BFMTV

Quatre réflexes pour sauver la vie de ses collègues

La formation de sauveteur secouriste au travail enseignent les gestes les plus utiles en cas d'urgence.

La formation de sauveteur secouriste au travail enseignent les gestes les plus utiles en cas d'urgence. - Photos: Rozenn Le Saint

En deux jours de formation de sauveteur-secouriste du travail, vous êtes en mesure de devenir le héros du bureau, en cas d’urgence.

Les fictions à la télévision brouillent parfois le message des actions concrètes à réaliser en cas d’accident. La formation de sauveteur secouriste du travail proposée par la Croix Rouge enseigne comment réagir avant l’arrivée des secours. De la fiction à la réalité, voici quatre conseils utiles pour aider un collègue en cas d'urgence. 

1- Savoir appeler les secours

En cas d'urgence médicale, en général, mieux vaut appeler le Samu au 15 ou le 112, le numéro européen qui vous met en contact avec le service approprié, où que vous soyez. D'ailleurs, "ne raccrochez pas avant d'y être invité. Vous pouvez avoir oublié de mentionner un code d'accès ou autre information primordial pour l'arrivée des secours", indique Philippe Eustache, formateur à la Croix Rouge.

D'autant que contrairement à ce que les films laissent croire, vous n'êtes pas géolocalisables par les secours immédiatement: pour cela, vous devez appeler avec un smartphone et ouvrir une application de géolocalisation comme les cartes interactives.

2- Echanger par texto au 114

Et si vous vous retrouvez dans une situation délicate, caché dans vos locaux, sans pouvoir appeler les secours de vive voix, comme l’ont été les victimes des attentats de janvier et novembre 2015, il est possible de contacter les secours par SMS, au 114. Le numéro, mis en place pour les sourds et malentendants à la base, permet un échange sans bruit. Après avoir mis son téléphone en mode nuit.

3- Sauver de l'étouffement en provoquant la toux

Une bonne blague et c'est le drame. Votre collègue de bureau s'étrangle avec son bout de pain. S'il respire et tousse, pas d'inquiétude, il suffit de veiller à ce qu'il reste assis. "Il ne faut pas lui donner à boire", précise Philippe Eustache, de la Croix Rouge.

En revanche, si son visage vire écarlate, déclenchez le réflexe de toux en le penchant devant et en lui tapant le dos. Si cela ne suffit pas, il faut l'entourer de ses bras et compresser au-dessus du nombril. Si votre collègue est enceinte ou que vous avez les bras trop courts pour faire le tour du ventre de la personne qui s’étrangle, il faut appliquer la pression au niveau du thorax. Même si dans cette position, il arrive que des côtes se brisent au passage. La priorité reste de la sauver de l’asphyxie. Avant d'appeler ensuite les secours pour obtenir un avis médical.

4- Eviter l'hémorragie en bandant la plaie

Un collègue se plante une barre métallique ou un stylo dans la main: l'objet la transperce. Il faut éviter le saignement en premier, le corps contenant seulement cinq litres de sang en moyenne. Alors mieux vaut le laisser dans la main pour éviter l'hémorragie.

Si la plaie est apparente et saigne abondamment, demandez au blessé d'appliquer une pression avec sa main, le temps de trouver un bout de tissu pour absorber, puis entourer la blessure en serrant fort avec un foulard, un collant ou tout ce qui permettra de réaliser le bandage.

Attention à ne pas confondre bandage sur la plaie et garrot. Ce dernier se pratique au-dessus de la blessure en situation extrêmement exceptionnelle: quand l’entaille est trop grande ou qu'un poteau est planté dans la jambe, par exemple. En cas de doute, mieux vaut toujours appeler les secours.

Rozenn Le Saint