BFMTV
Santé

"Autour de 100.000 cas par jour": pour le président du Conseil scientifique, la France est dans une "situation critique"

Jean-François Delfraissy estime qu'il y a "probablement plus de 50.000 cas par jour" en France, et que le chiffre se rapproche plutôt de 100.000 cas quotidiens.

"On est dans une situation très difficile, voire critique", a estimé ce lundi matin Jean-François Delfraissy au micro de RTL. Dimanche, un nouveau sinistre record a été battu, comme au cours des jours précédents: plus de 52.000 cas rapportés positifs ont été recensés en 24 heures.

"Il y a probablement plus de 50.000 cas par jour. On estime au niveau du Conseil scientifique qu'on est plutôt autour de 100.000 cas par jour, deux fois plus parce qu'entre les cas diagnostiqués et les cas qui ne se font pas diagnostiquer, les formes asymptomatiques... Donc on est autour de ce nombre de cas", a indiqué l'immunologiste. "Ca veut dire qu'on a un virus qui circule de façon extrêmement rapide", a-t-il ajouté.

"Nous sommes surpris par la brutalité"

"On avait prévu qu'il y aurait cette deuxième vague, on l'avait répété, dit, même si nous n'avions pas été crus début septembre. Par contre, nous mêmes nous sommes surpris par la brutalité de ce qui est en train de se passer depuis 10 jours, depuis 15 jours", a poursuivi Jean-François Delfraissy quant à la vitesse de propagation du Covid-19.

Pour le médecin, cette vigueur du virus est "peut-être liée à un refroidissement, peut-être que ce virus est relativement sensible au climat, que les gens rentrent plus chez eux, bien sûr, mais que lui-même, le virus de façon intrinsèque, est sensible à la température", a-t-il émis. Une situation qui ne permet plus d'exclure des reconfinements.

"Le mois de novembre sera éprouvant"

Vendredi, Emmanuel Macron a toutefois estimé qu'il était "trop tôt pour dire si on (allait) vers des reconfinements locaux ou plus larges".

"Le mois de novembre sera éprouvant" et "le nombre de morts va continuer d'augmenter", avait déclaré le Premier ministre Jean Castex jeudi dernier lors d'une conférence de presse sur la situation sanitaire.

"La situation hospitalière (...) se rapproche de celle observée au cours de la première vague, après la mi-mars 2020", relève de son côté Santé publique France, cité par l'Agence France-Presse (AFP).

Clarisse Martin Journaliste BFMTV