BFMTV

Allergies: l'ambroisie devrait quadrupler en Europe d'ici 2050

"Ambrosia artemisiifolia" à Périgeux en juillet 2012

"Ambrosia artemisiifolia" à Périgeux en juillet 2012 - Père Igor - Wikimedia - CC

Les concentrations dans l'air du très allergisant pollen d'ambroisie pourraient quadrupler d'ici 2050. La faute principalement au changement climatique.

Un fléau qui va continuer de s'étendre. L'ambroisie, une plante envahissante nord-américaine, dont le pollen provoque de fortes allergies, devrait envahir progressivement toute l'Europe dans les prochaines décennies, selon une étude publiée lundi.

En se basant sur des modèles mathématiques, une équipe de chercheurs français, britanniques et autrichiens a calculé que la concentration en pollens de l'ambroisie allait être multipliée par quatre d'ici à 2050 en Europe. L'étude, coordonnée par Lynda Hanaoui-Laguel, une chercheuse du laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement basé à Gif-sur-Yvette, dans le sud de la région parisienne, a été publiée lundi dans la revue Nature climate change.

Le réchauffement climatique en cause

Les chercheurs attribuent deux tiers de la progression de l'ambroisie au réchauffement climatique qui favorise la croissance de la végétation. Mais ils mentionnent également l'eau de ruissellement et les activités humaines: transport routier, voies ferrées, pratiques agricoles...

"Il est aujourd'hui nécessaire de mettre en place une gestion coordonnée de cette plante invasive au niveau européen par un suivi sur le long terme des pollens et une cartographie de la présence des plantes", met en garde le CNRS dans un communiqué.

Introduite en Europe à la fin du 19e siècle, l'Ambrosia artemisiifolia est une plante pouvant atteindre jusqu'à 2 mètres de hauteur et produisant de petites fleurs qui peuvent causer des allergies. Rhinites, conjonctivites, trachéites, crises d'asthme, parfois graves, font partie des symptômes.

Une éradication très difficile

L'ambroisie est déjà présente dans le centre et dans le sud de l'Europe, notamment en Italie du nord ainsi que dans un grand quart sud-est de la France - Bourgogne, Auvergne et Rhône-Alpes - où des campagnes d'arrachage sont régulièrement organisées. Mais son éradication est très difficile car elle envahit des zones non cultivées autour des zones habitées.

Le nord de l'Europe, le nord de la France ou le sud de la Grande-Bretagne pourraient être bientôt fortement touchées. L'allergie aux pollens toucherait de l'ordre de 30% des adultes et jusqu'à 20% des enfants en France, selon un rapport de l'Anses, publié l'an dernier. Le pic de pollinisation a lieu entre août et septembre.

A. D. avec AFP