BFMTV

Comment vont les quatre patients atteints du coronavirus en France?

BFMTV

Alors que l'inquiétude grandit autour de l'épidémie de coronavirus, l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) puis la ministre de la Santé ont donné des nouvelles des patients atteints du mystérieux virus chinois sur le sol français.

Avec près de 6000 personnes contaminées et 132 morts en Chine, l'épidémie de coronavirus se propage dans le monde. En France, le nombre de contaminations est monté à cinq ce mercredi: un à Bordeaux, et quatre dans la capitale. 

Si certains cas ne soulèvent pas d'inquiétude particulière en raison de leur état stable, d'autres sont plus préoccupants, selon les dernières nouvelles communiquées ce mercredi par la ministre de la Santé Agnès Buzyn, mais aussi par le professeur Yazdan Yazdanpanah, chef du service maladies infectieuses de l'hôpital Bichat à Paris.

  • Un touriste chinois âgé "dans un état grave"

Le quatrième cas de coronavirus confirmé en France est le cas qui soulève la plus vive inquiétude des médecins. Il s'agit d'un touriste chinois âgé de 80 ans, provenant de la province de Hubei et arrivé en France jeudi dernier.

Désormais placé "sous ventilation artificielle" au sein du service réanimation de l'hôpital Bichat, il est dans un état qualifié de "grave" par le chef du service maladies infectieuses à Bichat. "On va faire tout ce qu'on peut mais c'est sévère", a déclaré le professeur, inquiet.

L'homme a été hospitalisé après avoir contacté le SAMU deux fois samedi. Comme il ne toussait pas et ne revenait pas de la zone où a commencé l'épidémie, les médecins ont dans un premier temps exclu la possibilité d’une contamination au coronavirus. Mais l'état de ce patient, toujours hospitalisé, s'est rapidement aggravé en raison de son âge avancé. Il a donc été admis en réanimation, avant que le test au coronavirus ne s'avère positif ce mardi.

"C'est une situation clinique préoccupante qui nécessite des soins continus", avait indiqué mardi le directeur général de la Santé.
  • Sa fille de 50 ans infectée à son tour 

La fille de l'octogénaire, elle âgée de 50 ans, est elle aussi hospitalisée. Le test réalisé ce mercredi afin de vérifier que son père ne lui avait pas transmis le coronavirus s'est révélé positif, selon la ministre de la Santé Agnès Buzyn. Cette quinquagénaire voyageait en France avec son père. 

  • L'état du trentenaire "s'est dégradé"

L'état de l'homme trentenaire admis vendredi dernier "s'est dégradé", a fait savoir la ministre de la Santé Agnès Buzyn mercredi soir. Dans la journée, cet homme d'origine chinoise avait été admis par mesure de "prudence" au service réanimation de l'établissement hospitalier, car il présentait quelques complications respiratoires. 

"Nous avons donc deux cas en réanimation: le patient touriste de 80 ans, et un homme de 30 ans dont l'état s'est dégradé et qui a besoin d'oxygène dans un service de réanimation", a développé la ministre.

Ce patient "va bien", avait indiqué quelques heures plus tôt le professeur Yazdanpanah de l'hôpital Bichat. Ces deux hommes sont placés à l'isolement dans des chambres spéciales à pression négative, desquelles l’air ne peut pas sortir. Ils se trouvent dans un secteur isolé et fermé du reste du service réanimation de l'hôpital Bichat.

  • Sa compagne n'a "plus de symptômes"

L'état de sa compagne se veut également rassurant. Cette femme de 31 ans, d'origine chinoise, n'a plus de symptômes, selon le professeur Yazdanpanan ce mercredi. Le médecin ne sait cependant pas quand elle pourra sortir de l'hôpital parisien.

  • Le patient bordelais dans un état "rassurant"

Le patient bordelais se trouvait "dans un état stable" lundi, bien qu'il soit toujours hospitalisé au centre hospitalier de Bordeaux, selon le chef du service immunologie de l'établissement. Les médecins se disent prêts à le garder encore sous observation au moins sept jours, car il s'agit d'"un cap emblématique" dans ce genre de virus.

"Je peux confirmer que son état est parfaitement stable", avait déclaré le professeur Denis Malvy, responsable de l'unité "maladies infectieuses et tropicales" de l'hôpital Pelegrin de Bordeaux, précisant qu'il avait "continué à présenter les signes caractéristiques déjà présents à son admission: une fièvre et une toux intense, inconfortable à cause de son côté permanent".

Ce professionnel du monde du vin revenait de "quelques jours" dans la zone de Wuhan, en Chine, mercredi dernier. Au retour de Shanghai via l'aéroport Charles-de-Gaulle puis Bordeaux-Mérignac, ce quadragénaire s'était présenté très rapidement dans un centre de consultation de SOS Médecins à Bordeaux, en raison de fièvre et de toux. 

Jeanne Bulant