BFMTV

Covid-19: 15% des vaccins achetés par l'UE iront à la France, selon Agnès Pannier-Runacher

Le vaccin contre le Covid-19 développé par l'entreprise SInovac Biotech, le 8 août 2020 à Porto Alegre, au Brésil (Photo d'illustration)

Le vaccin contre le Covid-19 développé par l'entreprise SInovac Biotech, le 8 août 2020 à Porto Alegre, au Brésil (Photo d'illustration) - SILVIO AVILA © 2019 AFP

Agnès Pannier-Runacher, la ministre déléguée à l'Industrie, a fait savoir que six contrats d'approvisionnement en vaccins contre le Covid-19 devraient être signés d'ici la fin du mois de novembre.

Six contrats d'approvisionnement en vaccins contre le Covid-19 devraient avoir été signés d'ici fin novembre, a indiqué dimanche Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l'Industrie, relevant que 15% des volumes acquis par l'UE iront à la France

"Nous avons six contrats, soit signés soit en passe de l'être: quatre contrats signés et deux pré-accords dont la rédaction juridique doit suivre un processus de validation. Donc, six accords signés d'ici fin novembre", a dit sur Radio J la ministre, impliquée dans les négociations au niveau européen.

Six contrats signés fin novembre

Selon elle, "chacun de ces accords correspond à 200 à 300 millions de doses de vaccin en commande ferme, plus 100 à 200 millions de plus optionnels. Un seul de ces contrats, avec Moderna, porte sur des doses plus petites, 80 millions, cela est lié à la complexité de fabrication".

Et "nous (la France, ndlr) c'est 15% des volumes", a-t-elle précisé, suivant le pro-rata dans la population européenne.

En terme de calendrier "chacun (des vaccins) doit faire ses preuves, trois sont en quasi qualification finale mais rien ne préjuge de la fin des essais cliniques", a-t-elle dit, rappelant que, selon les avancées, l'Agence européenne du médicament pourrait délivrer de premières autorisations d'ici à la fin décembre.

"Nous nous sommes assurés que la quasi totalité des vaccins et tous les ingrédients soient produits en Europe, pour ne pas avoir de difficulté d'approvisionnement", a ajouté la ministre.

Un vaccin obligatoire?

Imposera-t-on des obligations de vaccination? "Je ne suis pas médecin. Aujourd'hui ce qui se discute au niveau européen est de considérer qu'il y a une recommandation sur des publics cibles, prioritaires", a-t-elle répondu.

Quant aux masques chirurgicaux et FFP2 de fabrication française, elle chiffre leur production à 60 millions par semaine, un chiffre qui devrait passer à 100 millions en décembre.

"On aura multiplié par 30 la production en France", s'est-elle félicitée, relevant que Santé Publique France en a commandé un milliard aux producteurs français.

Jeanne Bulant avec AFP Journaliste BFMTV