BFMTV

Covid-19: oui, le vaccin de Pfizer, distribué en France, a bien été testé sur des personnes âgées

Un médecin administre une dose du vaccin Pfizer-BioNtech à un employé des Hospices Civils de Lyon le 5 janvier 2021.

Un médecin administre une dose du vaccin Pfizer-BioNtech à un employé des Hospices Civils de Lyon le 5 janvier 2021. - JEFF PACHOUD © 2019 AFP

L'avocat de Didier Raoult veut déposer plainte contre X pour "essai clinique dissimulé", affirmant que le vaccin distribué en France, celui de Pfizer, n'a pas été testé sur des personnes âgées. Pourtant, les essais ont bien été effectués sur cette catégorie de population.

Oui, le vaccins anti-coronavirus distribué en France, celui de Pfizer/BioNtech, a bien été testé sur les personnes de plus de 75 ans. Ce mercredi sur le plateau de CNews, l’avocat Fabrice Di Vizio, se présentant comme un spécialiste du droit de la santé, a annoncé qu’il allait déposer une plainte contre X pour "essai clinique dissimulé".

Il reproche aux laboratoires de ne pas avoir testé l’efficacité de ce vaccin sur des patients âgés, qui se font actuellement vacciner en France. Interrogé sur la stratégie vaccinale du gouvernement, le pénaliste affirme que "ce qui est grave, c’est de dire que le vaccin est efficace sur les personnes âgées alors qu’il n’a jamais été testé sur ces personnes."

Sauf que le vaccin Pifzer/BioNTech, de même que celui de Moderna, qui vient d'être autorisé dans l'Union européenne et devrait donc être distribué prochaine en France, a bien été testé sur cette catégorie de la population.

21,4% des patients tests ont plus de 65 ans

Les laboratoires Pfizer/BioNTech et la FDA (Food and Drug Administration) américaine ont publié le 10 décembre le détail de l’essai du vaccin "ARN messager BNT162b". Comme l’indique le site médical Vidal, spécialisé sur le médicament, les conclusions indiquent clairement que sur les 43.448 personnes testées dans 6 pays distincts, "l'âge médian était de 52 ans, avec 21,4% de participants âgés de plus de 65 ans."

De même le vaccin Moderna, qui a reçu ce mercredi la validation de l'Agence européenne des médicaments, a également été testé sur des personnes âgées, comme le précise de nouveau Vidal: "l'âge médian (NDRL: des essais) était de 52 ans, avec 25,3 % de sujets âgés de plus de 65 ans et 4,3 % de plus de 75 ans."

Une efficacité plus faible chez les seniors

Concernant l’efficacité du vaccin Pfizer/BioNTech chez les personnes âgées, Vidal rapporte un taux de protection élevé, à 92,9% pour les 65-74 ans, et à 100% chez les plus de 75 ans. Toutefois, cette dernière donnée est surtout le signe d’un "faible effectif et du faible nombre de cas" dans l’étude.

Pour le vaccin Moderna, Vidal fait état d'un taux de protection chez les moins de 65 ans de 95,6%, et chez les plus de 64 ans de 86,4%, ajoutant, prudemment, que "la protection semble donc un peu plus faible chez les personnes les plus âgées, mais reste bonne."

"Ce vaccin est efficace quel que soit l’âge"

Pour étayer ses arguments, Fabrice Di Vizio s'appuie sur la Haute Autorité de Santé (HAS), qui aurait évoqué à propos du vaccin Pfizer/BioNTech: "un problème de puissance de l’essai sur l’efficacité du vaccin chez les personnes de plus de 75 ans." Nous n’avons pas retrouvé la trace d’une telle déclaration. Dans un communiqué publié le 24 décembre, la HAS affirme:

"Ce vaccin est efficace quels que soient l’âge des personnes (y compris chez celles de plus de 65 ans), leur sexe, leur indice de masse corporelle et leurs éventuelles comorbidités."

En revanche, il est vrai que la HAS recommande des “études complémentaires” chez les plus de 75 ans “pour confirmer les résultats rassurants de sécurité et d’efficacité du vaccin chez les plus âgés”.

Une plus grande incertitude chez les personnes âgées

L’avocate cite ensuite la revue Prescrire, qui affirme dans un communiqué du 23 décembre que l’essai clinique Pifzer/BioNTech "n’a pas été conçu pour évaluer l’efficacité chez les personnes âgées de 75 ans et plus." Mais ce même communiqué nuance ce propos, en détaillant: "chez les personnes âgées entre 65 ans et 74 ans, l'efficacité a été calculée à environ 93%, mais avec une plus grande marge d'incertitude (IC95: 53% à 100%)."

L’avocat cite également cette phrase: "il existe encore de nombreuses inconnues inhérentes au faible recul de l’utilisation sur cette population", mais oublie de préciser la phrase précédente: "les effets indésirables connus du vaccin sont surtout des réactions locales et systémiques très fréquentes, parfois intenses, et de rares réactions anaphylactiques. Il n'a pas été mis en évidence de signal particulier."

A noter que Fabrice Di Vizio, dont la spécialité est le droit de la santé publique, représente actuellement le professeur Didier Raoult contre l’Ordre des médecins. Il est également l’avocat du collectif C19, rassemblant quelque 600 professionnels de santé ayant déposé plainte contre Olivier Véran, et du collectif Victime Coronavirus France, ayant récemment déposé un recours contre le port du masque en extérieur.

Esther Paolini Journaliste BFMTV