BFMTV

Wauquiez: "La primaire ne doit pas être un pugilat de petites phrases"

Laurent Wauquiez, président par intérim du parti Les Républicains, a rappelé que la primaire de la droite et du centre devait être un combat d'idées, sur le fond et non "un pugilat de petites phrases".

Laurent Wauquiez, président de conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, et désormais président par intérim du parti Les Républicains, est ce dimanche l'invité de BFM Politique.

Chargé du bon déroulement de la primaire de la droite et du centre, Laurent Wauquiez a rappelé que la campagne ne devait pas être "un pugilat de petites phrases".

"Il y a une ligne de conduite (...), c'est une vraie bataille d'idées et un vrai débat sur le fond. La primaire ne doit pas être un pugilat de petites phrases" a déclaré Laurent Wauquiez, qui espère une primaire sans "attaques personnelles et coups bas, car ça n'a pas de sens".

Ce dimanche après-midi, le candidat de la primaire François Fillon a attaqué directement son rival Nicolas Sarkozy et ses affaires judiciaires, en posant la question :"Qui imagine le général De Gaulle mis en examen?".

"Le parti doit rester neutre"

Lors de cette primaire, Laurent Wauquiez n'a pas caché son soutien à l'égard de Nicolas Sarkozy. Mais il s'agit là d'un "engagement personnel", a-t-il précisé.

"Le parti, lui, n'est aux côtés d'aucun candidat. Il doit rester neutre", a affirmé le nouveau dirigeant. "Je veillerai à ça avec une très grande exigence" a-t-il promis.

C'est la première fois que Laurent Wauquiez s'exprime en tant que nouveau patron des Républicains. Il en a pris la tête le 23 août dernier, à la suite de la démission de Nicolas Sarkozy.