BFMTV

Carte du déconfinement: pourquoi l'Ile-de-France, Mayotte et la Guyane sont en orange

Le ministre de la Santé Olivier Véran a détaillé les quatre indicateurs de suivi de la circulation du virus, encore active en Île-de-France, à Mayotte et en Guyane.

"Les résultats sont bons sur le plan sanitaire", a annoncé Edouard Philippe ce jeudi au cours de la présentation de la deuxième phase de déconfinement qui doit commencer le 2 juin prochain en France. 

"Si je devais résumer l'ensemble des données que nous allons vous présenter, je vous dirais que les résultats sont bons sur le plan sanitaire", a affirmé Edouard Philippe, avant d'ajouter que "nous restons prudents et nous ne pouvons courir le risque de la désinvolture".

Le ministre de la Santé Olivier Véran a précisé par la suite les indicateurs de suivi de la propagation du virus. Ces derniers sont désormais au nombre de 4. 

  • 1 - Le taux d'incidence

Le premier indicateur est le taux d'incidence, il donne le nombre de personnes infectées sur une semaine sur 100.000 habitants: au-delà de 10 personnes contaminées, l'indicateur atteint le seuil de vigilance, au-dessus de 50, il atteint le seuil d'alerte.

En France, celui-ci atteint en moyenne 6,4. Il est donc en-dessous du seuil de vigilance, mais reste au-dessus de celui-ci pour certains départements, où le nombre de nouveaux cas de contamination reste encore élevé en raison de la constitution de foyers épidémiques, dits aussi "clusters". 

  • 2 - Le taux de positivité des tests PCR

S'agissant des taux de positivité des tests PCR, le taux moyen chez personnes suspectes est de 1,9%, a annoncé Olivier Véran. "Il était plus de 10 fois supérieur en phase épidémique", a précisé le ministre. 

  • 3 - L'indicateur R0

Concernant l'évolution de l'indicateur R0, qui estime le nombre de personnes contaminées pour chaque malade, celui-ci est actuellement de 0,77. Il reste inférieur à 1 à plus de deux semaines du début du déconfinement. Autrement dit, une personne malade contamine en moyenne moins d'une personne autour d'elle. 

  • 4 - Tensions hospitalières en Île-de-France, à Mayotte et en Guyane

Enfin, les capacités hospitalières en lits de réanimation sont toujours prises en compte. L'Île-de-France et Mayotte sont les deux territoires où la tension hospitalière en réanimation reste vigilante (entre 40 et 60% au-dessus des capacités hospitalières en temps normal). 

Les départements en orange sont ceux pour lesquels il y a au moins "deux indicateurs sur quatre" au-dessus des seuils de vigilance, explique le ministre de la Santé. C'est le cas pour Mayotte et la Guyane en raison de la propagation de l'épidémie et des tensions hospitalières, mais également pour tous les départements de l'Île-de-France ayant un taux d'incidence et un taux de patients en réanimation encore élevés.

Hugues Garnier