BFMTV

Covid-19 en Mayenne: les manifestations publiques suspendues jusqu'au 27 juillet à Laval

Les manifestations publiques sont de nouveau interdites jusqu'au 27 juillet à Laval, a annoncé le maire de la ville ce jeudi, alors que la circulation du virus repart à la hausse ces dernières semaines dans le département.

Les annulations d'événements s'enchaînent à Laval, en Mayenne, après la découverte de six clusters et de plus de 220 nouveaux cas de coronavirus en quelques semaines. Le maire de la ville, Florian Bercault, a annoncé ce jeudi que les manifestations publiques étaient désormais annulées jusqu'au 27 juillet, et notamment les festivités du 14 juillet.

"Concernant les manifestations de cet été, j'ai décidé d'annuler les manifestations du 14 juillet, notamment les feux d'artifice", a déclaré le maire de Laval ce jeudi sur BFMTV. "Mais également de reporter les manifestations que sont Laval Plage (...) tout comme les Estivales. Ces événements sont suspendus jusqu'au 27 juillet".

Étalement des marchés et masque obligatoire

"Nous allons revenir à un dispositif avec un étalement des marchés, notamment pour celui du samedi matin à la cathédrale et à la gare, et avec masque obligatoire", a ajouté Florian Bercault, précisant qu'il allait "rappeller aux commerçants l'importance de porter le masque, notamment pour leurs clients".

Le maire de la ville s'est voulu rassurant, ce jeudi sur BFMTV, en assurant que Laval ne devrait pas être reconfinée de sitôt. "On n'en est pas là", a-t-il déclaré, appelant tout de même les habitants à "prendre les chiffres avec considération".

Un plan de dépistage massif du Covid-19 va être lancé la semaine prochaine sur la population mayennaise, sur la base du volontariat, à commencer par Laval, après le constat d'un accroissement anormal de la circulation du virus dans le département, ont annoncé mercredi l'ARS des Pays de la Loire et la préfecture.

Entre le 25 et le 30 juin en Mayenne, le nombre de nouveaux cas positifs au Covid-19 est passé de 54 à 109, puis de 109 à 219 entre le 30 juin et le 6 juillet. C'est ce doublement, à deux reprises et en deux semaines, du nombre de cas découverts qui inquiète les autorités, laissant penser que la circulation du virus est plus intense.

Jeanne Bulant Journaliste BFMTV