BFMTV

Coronavirus : 12 nouveaux cas semblent reliés à une chaîne de contamination dans l'Oise

Olivier Véran ce jeudi.

Olivier Véran ce jeudi. - BFMTV

Vingt nouveaux cas de coronavirus ont été détectés ce jeudi, dont "un regroupement de douze cas" lié aux deux malades identifiés mercredi dans l'Oise, dont trois "sur une base militaire" à Creil.

Après la mort d'un enseignant de l'Oise et l'hospitalisation d'un autre habitant du département, 12 personnes infectées par le coronavirus et "reliées à ces malades" ont été identifiées par les autorités, qui recherchent toujours le "patient zéro". Voici ce que l'on sait.

Deux premiers patients dans un triangle de 40 km

Les deux premiers patients connus dans l'Oise vivaient et travaillaient dans un triangle de 40 km.

Dominique V., 60 ans, habitant à Vaumoise (900 habitants), dont il était conseiller municipal, était professeur de technologie à 8 km de là, au collège Jean de La Fontaine de Crépy-en-Valois. Il est décédé dans la nuit de mardi à mercredi à la Pitié-Salpêtrière à Paris.

Il était en arrêt de travail depuis le 12 février (les vacances de sa zone ont démarré le 14). Il avait d'abord été hospitalisé à Creil pendant six jours, avant d'être transféré à Paris mardi "en grande détresse respiratoire et cardiaque". C'est devant son état que les équipes de l'hôpital avaient procédé à un test de dépistage du coronavirus.

Le second patient, un chauffeur de 55 ans travaillant, comme civil, sur la base militaire de Creil et habitant La Croix-Saint-Ouen (4.700 habitants) est hospitalisé au CHU d'Amiens "dans le service de réanimation, dans un état grave". Testé positif au coronavirus, il a d'abord été hospitalisé à Compiègne, du 12 février jusqu'à mardi.

Douze cas confirmés reliés à ces malades

Recherchant l'origine de l'infection, les autorités ont identifié "un regroupement de 12 cas reliés" aux malades de l'Oise, "qui semblent liés entre eux par une chaîne de contamination", a indiqué jeudi soir lors d'une conférence de presse le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon. Parmi ces personnes, "trois ont été diagnostiquées sur la base militaire" de Creil.

Ces nouveaux cas confirmés sont des "contacts professionnels ou familiaux" des deux premiers malades et avaient, pour certains, quitté la région lorsqu'ils ont été "contactés pour être testés". Ils se trouvent donc aujourd'hui hospitalisés "dans de nombreux sites hospitaliers" à Nantes, Lille, Dijon, Saint-Mandé, Compiègne et Paris. Deux des malades se trouvent dans un état "grave", à l'hôpital Tenon (Paris) et à Compiègne.

"La recherche et le diagnostic des personnes contact se poursuit" et une équipe composée d'infectiologues, urgentistes, hygiénistes et épidémiologistes se rend sur place vendredi pour "poursuivre les investigations", a précisé le Pr Salomon.

Les autorités entendent "remonter l'origine de ces patients" et la "relation entre eux", pas encore définie, afin d'aller "progressivement vers le patient zéro", première personne porteuse du virus dans cette zone.

Service de réanimation fermé à Creil

Une centaine d'agents de l'hôpital de Creil et une centaine de celui de Compiègne qui auraient été en contact avec les deux premiers patients infectés sont confinés chez eux pendant 14 jours.

Manquant de personnel, le service de réanimation de l'hôpital de Creil et le service de soins continus ont été fermés mercredi et rouvriront le 11 mars à 8h00.

Jean Desessart, maire de La Croix-Saint-Ouen, a décidé d'annuler toutes "les manifestations prévues" dans sa commune "jusqu'au 8 mars inclus", ainsi que tous les entraînements sportifs et "temps associatifs". Pas de fermeture en revanche de la crèche, ni des écoles "à ce stade".

L'exploitant de l'aéroport Beauvais-Tillé a apporté des "garanties" pour que les passagers d'un avion dans lequel une personne se dirait malade soient confinées et vues par le Samu, selon la présidente (LR) du Conseil départemental Nadège Lefebvre.

Les élèves et le personnel du collège Jean de La Fontaine qui "ont été en contact" avec l'enseignant "alors qu'il pouvait être contagieux, les 10 et 11 février" seront examinés lundi et mardi, selon le rectorat. Les cours se feront alors à distance. L'établissement devrait rouvrir jeudi 4 mars.

Florian Bouhot avec AFP