BFMTV

Des cellules d'aide psychologique pour entrepreneurs en difficulté

L'Apesa propose une aide psychologique et juridique aux patrons dans les Tribunaux de commerce.

L'Apesa propose une aide psychologique et juridique aux patrons dans les Tribunaux de commerce. - Miranda Mylne - CC - Flickr

Des cellules d'aide psychologique comme l'Apesa volent au secours des entrepreneurs en difficultés financières pour prévenir les risques psychosociaux.

La vague de suicides au technocentre de Renault Guyancourt et chez France télécom a mis en lumière le stress au travail des cols blancs. Celui des artisans, commerçants et chefs d'entreprise perdure dans l'ombre.

Pourtant, leur taux de suicide est plus de deux fois plus élevé que celui des cadres et professions intellectuelles supérieures, selon une étude de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) de 2007.

Et encore, c'était avant la crise de 2008 et la montée en flèche des problèmes de trésoreries des petits patrons. Or ils pèsent lourd dans l'économie française: ils représentent 99,8% des entreprises et emploient près de la moitié des salariés.

Le dispositif de soutien Apesa

Alors des dispositifs de soutien ont émergé pour les épauler comme l'Aide psychologique pour les entrepreneurs en souffrance aiguë (Apesa), créé en 2013. Elle donne ainsi les clés aux hommes de loi pour détecter les situations d’urgence chez leurs interlocuteurs et prévenir notamment le risque suicidaire des chefs d'entreprise plombés par le naufrage de leur entreprise. Pour l'heure, une dizaine de tribunaux ont mis en place une cellule de détection et de suivi psychologique des patrons les plus fragiles. Ils devraient être une trentaine d'ici à la fin 2017.

Ainsi formés, les professionnels de la justice peuvent alors mieux orienter les personnes en situation de détresse vers une équipe de praticiens spécialisée dans les addictions, la prévention du suicide et la médiation familiale.

Rozenn Le Saint