BFMTV

Consommation, approvisionnement: les conséquences du confinement pour les fumeurs de cannabis

L'étude s'adresse aux consommateurs réguliers de cannabis.

L'étude s'adresse aux consommateurs réguliers de cannabis. - AFP

Une enquête a été lancée pour étudier les usages et pratiques des fumeurs réguliers de cannabis pendant la période de confinement. Les premiers résultats tendent à montrer qu'il y a eu un glissement d'une consommation festive à une consommation chronique.

En cinq jours, 5000 personnes ont déjà répondu à l'enquête "Cannavid" lancée par l'association marseillaise Bus 31/32, mobilisée dans la réduction des risques liés à l’usage de drogues, en lien avec l'Inserm. L'objectif de cette étude est d'étudier et d'analyser les pratiques de consommation de cannabis chez les fumeurs réguliers en cette période de confinement.

"D'évaluer l'impact de la consommation de cannabis sur vos autres consommations de substances psychoactives et sur les stratégies que vous avez mis en place face à ce confinement", est-il écrit sur l'enquête en ligne.

"Le contexte est particulier pour les usagers de drogue, reconnait Victor Martin, chargé de projet en réduction des risques à l'association Bus 31/32, contacté par BFMTV.com. Le type de risques est aggravé par la crise sanitaire et par le confinement."

Changement de consommation

L'étude a été construite en collaboration avec Perrine Roux, chercheuse à l’Inserm, l'Institut nationale de la santé et de la recherche médicale, qui travaille notamment sur les maladies infectieuses et les addictions. Anonyme le questionnaire, à destination des consommateurs réguliers de cannabis, est composé de 260 questions réparties en cinq thèmes distincts. Il faut entre 15 et 20 minutes pour y répondre.

Les deux principaux risques liés à la consommation de cannabis sont un sevrage subi brutal par manque d'approvisionnement ou un risque de stockage du consommateur et une surconsommation pendant le confinement. "Nous constatons, à partir des remontées de terrain, ces deux situations extrêmes", poursuit Victor Martin.

Et de préciser: "On note aussi des différences de consommation, il y a un glissement qui s'est opéré d'une consommation festive à désormais une consommation chronique à domicile."

Etats psychique des consommateurs

Cette période est inquiétante pour les addictologues et les associations de prévention des risques et de suivi des consommateurs. L'étude se concentre également sur l'état psychique de ces consommateurs de cannabis. L'idée va être de préparer l'après-confinement et d'adapter les dispositifs de prise en charge et d'intervention. Les responsables craignent deux effets: un risque de rattrapage de la consommation à la sortie du confinement, et une rechute très dure pour les consommateurs.

Selon une étude américaine, plus de la moitié des Américains interrogés ont déclaré qu'ils achetaient de l'herbe pour "se calmer" et faire face à l'épidémie. Dans le pays, où la consommation est légale dans certains Etats, les Américains ont fait un stock de produits, au même titre que du papier WC ou des conserves, lorsque le confinement a été décrété, explique The Economist

Selon Headset, une société américaine qui analyse les données de l'industrie du cannabis, les ventes de produits de marijuana en Californie ont ainsi augmenté de 92,5% le 16 mars lorsque des responsables de sept comtés de la baie de San Francisco ont ordonné aux 7 millions d'habitants de se confiner. Huit Etats ont également déclaré les magasins qui vendent des produits à base de cannabis comme "de première nécessité" et sont donc restés ouverts.

Etudier l'impact du cannabis sur le Covid-19

En France, les premiers résultats de l'enquête menée conjointement par l'association Bus 31/32 et l'Inserm devraient être connus dans les prochaines semaines. Le nombre de consommateurs réguliers de cannabis est évalué à un million de personnes en France: si 10.000 personnes répondaient à l'enquête, ses responsables auraient déjà un échantillon de 1%. Le conseil scientifique composé pour cette étude va déjà commencer dans les prochains jours à étudier les réponses obtenues.

L'une des principales interrogations réside également dans les conséquences d'une consommation de cannabis en cas d'infection par le coronavirus.

"On s'interroge s'il n'y aurait pas d'effet du cannabis sur le Covid-19, explique Victor Martin. Cela nous permettra d'avoir une piste plus fouillée."

Des questionnements orientés par les différentes études menées sur les effets de la nicotine. Une équipe de médecine interne de l'hôpital de la Pitié Salpétrière, et d'un neurobiologiste mondialement reconnu, membre de l’Académie des Sciences, Jean-Pierre Changeux, vient d'émettre l'hypothèse que la nicotine, contenue dans les cigarettes, pourrait avoir des effets préventifs et thérapeutiques sur la maladie. Une étude clinique devrait être menée.

Justine Chevalier