BFMTV

Cluster à Quiberon: la commune ferme ses plages la nuit

La mairie de Quiberon (Morbihan) décide de fermer ses plages et ses parcs entre 21h et 7h du matin, dès ce dimanche soir.

La mairie de Quiberon (Morbihan) décide de fermer ses plages et ses parcs entre 21h et 7h du matin, dès ce dimanche soir. - AFP

Dix-neuf cas de Covid-19 ont été détectés dans la commune bretonne cette semaine.

Après la découverte de plusieurs cas de coronavirus chez des vacanciers et des saisonniers cette semaine, la mairie de Quiberon (Morbihan) décide de fermer ses plages et ses parcs entre 21h et 7h du matin, dès ce dimanche soir. Des jeunes s'y réunissaient pour faire la fête.

"Ce que nous constatons, c'est que tous les cas positifs sur la commune sont des jeunes de 18 à 25 ans. Ils sont liés à des regroupements de plus de dix personnes qui se rejoignent tardivement la nuit sur la Grande Plage. Nous sommes contraints de devoir interdire ces regroupements", explique Gildas Quendo, premier adjoint au maire de Quiberon, cité par France Bleu Armorique.

"Irresponsabilité de la jeunesse"

"Notre souhait, c'est de protéger nos touristes, et de passer un message fort envers une certaine population qui ne prend pas les précautions nécessaires", ajoute-t-il.

Interrogé sur France Inter plus tôt dans la journée, le préfet du Morbihan, Patrice Faure, a lui aussi menacé de prendre des mesures strictes, pouvant aller jusqu'à l'interdiction des "rassemblements de plus de dix personnes en public" ou la fermeture des bars à partir de "19 heures". Il dénonce notamment une "irresponsabilité de la jeunesse".

Une soirée à l'origine d'un foyer épidémique

Dix-neuf cas de coronavirus ont été détectés cette semaine à Quiberon, avec pour origine une soirée dans un bar de la station balnéaire, à laquelle des saisonniers et des vacanciers avaient participé avant d'être testés positifs. Depuis, la préfecture a ordonné vendredi la fermeture administrative pour deux mois du bar en question, L'Hacienda.

Selon Patrice Faure, les équipes de gendarmerie ont été "massivement renforcées".

"Malheureusement, nous sommes en France dans un pays latin et seule la fermeté semble pouvoir faire reprendre raison à certains", a-t-il regretté.     
Fanny Rocher