BFMTV
en direct

Covid-19: Macron promet un vaccin pour "tous les Français qui le souhaitent d'ici la fin de l'été"

Covid-19: Macron promet un vaccin pour "tous les Français qui le souhaitent d'ici la fin de l'été"

Le président français Emmanuel Macron à Brest le 19 janvier 2021

Mesures aux frontières, menaces pour les commerçants tentés de braver les interdictions: le gouvernement joue sur les contrôles dans l'espoir de faire reculer l'épidémie de Covid-19 sans recourir au confinement.

"Ce n'est pas notre stratégie de vaccination qui permettra d'éviter un reconfinement", prévient Macron

Invité de TF1/LCI, Emmanuel Macron a rappelé que "ce n'est pas notre stratégie de vaccination qui permettra d'éviter à court-terme un reconfinement ou non".

"Aujourd'hui le virus circule à une grande vitesse, nous sommes sur ce qu'on appelle un plateau (...) depuis plusieurs semaines. (...) Nous avons pris des décisions plus tôt que d'autres et parce que nos concitoyens ont fait beaucoup d'efforts, en particulier durant les fêtes", a développé le chef de l'État.

"Mais ça n'est pas la campagne de vaccination qui permettra de répondre à la pression que nous avons sur nos hopîtaux. (...) C'est notre mobilisation à tous", a-t-il affirmé.

Macron annonce que le vaccin russe sera étudié qu'une fois déposé en France

Interrogé sur le vaccin russe Spoutnik V, jugé efficace à 91% par la revue médicale The Lancet, Emmanuel Macron a rappelé sur TF1/LCI que pour qu'un vaccin soit autorisé, il faut qu'il soit "homologué".

"Nous ne pouvons pas le distribuer en France tant que le producteur russe n'a pas soumis une autorisation de mise sur le marché", a-t-il affirmé.

Lorsque ce producteur le déposera, les autorités françaises "le regarderont de manière scientifique et indépendante", a assuré le chef de l'État, d'après qui il s'agit non pas d'une décision politique, mais d'une scientifique. 

Quatre sites vont ouvrir en France "fin février, début mars" pour produire des vaccins, annonce Macron

Interrogé par LCI/TF1, le président Emmanuel Macron a annoncé que quatre sites allaient ouvrir en France à l'horizon "fin février, début mars" pour produire des vazccins plus vite.

"J'ai confiance dans notre capacité à nous mobiliser", a déclaré le chef de l'État, réitérant qu'il comptait sur également sur le sens des "responsabilités" des Français, sous-entendu, pour éviter au pays un reconfinement.

Macron promet un vaccin pour "tous les Français qui le souhaitent (...) d'ici la fin de l'été"

Interrogé par TF1/LCI, Emmanuel Macron a affirmé que l'essentiel, aujourd'hui, était que la production de vaccinale marque le pas. "Notre contrainte, c'est la capacité à produire ces vaccins en grande quantité", déclare-t-il ce mardi.

Le président a promis un vaccin pour "tous les Français qui le souhaitent (...) d'ici la fin de l'été".

Les Pays-Bas prolongent de nombreuses mesures Covid-19 jusqu'au 2 mars

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a annoncé que les Pays-Bas allaient prolonger les mesures de restriction liées au Covid-19 jusqu'au 2 mars.

Il a toutefois confirmé une réouverture des écoles primaires et des garderies à partir du 8 février, ainsi que la possibilité dès le 10 février de vendre à emporter pour les magasins dits non essentiels, fermés depuis décembre.

Angela Merkel affirme que "tous les vaccins" autorisés seront "bienvenus"

Angela Merkel s'est dite mardi ouverte, sous condition, à l'idée d'utiliser le vaccin anti-Covid russe en Europe, suite à la parution de résultats scientifiques positifs sur son efficacité.

"Toux ceux qui obtiennent une autorisation de l'EMA (Agence européenne des médicaments, ndlr) seront absolument bienvenus, j'ai parlé précisément de ce point avec le président russe", a dit la chancelière allemande à la télévision publique ARD, se félicitant des "bonnes données" scientifiques publiées au sujet du vaccin russe Spoutnik V.

Les Palestiniens commencent la vaccination en Cisjordanie occupée

L'Autorité palestinienne a débuté ce mardi la vaccination en Cisjordanie occupée auprès du personnel médical, après avoir reçu 2000 vaccins d'Israël, ont indiqué à l'AFP des sources médicales.

Lundi, l'Autorité palestinienne avait indiqué avoir reçu 2000 doses du vaccin Moderna, sur les 5000 doses qu'Israël s'était engagé à lui transférer après des pressions de l'ONU et d'ONG.

