BFMTV

Covid-19: la HAS maintient l'intervalle de 9 à 12 semaines entre les deux doses d'AstraZeneca

Au total, l'AstraZeneca a entraîné "30 cas, dont 9 décès" de thromboses rares en France, sur plus de 3.855.000 doses administrées au 29 avril

Au total, l'AstraZeneca a entraîné "30 cas, dont 9 décès" de thromboses rares en France, sur plus de 3.855.000 doses administrées au 29 avril - JOEL SAGET © 2019 AFP

La question de diminuer l'intervalle entre les deux injections a été posée dans l'idée d'accélérer la campagne vaccinale, avec l'arrivée du variant indien sur le territoire français.

"Il n’y a pas lieu de remettre en cause les recommandations". Après avoir étudié la possibilité de réduire l'espacement entre les deux doses du vaccin AstraZeneca, la Haute Autorité de Santé (HAS) recommande, dans un communiqué publié ce jeudi, "de ne pas modifier, à ce stade, l’intervalle actuellement prévu entre deux doses de vaccin VAXZEVRIA, soit 9 à 12 semaines".

La question de raccourcir le délai entre les deux doses de ce vaccin a été étudiée pour permettre d'accélérer la campagne de vaccination en France, "dans un contexte d’émergence du variant indien", explique la HAS, et ce alors que la Grande-Bretagne a dernièrement rapproché l'espacement entre les deux doses à huit semaines.

Cela "diminuerait l’efficacité de la protection offerte par le vaccin post deuxième dose"

En France, "la détection du variant B.1.617.2 (variant dit 'indien' ou 'delta') semble progresser, majoritairement chez des personnes de retour d’Inde, mais également au sein de rares clusters familiaux. Toutefois, aucune diffusion dans la population générale de ce variant n’a été identifiée à ce jour", souligne la HAS.

Mais rapprocher les deux doses, et ainsi accélérer la campagne vaccinale pour protéger la population contre ce variant, ne serait pas réellement utile selon les données actuelles. Cela "diminuerait l’efficacité de la protection offerte par le vaccin post deuxième dose, ce qui ne serait pas compensé par une vaccination plus rapide, compte tenu du niveau actuel relativement modéré de circulation du virus et de son variant delta", écrit la HAS.

En ce sens, l'organisme explique que cet avis pourra évoluer en fonction des nouvelles données sur le sujet et de l'évolution du contexte épidémiologique, notamment concernant le variant indien.

Selon de récentes études, le vaccin AstraZeneca semble aussi efficace contre le variant delta qu'il ne l'est pour le variant alpha (dit aussi "britannique").

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV