BFMTV

Coronavirus: pourquoi de nouveaux cas de coronavirus sont recensés chaque jour malgré le confinement

Mardi, plus de 1.800 personnes ont été hospitalisées.

Mardi, plus de 1.800 personnes ont été hospitalisées. - AFP

Malgré la baisse du nombre de patients atteints du coronavirus admis en service de réanimation baisse en France depuis le 9 avril, de nouveaux malades sont hospitalisés chaque jour. Leur nombre reste inférieur à celui des personnes qui peuvent sortir.

Le directeur de l'AP-HP Martin Hirsch parle de "lame de fond", de "mouvement long" pour évoquer l'épidémie à laquelle la France est confrontée depuis plusieurs semaines. Deux chiffres traduisent cette image: celui du nombre de nouveaux cas recensés, 2267 en plus en 24 heures et celui du nombre de personnes encore admises en service de réanimation chaque jour et ce malgré l'instauration du confinement depuis le 17 mars. Mardi, 1885 nouveaux malades du Covid-19 ont dû être hospitalisés.

Ces nouvelles hospitalisations concernent pour une large part des personnels soignants ou travaillant dans les Ehpad, mais aussi les pensionnaires de ces établissements.

"Une piste d'explication, c'est quand même le retard des éléments de protection, rappelle le docteur Alain Ducardonnet, médecin généraliste et consultant santé de BFMTV. On sait que le personnel soignant, en ce qui concerne les masques, a été très peu alimenté."

Les caissières et agents de sécurité en première ligne

L'accélération du nombre de tests a permis d'identifier davantage de cas. Le gouvernement vise désormais plus de 70.000 dépistages par jour d'ici au 11 mai et le dépistage est axé sur ces populations. Au début du mois d'avril, le ministre de la Santé avait en effet annoncé une vaste campagne dans les Ehpad, particulièrement touchés par l'épidémie, des tests qui seront "progressivement déployé sur le territoire", avait-il alors précisé.

Après le 11 mai, "si vous êtes porteur de symptômes (...) et que vous voulez savoir si vous êtes malade, ou si vous avez été en contact rapproché d'une personne dont on sait qu'elle est malade, vous pouvez, vous devrez bénéficier de ce test virologique", a d'ailleurs expliqué Olivier Véran dimanche.

Depuis plus d'un mois, les Français sont confinés à leur domicile avec des autorisations de déplacement strictes, comme faire ses courses ou se rendre au travail. Des restrictions globalement respectées. Mais ces sorties peuvent faire augmenter le nombre de cas alors que la France compte désormais 159.300 cas. Selon l'Agence régionale de santé, les personnes qui travaillent au contact du public, les caissières, les agents de sécurité, par exemple, font partie de ces contaminations récentes.

Deux autres situations font apparaître de nouveaux cas. Depuis le début de l'épidémie, la grande crainte des scientifiques porte sur les personnes asymptomatiques ou présymptomatiques, alors que le ministre de la Santé estime que 80% des gens ne présentent peu ou pas de symptômes. Le délai d'incubation, c'est-à-dire la période entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes, est en moyenne de 5 jours. Mais ce délai peut s’étendre jusqu’à 14 jours. Pendant deux semaines, des personnes infectées peuvent donc transmettre la maladie avant l'apparition de symptômes.

Des hommes de plus de 60 ans

Ces personnes peuvent donc avoir contaminé leur entourage avec lequel elles sont confinées, sans le savoir. Selon plusieurs médecins généralistes contactés par BFMTV, les nouveaux cas recensés en ville sont des personnes contaminées dans le cadre familial. A ces contaminations s'ajoutent celles de personnes qui ont été hospitalisées et qui sont depuis sorties. Elles sont "rentrées chez elles et ont contaminé leur entourage", précisait sur Franceinfo l'épidémiologiste William Dab. 

En Ile-de-France, les nouveaux cas sont principalement des hommes, âgés d'au moins 60 ans et souffrant souvent d'autres pathologies. Des critères aggravants pour la maladie à en croire les premières observations des médecins, notamment dans les services de réanimation. L'autre facteur est la promiscuité: ces nouveaux malades résident davantage dans des quartiers modestes d'Ile-de-France, avec une suroccupation des logements.

Malgré les hospitalisations de nouveaux malades chaque jour, le nombre de personnes en réanimation baisse depuis le 9 avril. Mardi, 5433 patients s'y trouvaient toujours, un chiffre en recul de 531 cas en 24 heures.

Justine Chevalier avec Cécile Danré