BFMTV

Coronavirus: les caillots de sang, nouveau symptôme inquiétant observé chez des malades

D'après de récentes observations de médecins aux Etats-Unis, en France et en Chine, le coronavirus provoque la formation de caillots de sang. Chez certains patients, comme l'acteur Nick Cordero, celle-ci a débouché sur une amputation d'un membre.

C'est l'une des - nombreuses - sombres découvertes de la pandémie: le Covid-19, initialement perçu comme une virulente affection respiratoire, attaque bien plus que les poumons. On s'était déjà aperçu que d'autres organes, comme les reins, étaient affectés. Récemment, les soignants ont également découvert la formation de caillots de sang, qui bloquent la circulation du sang de la personne contaminée. 

Embolie pulmonaire, AVC

Divers scénarios ont été observés chez des malades du Covid-19 ayant développé des caillots de sang et qui n'avaient par ailleurs, aucun facteur de risque. Chez certains, quand des caillots de sang se sont formés dans les veines de la jambe (phlébite), ils ont remonté vers les poumons et y ont bouché l'artère, en les mettant à l'arrêt. C'est ce qu'on appelle une embolie pulmonaire.

Dans le cœur, ils ont également pu provoquer une crise cardiaque. Quand ils sont allés au cerveau, certains patients ont été victimes d'un accident vasculaire cérébral. Enfin, la formation de caillots dans des vaisseaux sanguins a également pu asphyxier les membres, nécessitant alors l'amputation. 

L'acteur Nick Cordero amputé de la jambe

C'est notamment le cas de l'acteur canadien Nick Cordero, qui après avoir été contaminé par le virus et avoir passé dix-huit jours en réanimation à Los Angeles, a dû se faire amputer de sa jambe droite.

"On parle plus souvent de comorbidité, de maladie cardiaque, neurologique... Là, on est face à quelqu'un qui avait la quarantaine et était en pleine forme", note le spécialiste santé de BFMTV Alain Ducardonnet. 

"Le problème est celui d'une nouvelle attaque du virus vers la coagulation du sang. Elle peut perturber soit le système veineux ou la coagulation au niveau d'une artère. Dans ce cas, on n(a pas réussi à déboucher l'artère, et il a malheureusement fallu amputer", ajoute-t-il. 

Des "microcaillots" anormaux

Normalement, contre les caillots, des anticoagulants comme l'héparine sont administrés. Mais cela ne marche pas toujours et cause parfois une hémorragie interne, comme chez Nick Cordero, selon sa femme qui informe ses fans sur Instagram. 

"Cette coagulation ne ressemble pas à la coagulation habituelle", observe Langone, Shari Brosnahan, médecin réanimatrice spécialiste des poumons, auprès de l'AFP.

Beaucoup ont des "microcaillots", dit-elle, "jusque dans les capillaires", qui sont les vaisseaux sanguins les plus petits. Impossible en ce cas d'opérer, contrairement aux gros caillots dans un poumon ou le cerveau. L'amputation est alors souvent la seule fin possible.

"Les virus font souvent des choses étranges"

D'abord en Chine, puis en Europe, et maintenant aux Etats-Unis, les médecins apprennent sur le tas et tentent de comprendre le phénomène. Peut-être est-ce dû aux antécédents cardiovasculaires ou pulmonaires de nombreux patients, avance à l'AFP Behnood Bikdeli, spécialiste en médecine interne au centre médical universitaire de Columbia. Peut-être les caillots sont une conséquence de la flambée inflammatoire associée à la maladie. Une dernière hypothèse est que le coronavirus agisse directement sur la coagulation. A ce stade, rien n'est prouvé.

"Les virus font souvent des choses étranges", poursuit Shari Brosnahan. La médecin, en rappelant que le virus de la mononucléose (Epstein-Barr) a été associé à la leucémie, ou le virus HPV au cancer du col de l'utérus. La diversité des complications du Covid-19 peut sembler déroutante, mais la recherche sur le ou les mécanismes profonds n'a démarré que depuis quatre mois.

"On est juste en train de découvrir les choses étranges que ce virus produit", remarque-t-elle.
Esther Paolini avec AFP