BFMTV

Covid-19: l'urgentiste François Braun appelle à "se préparer" à une troisième vague

Le chef des urgences du Centre hospitalier régional à Thionville estime qu'il faut rester attentifs à la situation en Grande-Bretagne.

Se dirige-t-on inexorablement vers une troisième vague du Covid-19 en France? Malgré le couvre-feu national mis en place la semaine passée et l'idée d'un nouveau confinement qui prend de plus en plus de place du côté de l'exécutif, les professionnels de santé alertent sur la situation actuelle dans le pays.

Interrogé sur l'antenne de BFMTV, le Dr François Braun, chef des urgences du Centre hospitalier régional à Thionville, dans le département de la Moselle, estime qu'il faut se "préparer" à l'éventualité d'une nouvelle vague de contaminations dans les semaines à venir.

"Il faut clairement envisager ce phénomène de troisième vague. Si vous vous souvenez, au printemps on regardait d’un air un peu lointain ce qui se passait en Chine voire même en Italie, on a vu ce que ça a donné quelques semaines après. Vouloir se cacher les yeux de ce qui se passe en Angleterre et dire que cela ne passera jamais la Manche, que cela n’arrivera pas chez nous, serait totalement inconscient dans la prise en charge de l’épidémie", a-t-il expliqué.

"Le couvre-feu fonctionne"

Pour le médecin, si l'on prend "des moyennes lissées sur les sept derniers jours", alors la "pente est toujours légèrement ascendante" en France. Pour autant, selon son avis, les mesures coercitives prises progressivement pas le gouvernement semblent porter leurs fruits.

"Je pense qu’on peut déjà dire que le couvre-feu fonctionne dans le sens où nous n’avons pas cette augmentation importante du nombre de cas. C’est toute la difficulté avec cette situation, quand on prend des mesures, on a l’effet que plus tard", rappelle-t-il.

Quant à un nouveau confinement, le docteur François Braun appelle au "pragmatisme."

"Moins nous allons circuler, moins le virus va circuler et moins nous aurons de contaminations. Après, quel est l’effet exact? Si on peut maintenir ce plateau voire le diminuer un peu, c’est au moins le minimum", conclut-il.
https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV