BFMTV
en direct

EN DIRECT - Covid-19: le préfet des Bouches-du-Rhône sommé de limiter le masque aux zones à "forte densité"

Le port du masque est obligatoire dans la ville de Marseille

Le port du masque est obligatoire dans la ville de Marseille - CLEMENT MAHOUDEAU / AFP

Un Conseil de défense se réunit ce vendredi matin pour décider de nouvelles mesures face à la résurgence de l'épidémie.

Bouches-du-Rhône: le préfet sommé de limiter le masque aux zones à "forte densité"

Le tribunal administratif de Marseille a sommé vendredi le préfet des Bouches-du-Rhône d'être plus précis dans son arrêté rendant obligatoire le port du masque dans les villes des Bouches-du-Rhône, afin de le limiter aux zones à "forte densité". Le juge des référés avait été saisi par un habitant d'une petite commune du département qui estimait que l'obligation du port du masque, "dans les zones urbanisées ou agglomérées du département", comme le précise l'arrêté préfectoral, était trop vague.

"Il est enjoint au préfet de prendre, au plus tard le mardi 15 septembre à midi, un ou de nouveaux arrêtés ou de modifier son arrêté du 5 septembre 2020 pour limiter l'obligation de port du masque qu'il prévoit à des périmètres définis de façon simple et lisible", déclare le juge dans son ordonnance.

9406 nouveaux cas en 24 heures en France

9406 nouveaux cas ont été enregistrés en 24 heures selon les dernières données de Santé Publique France. 40 personnes sont mortes ces dernières 24 heures dans les hôpitaux.

106 nouveaux clusters ont été recensés en 24 heurs, portant à 715 le nombre de foyers de contamination en France.

Situation alarmante dans un Ehpad de l'Aveyron

L'Ehpad Gloriande de Sévérac-d'Aveyron compte 70 résidents contaminés sur 73 ainsi que la grande majorité de ses effectifs, raporte Centre Presse.

L'établissement s'inquiète également de l'indisponibilité des médecins de la ville, également malades.

12.000 nouveaux cas en Espagne

Plus de 12.000 nouveaux cas de Covid-19 ont été notifiés vendredi en Espagne, selon le dernier bilan publié par le ministère de la Santé. Un record dans ce pays depuis le début de la pandémie.

Jean-Paul Hamon: "la priorité c'est de raccourcir les délais des tests"

Le président d'honneur de la Fédération des médecins de France estime que l'urgence est désormais de renforcer les capacités de dépistage en France.

Jean Castex: "le virus est là pour quelques mois encore"

Le chef du gouvernement a indiqué vendredi soir que le coronavirus "n'a pas baissé d'intensité" et "est là pour quelques mois encore".

"Nous devons réussir à vivre avec lui sans nous laisser entraîner à nouveau dans une logique de confinement généralisé", a annoncé le Premier Ministre Jean Castex.

Le Premier ministre, qui s'exprimait à l'issue d'un Conseil de défense Covid, a expliqué qu'il ne fallait pas "mettre entre parenthèses notre vie sociale, économique et culturelle" malgré la hausse des contaminations.

Jean Castex: "une évolution préoccupante à Marseille, Bordeaux et en Guadeloupe"

Le Premier ministre a a notamment évoqué la situation épidémiologique préoccupante "dans deux métropole, Marseille et Bordeaux, ainsi qu'en Guadeloupe, nous constatons une évolution préoccupante des contaminations notamment chez les plus âgés ainsi qu'un taux déjà élevé d'hospitalisation"

Les préfets de ces zones doivent proposer proposer des mesures d'ici lundi.

Jean Castex aux personnes âgées: "soyez très prudents"

Jean Castex demande aux personnes âgées "d'observer la plus grande prudence au quotidien, faîtes attention, soyez très prudents".

42 départements classés en rouge

Le Premier ministre annonce que 47 départements sont désormais classés en "zone de circulation active du virus" dite zone rouge.

"Ce classement n'emporte pas de conséquence automatique mais il permet au préfet en lien avec les autorités sanitaires et des élus locaux de déclencher des mesures supplémentaires de réduction des risques, notamment sur le port du masque, les rassemblements sur l'espace public, les grands événements ou les horaires d'ouverture de certains commerces", a souligné le chef du gouvernement.

Recrutement de 2000 personnes pour le traçage

Jean Castex annonce le recrutement de 2.000 personnes supplémentaires au sein de l'Assurance Maladie afin d'assurer le traçage des cas de Covid-19.

La durée d'isolement ramenée à 7 jours

La durée d'isolement des personnes atteintes par le coronavirus passe de 14 à 7 jours, annonce Jean Castex.

Jean Castex: "le virus circule de plus en plus en France"

Le Premier ministre est revenu sur la circulation de plus en plus active sur le territoire national. Le taux d'incidence est passé de 57 à 72 cas pour 100.000 habitants en une semaine et le taux de positivité des tests augmente également.

"Pour la première fois depuis de longues semaines, nous observons une augmentation sensible des personnes hospitalisées", déclare Jean Castex depuis Matignon.

