BFMTV

Covid-19: mélanger les vaccins peut booster l'immunité, selon une nouvelle étude

Un médecin dépose sur une table deux flacons des vaccins contre le coronavirus de Moderna et de Pfizer, avant d'en administrer des doses, le 10 août 2021 à Jérusalem.

Un médecin dépose sur une table deux flacons des vaccins contre le coronavirus de Moderna et de Pfizer, avant d'en administrer des doses, le 10 août 2021 à Jérusalem. - HAZEM BADER © 2019 AFP

Plusieurs études montrent que l'efficacité des vaccins augmente lorsque les produits diffèrent entre la première et la deuxième dose (ou la dose de rappel).

La politique en matière de vaccins contre le Covid-19 pourrait bien évoluer. Alors que jusqu'ici, il était recommandé de se faire injecter le même sérum en deuxième injection - sauf dans certains cas très précis - des études tendent à prouver que l'inverse serait plus avantageux du point de vue de l'immunité.

D'après une étude publiée dans la revue Nature jeudi, les mélanges de vaccins sont aussi efficaces, voire plus que les vaccins à ARN seuls. Menée sur 13.000 personnes par les Hospices civils de Lyon et le CHU de Saint-Étienne, elle montre que le taux d'infection est deux fois inférieur pour les patients ayant reçu une dose d'AstraZeneca puis de Pfizer en comparaison de ceux ayant reçu deux doses de Pfizer. C'est notamment le cas des personnes de moins de 55 ans, essentiellement des soignants, qui avaient reçu une dose du vaccin d'AstraZeneca, avant que ce ne dernier ne soit réservé aux personnes plus âgées.

Les niveaux élevés d'anticorps et d'autres réponses immunitaires fortes suscitées par les régimes mixtes suggèrent que cette méthode offre une bonne protection contre la maladie.

Des combinaisons avantageuses

En Suède, une étude a montré que par rapport aux personnes non vaccinées, les personnes suivant un calendrier de vaccination mixte étaient 68% moins susceptibles de développer une infection symptomatique, contre 50% pour ceux ayant reçu deux doses d'AstraZeneca.

Un autre étude publiée par The Lancet Regional Health Europe montre que ce risque d'infection est réduit de 79% après une association Astrazeneca puis Moderna. "Des données préliminaires montrent qu'on peut faire la combinaison dans tous les sens, mais il faudra encore affiner l'intérêt de chaque schéma en rappel", détaille auprès du JDD Odile Launay, professeure en maladies infectieuses à l'université de Paris.

Toutes ces études convergent vers la même conclusion: les mélanges de vaccins sont efficaces, voire plus efficaces encore qu'un parcours mono-vaccinal. De quoi envisager un assouplissement des règles.

L'Agence européenne des médicaments se penche sur la question

À cet effet, le régulateur américain des médicaments a autorisé mercredi l'utilisation des vaccins contre le Covid-19 développés par Moderna et par Johnson & Johnson pour la dose de rappel, indiquant par ailleurs que les Américains pouvaient choisir un vaccin différent de celui reçu initialement.

De son côté, l'Agence européenne des médicaments a indiqué mercredi qu'elle étudiait des données pour décider si elle s'alignerait sur la décision de nos alliés outre-Atlantique. Une décision qui pourrait facilité l'administration des doses de rappel en France, alors que 25 millions de personnes y seront éligibles.

Diane Regny