BFMTV

Cannabis : ces buralistes qui veulent vendre du shit

Les buralistes du Vaucluse sont favorables à l'ouverture de la vente du cannabis dans leurs établissements.

Les buralistes du Vaucluse sont favorables à l'ouverture de la vente du cannabis dans leurs établissements. - -

« 98% des buralistes sont prêts à vendre du cannabis ». C'est en tout cas ce que constate Patrick Bonvoisin, président de la chambre syndicale des buralistes du Vaucluse qui vend chaque jour 80 paquets de longues feuilles à rouler destiné au cannabis.

Le cannabis sera-t-il bientôt disponible dans les bureaux de tabac ? C’est en tout cas ce que souhaite un grand nombre de professionnels du secteur. Lors du séminaire national des buralistes cette année, un vote a été réalisé sur la question. Le résultat est sans appel : « On était 98% à se dire prêt à le faire ! Même s'il y avait un problème de conscience, je le ferais. Si ce n'est pas nous qui le vendons, d'autres s'en chargent », explique Patrick Bonvoisin.

« 80 paquet de feuilles longues par jour, imaginez le nombre de joints ? »

Le buraliste dénonce aussi une forme d'hypocrisie. Car si la vente de cannabis est illégale, il se vend dans les tabacs un véritable arsenal de produits destinés à sa consommation. De la pipe à eau (Bong) aux feuilles aromatisées (Blunt) ou encore des pipes spéciales cannabis, on trouve de tout dans les tabacs. « Et on en vend de plus en plus », note Patrice Bonvoisin, président de la chambre syndicale des buralistes de Vaucluse. « Imaginez qu'on vend 80 paquets de 32 feuilles longues chaque jour rien que dans notre magasin : faites le calcul du nombre de joints que cela représente ! On se rend compte dans notre métier que c'est M.Toulemonde qui fume, la fumette du samedi soir s'est banalisée ».

« Les gamins pourront demander 2 ou 3 joints dans les tabacs ? »

« Cette mesure montre qu’il y a des idiots partout », souligne Serge Lebigot, président de l'association Parents contre la Drogue. Il ne comprend pas cette prise de position des buralistes du Vaucluse. « N’importe quel gamin pourra aller chez le buraliste et demander 2 ou 3 joints ? C’est n’importe quoi !, s'emporte-t-il. Des buralistes qui vendent du cannabis, ça ne se voit dans aucun pays du monde. Même aux Pays-Bas, les buralistes ne vendent pas de cannabis. Non seulement ils ne sont pas formés pour ça mais en plus, la vente d’une drogue… Je veux bien que les buralistes aient des problèmes avec l’augmentation du prix des cigarettes et les clients qui partent de l’autre côté de la frontière, mais de là à vendre n’importe quelle connerie. Et pourquoi pas du crack, de l’héroïne. Si on va dans cette dérive-là, qu’on puisse vendre toutes les drogues, qu’on créée une régie autonome des drogues et on pourra vendre toutes les drogues inimaginables ! Je ne comprends pas du tout le raisonnement ».

Tugdual de Dieuleveult avec H.Perrier