BFMTV

Covid-19: les conseils pour supporter son masque malgré la chaleur

Personnes assises sur la pelouse du Champ de Mars à Paris le 31 mars 2021

Personnes assises sur la pelouse du Champ de Mars à Paris le 31 mars 2021 - BERTRAND GUAY / AFP

Si le port du masque est habituellement inconfortable pour certains, cette sensation pourrait empirer avec la chaleur prévue dès cette fin de semaine, sans oublier l'été arrivant.

À l'approche de l'été, les températures augmentent en France, et devraient de nouveau être en hausse ce week-end et la semaine prochaine. Cette chaleur devra être supportée avec un masque de protection contre le Covid-19, car malgré la levée progressive des restrictions, au moins jusqu'à la fin du mois de juin, "on ne se pose pas la question de relâcher au niveau national le port du masque à l’extérieur", a déclaré ce dimanche le ministre de la Santé Olivier Véran sur BFMTV.

Or "le port du masque médical a été associé, dans quelques études, à une sensation d’inconfort thermique, caractérisé par une augmentation de l’humidité relative et de la sudation à l’intérieur du masque", écrit l'institut canadien de recherche Robert-Sauvé, dans un article consacré aux risques de port du masque en contexte de chaleur au travail. Il écrit que "la chaleur peut compromettre le port adéquat du masque, le porter demande une adaptation".

· Couleur claire et matière légère

Comme pour les vêtements en période de canicule, ce sont les couleurs claires qui sont recommandées pour le masque, ainsi que des matières permettant une meilleure respiration, telles que le coton et le bambou, comme le conseille auprès de la BBC le dermatologue britannique Adil Sheraz.

"Si on est dans une période chaude on va privilégier des masques qui ont, a minima, une couche intérieur ou extérieur en coton, donc discutez en avec votre pharmacien", conseillait sur RMC en mai 2020 Olivier Gibert, porte-parole de l'AFNOR (Association française de normalisation).

Attention, en cas d'achat de masque en tissu, il est conseillé de privilégier des masques de catégorie 1 qui "garantissent une filtration d’au moins 90% et permettent de prévenir la projection de gouttelettes", comme le précise le ministère de la Santé. Les masques de catégorie 2 ne filtrent qu'à 70%.

Le CDC (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies américain) recommande lui des masques "en tissu léger et de couleur claire" afin de diminuer les risques de stress lié à la chaleur. Les couleurs claires sont habituellement conseillées dans les périodes de fortes chaleur, car elles absorbent peu les rayons du soleil, contrairement au noir qui les transforme en chaleur.

· Changer le masque quand il est mouillé

Avec la chaleur vient souvent l'envie de se mouiller le visage pour une sensation de frais. Le masque pourrait être humidifié par cette action, si ce n'est par de la transpiration. Or comme il est répété depuis le début de la crise sanitaire, un masque mouillé doit être remplacé, car ses capacités filtrantes s'en retrouvent atténuées. Les masques "humides ou sales doivent être remplacés par des propres", souligne ainsi le CDC.

"Lorsque le masque est humide ça devient un nid à bactéries, donc il est recommandé pour chaque porteur de changer de masque si celui-ci devient humide ou rend la respiration difficile", explique également Olivier Gibert.

· Éviter de trop le toucher pour s'aérer

L'envie de retirer son masque pour respirer un peu d'air frais sera évidemment tentante, mais il est déconseillé de trop le toucher, car les mains pourraient contaminer la surface de la protection, ou les particules accumulées sur le masque contaminer les mains. En ce sens, "si je touche mon masque, je me lave les mains avec du savon ou du gel désinfectant", rappelle le ministère de la Santé.

Illustrations de recommandations pour le port du masque
Illustrations de recommandations pour le port du masque © Ministère de la Santé

· Se protéger de la chaleur

Comme l'expliquait l'année dernière sur BFMTV Richard Handschuh, médecin généraliste, le port du masque "augmente la chaleur corporelle, parce qu'on ne peut plus évacuer sa chaleur par la buée qui sort naturellement de notre corps quand on respire". Cela pourrait accentuer, notamment pour les personnes sensibles, des phénomènes de coups de chaud, des suffocations voire des malaises.

En ce sens, il est important, comme à chaque vague de chaleur ou de canicule, de rester au frais quanc cela est possible, de se couvrir la tête et de bien s'hydrater.

· La fin du masque cet été?

Si la situation sanitaire continue de s'améliorer, le gouvernement a laissé entrevoir la possibilité d'une fin du port obligatoire de cette protection en extérieur cet été, sans toutefois s'avancer sur une date pour le moment. "Ce qui est sûr aussi, c’est qu’on ne demandera pas aux Français de porter le masque un jour de plus que ce qui est nécessaire", avait déclaré Olivier Véran sur BFMTV dimanche.

"Il existe une transmission arienne démontrée scientifiquement qui quelque part justifie encore aujourd'hui, alors que la population n'est pas assez vaccinée, que l'on se protège les uns les autres", déclarait l'infectiologue Benjamin Davido sur BFMTV mardi dernier. Il ajoute qu'il faut "distinguer deux situations: les situations de rassemblement en extérieur, typiquement un attroupement plus de 1000 personnes, et des situations où vous êtes seul avec un grand espace en pein air", où les risques sont moindres.

Plusieurs départements ont déjà levé l'obligation du port du masque en extérieur, dans certaines zones. Dans les Bouches-du-Rhône par exemple, le masque n'est plus obligatoire depuis la semaine dernière sur les plages et dans les espaces naturels.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV