BFMTV

Covid-19: l'hôpital de Bayeux réprimandé pour avoir mélangé des fonds de vaccin en vue d'en extraire une 7e dose

Un flacon du vaccin Pfizer-BioNTech contre le Covid-19, le 1er février 2021 à Paris

Un flacon du vaccin Pfizer-BioNTech contre le Covid-19, le 1er février 2021 à Paris - JOEL SAGET © 2019 AFP

L'Agence régionale de santé de Normandie a rappelé la structure hospitalière à l'ordre, rapportent plusieurs médias locaux.

Mélanger plusieurs fonds de vaccins restants contre le Covid-19 pour obtenir une dose supplémentaire: c'est une technique qui a été utilisée par l'hôpital de Bayeux, dans le Calvados, avant que l'Agence régionale de santé (ARS) ne rappelle les règles en vigueur.

Les faits sont relatés par France Bleu Normandie et Ouest-France. L'hôpital de Bayeux est parvenu à constituer une "septième dose" du vaccin de Pfizer-BioNTech afin de l'administrer à un patient supplémentaire.

Initialement, les contenus des flacons étaient administrés à cinq patients, selon les règles édictées par les autorités sanitaires. Fin janvier, ce chiffre a été porté à six.

En mélangeant le médicament qui restait dans les flacons après y avoir puisé les six doses réglementaires, des membres du personnel de l'hôpital de Bayeux sont parvenus à constituer des doses supplémentaires, qui ont pu être injectées, avec en toile de fond les difficultés d'approvisionnement du vaccin.

Risque infectieux?

C'est lors d'une réunion au sein de l'hôpital que le directeur a fait état de cette pratique, début février, comme le rapporte Ouest-France:

"Il était fier d'annoncer que Bayeux faisait mieux, alors que la sixième dose venait tout juste d'être autorisée", relate Rodolphe Gosselin, secrétaire Force ouvrière (FO) du Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). Mais "mélanger le contenu de plusieurs flacons pourrait aussi multiplier les risques infectieux", s'inquiète le syndicaliste.

L'hôpital se défend

Le 15 février, l'ARS est prévenue et recadre l'hôpital: "Nous avons exigé que l'hôpital de Bayeux cesse immédiatement cette pratique. Nous lui avons demandé de se conformer aux recommandations des laboratoires, en abandonnant une méthode que nous n'avons jamais encouragée", indique-t-elle à Ouest-France.

France Bleu précise qu'il a été demandé à l'hôpital d'"identifier et informer tous les patients" à qui ces doses ont été administrées.

L'hôpital, selon le quotidien, avait déclaré en amont que cette pratique était aussi de mise ailleurs sans être tenue secrète, et que l'ARS avait connaissance de cette "variable d'ajustement".

Auprès de France Bleu, l'établissement de soins défend ses pratiques: "Le vaccin Pfizer est fabriqué dans d'immenses cuves qui correspondent à un numéro de lot chacune. Celui-ci est apposé sur chaque flacon. À ce jour, et ce, depuis le 7 janvier 2021 date de sa mise en place, le centre de vaccination de Bayeux a réceptionné 462 flacons issus de sept lots différents. La traçabilité est assurée au numéro de lot, c'est pourquoi il n'a jamais été fait au centre de vaccination de mélange de flacons issus de lots différents."

Clarisse Martin Journaliste BFMTV