Le port du masque bientôt obligatoire à bord des voitures à Berlin

Le port du masque va devenir obligatoire à bord des voitures dans la capitale allemande, pour les passagers ne faisant pas parti du même foyer que le conducteur du véhicule, rapporte le Spiegel ce mardi. Cette nouvelle mesure a été votée ce jour au Sénat de Berlin.

Le conducteur, lui, sera dispensé de porter un masque à bord, tout comme son conjoint et les membres d'un même foyer.

Premières livraisons de Spoutnik V dans l'Union européenne, en Hongrie

Les 40.000 premières doses du vaccin russe contre le Covid-19 sont arrivées ce mardi en Hongrie, le premier pays de l'Union européenne à avoir autorisé Spoutnik V, selon le ministre hongrois des Affaires étrangères.

Le "premier lot" est là, a déclaré Peter Szijjarto sur son compte Facebook, rappelant qu'au total, deux millions de doses doivent être fournies sur trois mois.

"Les doses ont été transportées sans délai au Centre national de santé publique afin que les derniers tests nécessaires soient effectués avant que les Hongrois puissent les obtenir selon le calendrier de vaccination arrêté", a ajouté le ministre.

Souvent en conflit avec la Commission européenne, la Hongrie a dénoncé à plusieurs reprises le processus d'acquisition des vaccins par les autorités de l'UE, qu'elle juge trop lent.

"Les objectifs de vaccination seront tenus" assure Véran

Interrogé par l'opposition sur les objectifs de vaccination lors de la séance de questions au gouvernement ce mardi à l'Assemblée nationale, le ministre de la Santé Olivier Véran a assuré: "Nous avions prévu entre 2,5 et 4 millions de vaccinés fin février, les objectifs seront tenus".

Le vaccin russe Spoutnik V efficace à plus de 91%

Le vaccin Spoutnik V, au sujet duquel la Russie avait été accusée de manquer de transparence, est efficace à 91,6% contre les formes symptomatiques du Covid-19, selon des résultats publiés mardi dans la revue médicale The Lancet et validés par des experts indépendants.

"Les résultats rapportés sont clairs et le principe scientifique de cette vaccination est démontré, ce qui veut dire qu'un vaccin supplémentaire peut désormais rejoindre le combat pour réduire l'incidence du Covid-19", ont estimé deux spécialistes britanniques, les professeurs Ian Jones et Polly Roy, dans un commentaire joint à l'étude du Lancet.

Fonds de solidarité: Bercy a identifié 23.000 versements "probablement indus"

Le ministère de l'Économie a identifié 23.000 versements "probablement indus" à des entreprises qui ont fait appel au fonds de solidarité, représentant un montant global de 30 millions d'euros, a-t-il indiqué mardi.

Des contrôles fiscaux vont évaluer ces dossiers qui pourront faire face à des poursuites pénales en cas de fraude avérée, a précisé à l'AFP le cabinet du ministre des Petites et moyennes entreprises, Alain Griset, confirmant une information de RTL.

Ce processus de contrôle et de vérification a déjà permis à l'État de récupérer 3 millions d'euros d'aides indûment versées.

En Île-de-France, les premiers résultats sur les variants "ne sont pas bons"

Les premiers résultats sur la présence des variants du Covid-19 en région Île-de-France "ne sont pas bons", fait savoir le président de la Commission médicale d'Etablissement de l'AP-HP, le professeur Rémi Salomon, ce mardi matin, évoquant une "croissante exponentielle".

"On était plutôt aux alentours de 6% le 7 janvier et on est monté à 15/20% la semaine dernière", a-t-il détaillé sur Franceinfo.

Et comme le variant anglais est "40 à 70% plus contagieux, il va y avoir une accélération de l'épidémie si on ne fait significativement rien de plus (...). C'est ça qui nous fait peur", a-t-il souligné.

"Pour l'instant, les Français peuvent partir" en vacances

"Pour l'instant, les Français peuvent partir." Invité de BFMTV, le secrétaire d'État chargé du Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne vient de confirmer qu'il n'y a "de restrictions dans les déplacements entre les régions, hormis pour les régions ultramarines" pour les vacances de février. Pour l'instant donc.

"Il y a cette capacité à partir en vacances mais il faut le faire en restant prudent, comme les Français l'ont fait à Noël", a-t-il insisté. "C'est-à-dire par exemple ne pas hésiter à se faire tester en avance si on va voir des grands-parents."

