BFMTV

Covid-19: "tension majeure" sur les places en réanimation dans les Bouches-du-Rhône

Médecins d'une unité de post-réanimation respiratoire accueillant des malades du Covid-19 (PHOTO ILLUSTRATION)

Médecins d'une unité de post-réanimation respiratoire accueillant des malades du Covid-19 (PHOTO ILLUSTRATION) - PATRICK HERTZOG / AFP

Sur les 70 places de réanimation pour des patients atteints du Covid-19 existantes, 20 sont actuellement disponibles dans les Bouches-du-Rhône. Une situation qui alerte les professionnels de santé.

Plus que 20 lits de réanimation pour les patients atteints du coronavirus sont disponibles dans les Bouches-du-Rhône, sur un total de 70, rapporte La Provence ce dimanche.

Le département, placé en vulnérabilité élevée, comptait ce samedi 282 personnes hospitalisées pour Covid-19. Parmi ces patients, 50 sont placés en réanimation, principalement à Marseille.

"Contrairement aux bars, les services de réanimation ne ferment pas à minuit 30. Mais il ne reste que 20 places dans les Bouches-du-Rhône pour servir les malades du Covid", écrit sur Twitter la journaliste de La Provence Sophie Manelli.

Les médecins inquiets

Le 9 avril dernier, au dernier pic de la crise sanitaire, 107 lits de réanimation étaient occupés, selon les chiffres de l'Assistance publique - Hôpitaux de Marseille (AP-HM) et 230 personnes étaient hospitalisées.

Si les chiffres n'atteignent pas ceux du mois d'avril, la situation inquiète les médecins. Sur Twitter, le Pr Dominique Rossi, président de la commission médicale de l'AP-HM confirme les informations de nos confrères, et alerte:

"Tension majeure depuis 24 heures sur les lits de réas dans les Bouche-du-Rhône. Préservez nos capacités hospitalières en appliquant les mesures barrières. HELP !! Nous avons besoin de vous pour contenir la vague", écrit-il.

"En alerte maximum"

Cité par La Provence, Dominique Rossi explique qu'"il nous faut absolument préserver l'activité hors Covid. Nous avons de longues listes de malades qui ont absolument besoin d'une prise en charge, sans compter que l'afflux des touristes a saturé les urgences cet été". Le médecin exhorte au respect des gestes barrières et rappelle l'obligation du port du masque.

"Nous sommes vraiment en alerte maximum. Il faut que la population prenne conscience de la situation et se montre hyper-vigilante pour ne pas accélérer encore la circulation du virus", insiste-t-il.

Si l'AP-HM se dit "prête" à affronter une deuxième vague, la situation ne s'améliore pas dans le département. Le taux d'incidence a atteint ce samedi 179 pour 100.000 habitants, soit près du triple de la moyenne nationale (58). Le seuil d'alerte est fixé à 50.

Fanny Rocher