Prise de parole de Jean Castex

Le Premier ministre Jean Castex s'exprime depuis Matignon pour détailler les mesures prises lors du Conseil de Défense qui s'est tenu ce vendredi matin pour enrayer l'épidémie de coronavirus.

Jean Castex s'exprimera à 17 heures depuis Matignon

Le Premier ministre Jean Castex dévoilera à 17 heures les nouvelles mesures anti-Covid, décidées à l'issue du conseil de Défense qui se tient ce vendredi, depuis Matignon. Le service de communication de ce dernier vient de l'annoncer à BFMTV.

Covid-19: la Suisse place 9 régions françaises de métropole en zone à risque

La Suisse a placé ce vendredi neuf régions métropolitaines françaises, dont l'Île-de-France avec Paris et la Provence-Alpes-Côte-d'Azur, en zone à risque élevé en raison du nombre élevé de cas d'infections au nouveau coronavirus, a annoncé vendredi le gouvernement.

Au-delà de 60 cas pour 100.000 habitants pendant 14 jours, la Suisse peut classer un pays ou une région comme "à risque" et imposer une quarantaine de 10 jours à ceux qui en reviennent.

"On a un nombre de nouvelles infections en France qui dépasse déjà aujourd'hui ce qu'il y avait en mars-avril. C'est une situation à prendre au sérieux", a déclaré le ministre de la Santé, Alain Berset, en conférence de presse. La décision a été prise d'inscrire ces régions françaises afin d'"éviter toute propagation dans notre pays", a-t-il ajouté.

L’Ordre des médecins rappelle qu'un certificat médical n'est pas nécessaire pour le retour à l’école

Si votre enfant a eu des symptômes évoquant le Covid-19, peut-il retourner à l'école? C'est possible, "après avis médical ou à défaut après 14 jours", peut-on lire sur le site du ministère de l'Éducation nationale.

Pas besoin donc de certificat médical, insiste l'Ordre des médecins, qui affirment que des médecins ont subi des "pressions" pour établir de tels documents.

"Une telle demande des établissements ne repose sur aucune obligation législative ou réglementaire", écrit l'Ordre des médecins, qui demande au ministre de le rappeler aux rectorats, aux établissements et aux enseignants".

"Augmentation exponentielle" de l'épidémie en Nouvelle-Aquitaine, la situation jugée "très préoccupante" par l'ARS

L'Agence régionale de Santé de Nouvelle-Aquitaine met en garde contre une évolution "très préoccupante" de l'épidémie dans la région: le nombre de patients hospitalisés pour Covid-19 a presque doublé en 10 jours - de 85 malades le 31 août à 147 le 8 septembre.

"Cette tendance impacte particulièrement le CHU de Bordeaux (...) mais potentiellement va concerner d'autres établissements de santé de la région si l'épidémie continue de se diffuser à ce rythme élevé", prévient l'ARS dans un communiqué.

De nouvelles restrictions entrent en vigueur dans le Pas-de-Calais

Le préfet du Pas-de-Calais n'a pas attendu le Conseil de défense pour serrer la vis. Il vient d'annoncer la mise en place de nouvelles mesures restrictives pour lutter contre la résurgence du Covid-19.

Le port du masque devient ainsi obligatoire dans un périmètre de 50 mètres, autour des crèches, écoles, collèges, lycées et universités du département. Par ailleurs, les restaurants, snacks, commerces d'alimentation ou débits de boisson devront fermer tous les jours à 00h30 maximum.

Le professeur Philippe Juvin craint une possible "saturation" des lits de réanimation

Pour le professeur Philippe Juvin, "l'heure est préoccupante". "On observe une remontée du nombre de cas et des projections laissent entendre que d'ici 3 semaines on peut avoir dans certaines régions une occupation importante des lits de réanimation", a expliqué le chef des urgences de l'hôpital Georges-Pompidou, à Paris, sur BFMTV.

"La crainte, c'est d'ici 2-3 semaines une occupation à 50% des lits de rénaimation, ce qui serait en réalité une saturation parce qu'il faut quand même qu'on garde des lits pour des gens qui n'ont pas de Covid", a-t-il expliqué.

"Il est important que le politique se réengage très fortement" contre le Covid-19

Invité sur le plateau d'Europe 1 ce vendredi, Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, a appelé l'Etat à se réengager "très fortement" dans la lutte contre le coronavirus.

"Ce qui est important c'est que le politique se réengage très fortement dans les messages qu'il peut donner", a-t-il expliqué.

Le scientifique avait indiqué que le gouvernement devrait prendre "des décisions difficiles" "dans le prochains jours". Une annonce qui avait amené Emmanuel Macron a rappelé que le rôle du Conseil scientifique n'est que technique. "La décision est aux mains du politique. C'est très clair dans la tête du comité scientifique. On est là pour les aider à prendre des décisions."

