BFMTV

Coronavirus: des premiers résultats encourageants pour les tests salivaires

Un chercheur du laboratoire  Sys2diag.

Un chercheur du laboratoire Sys2diag. - Sylvain THOMAS / AFP

Le CNRS s'est félicité mardi des premiers résultats du test salivaire EasyCov pour dépister les cas de coronavirus. Celui-ci doit être commercialisé dans le courant de ce mois de juin.

Bonne nouvelle sur le front du dépistage. Le CNRS a dévoilé mardi, après une prépublication samedi sur la plateforme MedRxiv, les premiers résultats du test EasyCov qui prétend débusquer les cas de nouveau coronavirus grâce à des prélèvements salivaires, tandis que le fameux test RT-PCR procède via des échantillons tirés du nez et du pharynx des patients. Et ils sont satisfaisants, selon l'institution. 

Un code couleur 

La méthode EasyCov a été mise au point au laboratoire Sys2diag, affilié au CNRS. Son expérimentation a débuté le 11 avril au CHU de Montpellier. Elle a concerné, jusqu'ici, 123 patients, dont 93 soignants asymptomatiques, et 30 patients, dont dix contaminés récemment. A terme, un total de 180 patients aura été testé selon ce protocole. Par ailleurs, les 123 personnes dépistées à ce jour l'ont été en double aveugle, à la fois via EasyCov et RT-PCR. 

Le test EasyCov se déroule de la façon suivante: une fois l'échantillon de salive prélevé, il est incubé et chauffé à 65°C pendant deux périodes successives de trente minutes. Un code couleur permettra d'identifier l'issue du processus. Si elle est négative, la solution prendra un ton orangé, si elle est positive, elle virera au jaune. 

Réputé fiable 

La rapidité du nouveau test, et sa simplicité, apparaissent comme les premiers motifs de la satisfaction nourrie par les acteurs de l'expérimentation. Le résultat tombe ainsi en une heure quand le test RT-PCR ne délivre sa sentence qu'au bout de 24 heures. Par ailleurs, ceux-ci ont reçu quelques gages sur la fiabilité de la méthode.

Elle a permis de mettre en évidence un cas pré-symptomatique parmi les soignants. De plus, le CNRS se félicite qu'EasyCov produise peu de faux-positifs (avec une spécificité de 95,7%) et moins de 30% de faux-négatifs. Le test salivaire devrait être commercialisé et déployé dans le courant du mois par la société Skillcell. 

Robin Verner