BFMTV

Vague de froid: s'échauffer avant de travailler en extérieur réduit les risques d'accident

Échauffer muscles et articulations avant de démarrer permet de limiter les accidents du travail dans le BTP.

Échauffer muscles et articulations avant de démarrer permet de limiter les accidents du travail dans le BTP. - Matt Maness - CC - Flickr

Entre les chutes, les ports de charges lourdes, le travail pendant les intempéries, le BTP reste le secteur d’activité le plus touché par les risques professionnels. Pour les limiter, Bouygues construction mise sur des exercices physiques collectifs avant de démarrer la journée.

Difficile de travailler dehors à froid, alors que les températures baissent. Alors depuis dix ans, les ouvriers de Bouygues construction s’échauffent en groupe pendant 10 minutes avant de prendre leur poste. "En visitant des chantiers en Asie du Sud Est et au Japon, notamment, la direction s’est faite la réflexion qu'il était possible de mettre en place des échauffements dans cet environnement et que cela limitait l’accidentologie", rapporte Philippe Villain, directeur prévention santé sécurité du groupe Bouygues construction.

Des spécialistes du sport

Il a d'abord mis en place des expérimentations menées par des coach sportifs. Avant de se rendre compte qu’avec la généralisation de la démarche pour les 20.000 employés concernés en France, mieux valait former et missionner des salariés pour qu'ils mènent eux-mêmes ces étirements.

Afin d'éviter la monotonie et de vérifier que les exercices physiques sont bien en adéquation avec les gestes professionnels effectués, un intervenant extérieur spécialiste du sport se rend une fois par mois sur les chantiers. Par ailleurs, les responsables des échauffements repassent par la case formation chaque année.

Baisse des foulures et des maux de dos

"Les compagnons travaillent souvent dans des conditions climatiques difficiles. Ils nous font part de leur ressenti physique et du bienfait des échauffements articulaires, qui diminuent l’accidentologie en début de poste comme les foulures ou les maux de dos", assure Maud Demenois, responsable du pôle ergonomie du géant de la construction.

Moins d'accidents du travail

Depuis une décennie, deux fois moins de salariés ont été arrêtés à la suite d'un accident du travail et le taux de gravité des accidents du personnel de production a diminué dans les mêmes proportions. Une baisse à attribuer à la démarche globale d'amélioration de la prévention dans ce secteur particulièrement sinistré.

L’entreprise s’évertue également à plancher sur des solutions pour limiter le poids des matériaux dans son pôle de recherche développement et à mécaniser au maximum les actions de manutention. Le tout, pour limiter la pénibilité sur les chantiers.

Rozenn Le Saint