BFMTV

Covid-19: 14% de variants dans les cas positifs en France, selon les résultats préliminaires de la dernière enquête flash

La circulation des variants du Covid-19 augmente sur le territoire français mais elle n'est "pas explosive", selon le Pr Bruno Lina, qui a dévoilé ce mercredi les résultats préliminaires de la dernière enquête flash.

La circulation des variants du Covid-19 sur le territoire français augmente mais n'est "pas explosive", a fait savoir ce mercredi le Pr Bruno Lina, virologue et membre du Conseil scientifique, sur BFM Lyon. Il est en charge des enquêtes flash censées déterminer l'étendue de la circulation des variants en France.

D'après le Pr Lina, les résultats préliminaires de la dernière enquête flash, qui date des 26 et 27 janvier, révèlent que les variants représentent 14% des cas positifs en France. Les conclusions finales et consolidées de cette enquête seront rendues publiques ce jeudi.

"Une augmentation pas explosive"

Bruno Lina appelle à manier ces chiffres avec prudence, car il reste encore 20% des échantillons, entre 800 et 900, à séquencer afin d'avoir une idée beaucoup plus fine de la circulation des différents variants sur le sol français.

"On commence à avoir une augmentation de la circulation des variants mais elle n'est pas explosive", a-t-il déclaré au micro de BFM Lyon lors d'un déplacement dans un centre de dépistage lyonnais.

Cela correspond donc bien à une croissance exponentielle de la propagation du variant anglais, de l'ordre de 60% par semaine, car celui-ci ne représentait que 3.3% des tests réalisés les 7 et 8 janvier dernier à l'échelle nationale, selon les résultats consolidés de la dernière enquête flash.

Il s'agit d'une hausse proche des estimations d'Olivier Véran dimanche, qui évoquait une augmentation d'environ 50% par semaine, contre 70 à 100% à l'étranger dans les pays sans couvre-feu.

Des disparités régionales sont cependant notables, puisque le variant est particulièrement concentré dans la région Île-de-France, d'après Bruno Lina.

Cette forte augmentation de la circulation du variant britannique fait redouter aux spécialistes une situation tendue fin février.

Margaux de Frouville et Jeanne Bulant