Et tout en gardant à l'esprit, que "si à un moment il y a un emballement" de l'épidémie, le gouvernement peut instaurer de nouvelles restrictions. "Le virus, c'est l'inattendu permanent", a-t-il plaidé, tout en disant "comprendre toutes les complexités que cela engendre en terme d'organisation".

"Nous tiendrons au courant les Français le plus régulièrement possible", a assuré Jean-Baptiste Lemoyne.

L'exécutif ne prévoit pas de restrictions de circulation pour les vacances de février

Les vacances d'hiver débute ce vendredi dans la zone A. "Pour l'instant, il n'y a pas de restrictions de circulation", a expliqué la ministre déléguée Emmanuelle Wargon sur BFMTV-RMC. "Les vacances peuvent avoir lieu. Après bien sûr, comme vous le savez, nos décisions évoluent tous les jours, tous les quelques jours au fur et à mesure de l'évolution du virus. (...) Les choses peuvent toujours évoluer."

Les premières injections avec le vaccin AstraZeneca devraient avoir lieu mi-février en France, selon Alain Fischer

La Haute autorité de Santé doit rendre ce mardi après-midi son avis sur le vaccin AstraZeneca, déjà approuvé par l'Agence européenne des médicaments. Alain Fischer, le "monsieur vaccins" de l'exécutif, estime qu'il pourra être utilisé en France "aux alentours de la mi-février". "Il faut que le temps que le travail soit terminé sur les conditions d'utilisation de ce vaccin et puis surtout il faut qu'il soit livré", a-t-il commenté sur France 2.

"Un point important sur ce vaccin, c'est que ses conditions de transport et de conservation sont beaucoup plus simples que les vaccins ARN utilisés jusqu'à présent", a-t-il poursuivi. "Et donc cela devrait permettre d'ici quelques semaines aux médecins généralistes et aux pharmaciens de pouvoir vacciner."

La presse chinoise annonce le démantèlement d'un réseau de trafiquants de faux vaccins

La presse nationale chinoise rapporte ce mardi que la police a démantelé un réseau de trafiquants de faux vaccins contre le Covid-19, arrêtant plus de 80 suspects et saisissant plus de 3.000 seringues contenant... de l'eau salée. Selon le quotidien de langue anglaise Global Times, les faussaires "envisageaient éventuellement de vendre leurs vaccins à l'étranger".

Le trafic sévissait depuis septembre à Pékin et dans deux provinces de l'est du pays, le Shandong et le Jiangsu, a précisé l'agence Chine nouvelle. Les policiers "ont détruit les laboratoires de contrefaçon, coupé les chaînes commerciales, arrêté plus de 80 suspects et saisi plus de 3.000 faux vaccins contre le Covid-19 sur le champ", a ajouté l'agence de presse officielle.

Le gouvernement mise sur les contrôles

Mesures aux frontières, menaces pour les commerçants tentés de braver les interdictions: le gouvernement joue sur les contrôles dans l'espoir de faire reculer l'épidémie de Covid-19 sans recourir au confinement, à une semaine du début des vacances scolaires.

Il faut désormais un motif impérieux pour pouvoir quitter l'Union européenne, conséquence des nouvelles mesures décidées vendredi. L'exécutif compte notamment sur ce nouveau tour de vis aux frontières - il faut aussi un test PCR négatif pour revenir d'un pays de l'UE - et sur la fermeture des centres commerciaux non-alimentaires de plus de 20.000 mètres carrés, ajoutés au couvre-feu à 18 heures, pour canaliser la circulation du coronavirus.

"On a fait le choix de tout faire pour éviter un reconfinement. La contrepartie (...) c'est évidemment que les règles actuelles, et notamment le couvre-feu à 18 heures, soient pleinement respectées", a expliqué lundi sur franceinfo le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

Les Français peuvent partir en vacances en février, sauf dégradation de la situation sanitaire

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à l'évolution de l'épidémie de coronavirus. Si les remontées mécaniques resteront fermées en février, vous pourrez bien partir en vacances. C'est en tout cas ce qu'a indiqué ce lundi soir Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d'État chargé du Tourisme.

"Aujourd'hui, partir en vacances c'est possible", a-t-il indiqué à BFMTV. "Aujourd'hui, il n'y a pas de restrictions de circulation entre les régions."

Attention, cependant, cette affirmation pourrait être démentie si les indicateurs de l'épidémie se dégradent. "Nous surveillons chaque jour la situation sanitaire, les chiffres dicteront la suite" a poursuivi Jean-Baptiste Lemoyne. "Nous serons extrêmement vigilants" et "s'il y a un reconfinement, naturellement chacun sera en mesure de regagner son domicile".

BFMTV