BFMTV

À Noisy-le-Sec, des vaccins sans rendez-vous au pied des immeubles

Des barnums ont été installés dans le quartier du Londeau pour faciliter l'accès aux injections. Vendredi, l'opération se déroulera du côté de La Sablière.

Se faire vacciner devant chez soi. C'est la possibilité qu'a décidé d'offrir la mairie de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) à une partie de ses administrés. Des barnums ont été installés dernièrement au pied des immeubles du quartier du Londeau. La vaccination y est encore ouverte ce jeudi de 10 heures à 16h30.

Les habitants interrogés par BFM Paris se réjouissent unanimement de cette intiative, donnant accès à des injections sans prise de rendez-vous préalable. "On vient à l'heure qu'on veut", confirme l'un d'eux.

Autre avantage: la proximité. "Je suis très très content, abonde un autre habitant. Je profite de l'occasion que ce soit en bas de chez moi pour le faire. En cas de demande, de justificatif, ça fait que je l'ai, je suis libéré". Une administrée complète: "Je ne suis pas toujours disponible. Je garde ma petite-fille, je ne veux pas la trimballer dans les hôpitaux. C'est juste à côté." "Ici c'est Pfizer, je préfère venir ici. C'est l'occasion ou jamais", ajoute une dernière.

"Le premier critère, c'est les gens de la cité"

Avec cette opération, Olivier Sarrabeyrouse, maire de la commune, souhaitait ouvrir la vaccination à un public plus large que celui défini par les critères gouvernementaux.

"Le premier critère, c'est des gens de la cité, souligne l'élu communiste. On a élargi à la fois aux enseignants, aux agents qui sont en contact avec les enfants ou avec la population."

"Prendre un rendez-vous, pour certains habitants, c'est compliqué, fait-il remarquer. Doctolib, tous les dispositifs... Venir au pied de son immeuble, dans sa cité, sans rendez-vous, je pense que tout le monde n'a pas conscience de la facilité que ça génère."

Une opération similaire à Saint-Ouen?

Sept membres de la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) ont été mobilisés pour procéder aux injections, précise Aurélie Combas-Richard, directrice générale de l'agence de Seine-Saint-Denis. "Nous adapterons en fonction du nombre d'appartements, note-t-elle. S'il faut une personne de plus, on mettra une personne de plus."

Elle assure que l'opération porte ses fruits, "qu'il y a un besoin des populations". "On va continuer, poursuit l'intéressée. On est déjà en train de travailler sur une opération en partenariat avec la mairie de Saint-Ouen."

En attendant, c'est dans le quartier de La Sablière, à Noisy-le-Sec, que seront établis les barnums vendredi.

Narjisse Hadji, Dah Magassa et Ariane Limozin avec Florian Bouhot