cette vente".


A LIRE AUSSI:

>> Cigarette électronique: un rapport préconise l'encadrement