BFMTV

Yves Jégo espère "enrichir" le programme de Fillon

Yves Jégo, premier vice-président de l'UDI, soutient François Fillon à l'élection présidentielle.

Yves Jégo, premier vice-président de l'UDI, soutient François Fillon à l'élection présidentielle. - AFP

Le premier vice-président de l'UDI espère "enrichir" le programme de François Fillon, pour l'élection présidentielle. Il explique que celui-ci sera "un peu différent" du projet présenté lors de la primaire à droite.

Yves Jégo, premier vice-président de l'UDI, et soutien de François Fillon, a dit mercredi espérer "enrichir" le programme de François Fillon pour la présidentielle. 

"Le projet politique de François Fillon, candidat à la présidentielle devant les Français, sera un peu différent de celui du projet politique de François Fillon candidat à la primaire devant les électeurs de droite", a déclaré le député de Seine-et-Marne à l'antenne d'Europe 1.

"L'UDI a intégré son comité stratégique pour être pleinement dans cette majorité, pour travailler avec lui, pour définir le périmètre de notre présence dans la future Assemblée nationale mais aussi le projet politique", a-t-il poursuivi, précisant qu'il souhaitait "enrichir" et non pas "infléchir" le programme du candidat.

François Fillon a "rassemblé la droite" et doit "faire l'union avec le centre"

"Il est légitime, il a gagné haut la main, il a rassemblé la droite, il a fait la synthèse de son camp", a par ailleurs rappelé Yves Jégo à propos du large vainqueur de la primaire de la droite. "Aujourd'hui il y a un autre défi c'est de faire l'union avec le centre", a-t-il ajouté.

L'élu centriste a par exemple assumé une position divergente avec François Fillon sur la loi Taubira, n'étant "pas favorable à ce qu'on y touche", alors que François Fillon veut l'amender sur son volet adoption.

Par ailleurs Yves Jégo, à la fois député de Seine-et-Marne et maire de Montereau-Fault-Yonne, a affirmé qu'il respecterait la loi sur le non-cumul des mandats, que François Fillon ne souhaite pas remettre en question. "Je me représenterai aux élections législatives. Si je suis réélu député, je resterai simple conseiller municipal de Montereau", a-t-il assuré.

A.Mi avec AFP