BFMTV

Comment assainir son air intérieur sans danger?

Les sources de pollution dans les logements sont nombreuses : tabagisme, moisissures, acariens, produits d’entretien, peintures.

Les sources de pollution dans les logements sont nombreuses : tabagisme, moisissures, acariens, produits d’entretien, peintures. - iStock - belchonock

Des allergologues mettent en garde contre les sprays aux huiles essentielles dans les colonnes du Parisien. Bien que considérés comme plus naturels, ils sont aussi délétères pour la santé que les encens ou autres bougies parfumées.

Ils se posent comme une alternative de plus en plus plébiscitée aux sprays chimiques mais seraient tout aussi dangereux. Les sprays aux huiles essentielles sont à proscrire pour purifier son intérieur, alerte le Syndicat français des allergologues dans les colonnes du Parisien. Car même s'ils se composent d'ingrédients d'origine naturelle et sont vendus en pharmacies ou en magasins "bio", ces gages de qualité ne signifient pas qu'ils ne comportent pas de risque pour la santé.

Ce sont surtout les personnes asthmatiques ou allergiques qui doivent les éviter, au même titre que les bougies parfumées et l'encens. Car qu'ils soient à base d'huiles essentielles ou pas, composés d'ingrédients naturels ou non, ces sprays diffusent dans l'air intérieur des composés volatils (COV), dangereux pour les personnes qui souffrent de difficultés respiratoires.

"Le limonène ou le pinène (extraits du citronnier et du pin) que l'on retrouve dans ces sprays, est exactement la même molécule que celle intégrée dans des produits ménagers chimiques de synthèse vendus en grande surface", explique au quotidien le docteur Denis Charpin, chef du service de pneumologie allergologie à l'hôpital Nord de Marseille.

Un effet cocktail dangereux

Sans compter que ces produits diffusés dans l'air, au fort potentiel allergène, se mêlent aux autres particules qui envahissent l'intérieur (pollen, pollution): gare à l'effet cocktail et aux risques associés. En effet, certaines associations entre les substances présentes dans l’air intérieur et des effets sur la santé sont bien établies.

"La fumée de tabac, l’amiante, le radon, le benzène peuvent provoquer l’apparition de certains cancers, le monoxyde de carbone émis par des appareils à combustion défectueux est la cause d’intoxications", précise l'observatoire de la qualité de l'air intérieur.

Comment alors assainir son intérieur sans pour autant s'exposer à de nouvelles particules dangereuses? Dans un guide spécialisé, le ministère de l'Environnement recommande d'aérer 10 minutes chaque jour, hiver comme été pour renouveler l’air intérieur et réduire la concentration des polluants, et de bien entretenir les voies d'aération. Mais seule la réduction des émissions de polluants à la source peut régler durablement le problème, d'où l'importance de les identifier.

Comment limiter allergènes

Ceux qui dégradent le plus la qualité de l'air intérieur sont au nombre de quatre, selon l'association UFC-Que Choisir. Cette dernière cite les produits chimiques, les moisissures, les acariens et les animaux domestiques. Heureusement, il est possible de limiter leur présence grâce à quelques gestes simples.

Contre le radon, il est possible de mesurer soi-même la présence à l’aide d’un dosimètre (25e environ) tandis qu'une forte concentration en monoxyde carbone peut s'éviter en confiant l’installation des appareils de combustion à des professionnels, en nettoyant régulièrement les brûleurs des cuisinières à gaz et en faisant vérifer la chaudière avant la période de froid (faire faire une fois par an une vérification complète).

Si des moisissures apparaissent, lavez sans délai les surfaces contaminées avec de l’eau de Javel. La principale cause de ces dernières étant l'humidité, il est aussi important de réparer rapidement les fuites et les infiltrations d’eau chroniques. Quant aux produits ménagers, principaux responsables des COV, l'observatoire de la qualité de l'air intérieur recommande de limiter leur nombre au strict nécessaire.

Lors de leurs achats, il est conseillé d'éviter particulièrement les gammes parfumés et les désodorisants, de les stocker loin des sources de chaleur dans un endroit ventilé et de respecter les dosages et les consignes d’utilisation. Mais, considérés comme les allergènes les plus fréquents, ce sont surtout les acariens et poils d'animaux qui nécessitent le plus de geste de prévention.

A commencer par éliminer régulièrement les poussières (sol, tissu d'ameublement). "Les aspirateurs équipés de filtres HEPA (Haute Efficacité pour les Particules Aériennes) sont les plus efficaces pour les retenir", précise le ministère de l'Environnement. Les draps, oreillers et couettes doivent être régulièrement nettoyés et la chambre est une pièce où la circulation des animaux doit être limitée, ces derniers devant qui plus est être brossés à l'extérieur.

Alexandra Bresson