BFMTV

Covid-19: les fumeurs finalement plus à risque de contracter une forme grave de la maladie

Ces recherches viennent encore démentir une étude qui affirmait que les fumeurs étaient plus protégés du Covid-19. (illustration)

Ces recherches viennent encore démentir une étude qui affirmait que les fumeurs étaient plus protégés du Covid-19. (illustration) - ramos alejandro - Flickr - CC

D'après de récentes études, les fumeurs seraient deux fois plus susceptibles d'attraper le Covid-19 et auraient deux fois plus de chance de contracter une forme sévère de la maladie.

Mauvaise nouvelle pour les fumeurs: de nouvelles études viennent à nouveau démentir l'idée que ceux-ci seraient moins susceptibles de contracter le Covid-19, rapporte le quotidien britannique The Guardian ce vendredi. Au contraire, fumer constituerait un facteur de risque favorisant les contaminations et le développement de formes plus graves de Covid-19. Fin avril, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) annonçait déjà que les fumeurs étaient davantage exposés au virus.

Plus de risque de contracter une forme sévère du Covid-19

La semaine dernière, des chercheurs de l'Université de Californie, à San Fransico, ont comparé les informations fournies par plus de 8000 jeunes adultes dans le cadre de la National Health Interview Survey à une série d'indicateurs de risques dans le but d'évaluer la vulnérabilité des jeunes au Covid-19. Ce sondage annuel est mis en place aux Etats-Unis pour évaluer l'état de santé des citoyens.

Selon les conclusions de l'étude, 32% des sujets dans leur ensemble présentent des pathologies augmentant leur risque de contracter le virus. Un chiffre qui chute lorsque les chercheurs concentrent leur étude sur les sujets non fumeurs, puisque seuls 16% d'entre eux peuvent être considérés comme des personnes à risque pour le coronavirus.

Inflammation liée au tabac

D'autre part, une étude menée par la Société pour la recherche sur la nicotine et le tabac sur 11.000 malades du Covid-19 a montré que le tabagisme constituait un facteur favorisant le développement d'une forme plus sévère. 30% des patients fumant - ou ayant fumé - ont ainsi vu leur santé se détériorer et atteindre un état sévère voire critique, quand seuls 17,6% des malades non fumeurs ont développé des symptômes similaires. Les fumeurs seraient donc deux fois plus susceptible de contracter une forme grave du Covid-19.

"Le tabac provoque une inflammation des voies respiratoires et affecte l'immunité pulmonaire", explique au quotidien britannique le docteur David Christiani, professeur à l'université de médecine d'Harvard, "ce qui rend les fumeurs plus sensibles aux infections de manière générale".

Des contaminateurs potentiels

En plus d'être plus susceptibles de contracter le virus sous une forme grave, les fumeurs pourraient être des vecteurs importants de contamination, selon le Guardian. Ceux-ci ne portent en effet pas de masque pendant qu'ils fument et expirent des particules de fumée susceptibles de transporter le virus, souligne le quotidien britannique.

Les particules de fumée, particulièrement fines, pourraient même aisément franchir les masques en tissus, constituant ainsi un risque supplémentaire de contamination.

Une ancienne étude démentie

Les résultats des nouvelles recherches viennent démentir une ancienne étude qui avait beaucoup circulé au début de la crise sanitaire. En s'appuyant sur les informations de patients atteints de Covid-19 en Chine, celle-ci affirmait que les fumeurs étaient en moyenne moins touchés par le Covid-19 et envisageait un effet bénéfique de la nicotine sur le traitement de la maladie; des hypothèses aujourd'hui démenties.

En France, plus d'un quart des fumeurs ont augmenté leur consommation de cigarettes pendant le confinement. Une situation principalement liée à l'ennui, à l'angoisse et au stress ressentis par de nombreux Français pendant cette période inédite.

Maëllyss Hedin Journaliste BFMTV