BFMTV

Bien manger coûte plus cher

"Démontré scientifiquement", manger sainement revient plus cher

"Démontré scientifiquement", manger sainement revient plus cher - -

Une équipe de chercheurs de Harvard s'est penchée sur le prix moyen d'une assiette équilibrée, selon les critères établis par l'Organisation mondiale de la santé.

Manger sainement a un prix. Et c'est une étude menée par une équipe de chercheurs de l’Ecole de santé publique de Harvard, repérée par Le Nouvel Obs, qui le prouve. Ainsi, il faut compter 1,10 euros en plus par jour soit environ 400 euros par an.

Plus cher qu'un régime à base d'aliments industriels

On entend par une assiette équilibrée, les bonnes quantités de poisson ou encore de fruits et de légumes, établies par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Pour mener à bien leur étude, les chercheurs ont d'abord "répertorié les prix soit par portion ou par quantité de 200 calories pour certains types d'aliments, et les prix par jour et pour 2.000 calories qui est l’apport calorique moyen recommandée pour les adultes".

Puis ils ont "calculé les coûts en fonction des régimes alimentaires". Apparaît ainsi qu'un "régime riche en fruits, légumes, poissons, noix était plus cher qu’un régime à base d’aliments industriels, de viande, et de céréales raffinées. En moyenne, l’écart était de 1,50 dollar (1,10 euros) pour 2.000 calories".

"Des actions politiques"

S'il est fréquent d'entendre dire que bien manger coûte plus cher, le Professeur Dariush Mozaffarian, l'un des auteurs de l'étude, ne dément pas: "les gens disent souvent que les aliments sains sont plus chers, notre étude en fait la démonstration scientifique", explique-t-il. Une démonstration qui rejoint l'enquête menée en 2008 par "l'Observatoire des prix" mis en place par la fédération des Familles rurales.

La fédération avait calculé que pour avoir une consommation de 400 grammes de fruits ou de légumes au quotidien, une personne devait dépenser 1,17 euro en plus par jour.

Alors quelles solutions pour une alimentation saine à moindre prix? Pour le chercheur américain, seules "des actions politiques peuvent aider à réduire les coûts".

Et de conclure que "la différence de prix est très faible en comparaison avec les coûts économiques des maladies chroniques liées à l'alimentation"