BFMTV

Coronavirus: les visages de la tragédie en France

En France comme ailleurs, les victimes du nouveau coronavirus sont de tous âges, de tous horizons et de toutes conditions. En voici quelques-unes.

La mort de Julie A., adolescente francilienne âgée de 16 ans, des suites du Covid-19 a marqué les esprits par sa jeunesse. Alors que le bilan français des dernières 24 heures s'élève à 471 morts, pour un total de plus de 4500 personnes fauchées par la pandémie due au nouveau coronavirus, certains proches de victimes ont accepté de parler d'elles à BFMTV.

Parmi les victimes, Aïcha Issadounène, 52 ans, caissière pendant 30 ans dans un hypermarché de Saint-Denis. Son frère Khalid nous raconte les derniers instants de sa sœur:

"Elle a travaillé jusqu'au lundi 16 mars, et (...) ensuite elle se sentait pas bien, elle s'est mise en arrêt maladie. (...) Je n'arrivais plus à la joindre, les pompiers ont enfoncé la porte. Elle avait 20% d'oxygène, il ont fait tout pour la soigner, et après elle était à l'hôpital, (...) elle est partie." 

"Je n'ai pas pu lui dire 'au revoir'"

Denise Millet, morte à 86 ans, était dessinatrice, coloriste et illustratrice. Elle et son mari Claude, nés à quelques jours d'écart en mai 1933, ont été de grands noms de la littérature de jeunesse. C'est leur petit-fils Pierre, journaliste, qui a annoncé la triste nouvelle via les réseaux sociaux. 

Odile Billaudel a elle aussi perdu son mari Francis, mort à l'âge de 86 ans du Covid-19. Elle aussi a contracté la maladie et été placée sous oxygène, mais s'en est sortie. Elle n'a pu revoir son époux avant sa mort. 

"C'était très dur de vivre avec cette idée qu'il était loin de moi, qu'on avait vécu 55 ans ensemble, et que je ne le reverrais plus. Je n'ai pas pu lui dire 'au revoir', alors les enfants m'ont demandé de mettre un petit mot, que j'ai mis et qui les a fait pleurer d'ailleurs, (...) qu'ils lui ont lu", raconte-t-elle, très émue. 
Pauline Revenaz avec JP