BFMTV

Coronavirus: non, il ne sert à rien de mettre une écharpe ou un foulard devant sa bouche 

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) - Philippe LOPEZ / AFP

Au moment de sortir, certains mettent désormais foulards ou écharpes devant leur bouche pour se préserver des postillons et se donner davantage de chance d'échapper à la contamination au coronavirus. Mais ce recours est parfaitement inutile.

Le coronavirus continue sa poussée au sein de la population et chacun commence à adapter sa conduite, ses habitudes. Tandis que tous sont appelés à réduire strictement leurs déplacements, beaucoup cherchent naturellement à limiter encore les risques durant les trajets et les interactions inévitables. Certains d'entre nous plaquent ainsi une écharpe, un foulard au lieu d'un masque sur leur bouche pour éviter de recevoir les postillons, potentiellement porteurs du virus, et peut-être préserver autrui.

Virus trop petit, maillage trop large 

Mais il y a deux problèmes dans ce constat: d'une part, le port du masque lui-même n'opère que sous certaines conditions selon les autorités, de l'autre, opposer son tissu ou sa laine aux miasmes de son interlocuteur ne sert à rien.

Tout d'abord, les masques réglementaires sont à usage unique et ne restent que quelques heures étanches à la maladie. De plus, les autorités préconisent de n'en porter que si on est soi-même atteint par le coronavirus ou au contact direct de patients qui en souffrent, comme le font les médecins.

Quant à l'inutilité de mettre son cache-nez ou son fichu devant sa bouche pour espérer en faire un rempart, elle s'explique par la taille infinitésimale de la particule pouvant transporter par le virus, comme le notait déjà Sciences et Avenir il y a quelques jours.

Selon une étude chinoise parue le 20 février dernier, et citée sur notre plateau ce lundi, le coronavirus ne mesure que 60 à 140 nanomètres. Pour mieux comprendre sa petitesse, il suffit de la comparer à un cheveu qui lui représente 100.000 nanomètres en moyenne. Autant dire que le maillage d'une écharpe ne pourra que le laisser passer contrairement à celui, bien plus dense, d'un masque réglementaire lors des premières heures de son emploi. Les seules précautions valides sont donc la limitation maximale des déplacements, le maintien d'une distance avec autrui et le lavage régulier des mains.

Robin Verner, avec Alexandra Gonzalez