"Il faut tous qu'on puisse se reprendre en main"

"L'enjeu de cette rentrée c'est de déterminer comment s'inscrire dans la durée avec ce virus en évitant, dans certaines régions, qu'il y ait trop de tensions médicales", a affirmé le président du Conseil scientifique, invité sur le plateau d'Europe 1 ce vendredi matin, quelques heures avant la tenue d'un conseil de défense sur le Covid-19.

"Nous avions tous besoin, pendant l'été, de souffler et de revivre complètement. Nous avait fait attention mais nous avons ouvert notre champ social", poursuit-il. "Et bien, il faut que nous nous reprenions en main. Car la solution est dans la distanciation physique."

A Colmar, le personnel de l'hôpital "ne s'est pas encore remis de la première vague"

C'était l'un des épicentres de la première vague de l'épidémie: à Colmar, le personnel de l'hôpital Pasteur "appréhende beaucoup une éventuelle deuxième vague massive d'hospitalisations".

"Il ne s'est pas encore remis de la première vague, il n'a pas eu le temps de se reposer et de reprendre des forces", explique à BFMTV Claudia Chatelus, médecin dans l'établissement. Et nous avons toujours les mêmes problèmes, notamment le manque de personnel paramédical."

Un premier mort du coronavirus en Polynésie française

Le territoire avait été jusqu'à présent épargné: la Polynésie française déplore son premier mort lié au Covid-19, a annoncé jeudi le ministre de la Santé local, Jacques Raynal, lors d'un point presse.

La patiente décédée est une octogénaire souffrant de comorbidités: elle était déjà en mauvais état de santé avant de contracter le virus. Elle vivait dans un foyer épidémique, Vaitavatava, un quartier populaire de Papeete.

La Polynésie française a recensé 869 cas de Covid-19 depuis le 15 juillet, date de la réouverture des vols internationaux. Le virus a pour le moment peu touché les personnes âgées, ce qui explique en partie qu'il n'y ait eu aucun décès jusqu'à présent.

Le gouvernement local craint cependant une expansion de l'épidémie dans les îles polynesiennes isolées et dépourvues d'hôpital. Les comorbidités telles que le diabète, l'obésité et l'insuffisance respiratoire sont aussi très présentes en Polynésie.

Quelles sont les mesures possibles?

Dépistage, traçage... et isolement. C'est le cœur de la stratégie mise en place ces dernières semaines pour lutter contre l'épidémie. Mais le dernier élément de ce triptyque, l'isolement, semblement être son maillon faible: le Conseil scientifique a proposé un renforcement du dispositif de quarantaine, tout en abaissant sa durée de 14 à 7 jours.

C'est l'une des mesures sur la table du Conseil de défense organisé ce matin. D'autres pistes devraient être évoquées, comme des restrictions sur les rassemblements ou les horaires d'ouverture d'établissements accueillant du public.

Si la piste d'un reconfinement généralisé est exclue, des mesures "déclinées territorialement" sont attendues, selon les mots d'Emmanuel Macron.

La Creuse et la Meuse, derniers départements sous le seuil de vigilance

Ils ne sont plus que deux: la Creuse et la Meuse sont les derniers départements en-dessous du seuil de vigilance, fixé à 10 nouveaux cas de coronavirus pour 100.000 habitants en une semaine.

Le dernier bilan épidémiologique hebdomadaire de Santé publique France, rendu public ce jeudi soir, laisse entrevoir la résurgence progressive de l'épidémie sur le territoire. Sept départements dépassent désormais un taux d'incidence hebdomadaire de 100 infections pour 100.000 habitants: les Bouches-du-Rhône (196), la Gironde (159), Paris (150), les Alpes-Maritimes (134), le Rhône (133), le Val-de-Marne (125) et les Hauts-de-Seine (119).

Près de 10.000 nouveaux cas en 24 heures

Près de 10.000 cas (9.843) de Covid ont été enregistrés en 24 heures en France, selon les données rendues publiques jeudi soir. Un niveau record depuis le début de l'épidémie et le lancement des tests à grande échelle dans le pays.

La France est loin d'être le seul pays en difficulté. Les Etats-Unis et le Brésil demeurent de loin les plus endeuillés avec respectivement 191.727 et 129.522 décès au total recensés jeudi soir. Près de 28 millions de cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans le monde à ce stade.

De nouvelles décisions attendues ce vendredi

Bonjour à tous et bienvenue dans ce direct consacré à l'épidémie de coronavirus. Face à la résurgence de la maladie dans l'Hexagone, Emmanuel Macron a promis de nouvelles décisions ce vendredi "pour donner de la visibilité sur les prochaines semaines", mais "sans céder à quelque panique que ce soit".

Le président de la République réunit en fin de matinée le Conseil de défense. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, tiendra ensuite dans l'après-midi une conférence de presse, que vous pourrez suivre en direct sur BFMTV et BFMTV.com.

Olivier Véran tiendra une conférence de presse sur le coronavirus, le 11 septembre 2020.
Olivier Véran tiendra une conférence de presse sur le coronavirus, le 11 septembre 2020. © BFMTV
BFMTV