BFMTV

Villeneuve-sur-Lot : Hamon évoque « une dynamique favorable au FN »

Benoît Hamon, ministre délégué à l'Economie Sociale et Solidaire

Benoît Hamon, ministre délégué à l'Economie Sociale et Solidaire - -

Le Monde daté de jeudi publie une interview de Benoît Hamon. Le ministre délégué à l'Economie sociale et solidaire estime que la dynamique dont bénéficie actuellement le Front national, notamment dans la législative pour la circonscription de Villeneuve-sur-Lot, repose en partie sur des « résultats qui se font attendre ».

Les candidats de l'UMP et du FN se disputeront dimanche le siège de député de la troisième circonscription du Lot-et-Garonne, l'ancien fief de Jérôme Cahuzac. Après l'élimination dès le premier tour du candidat socialiste, Benoît Hamon, ministre délégué à l’Economie sociale et solidaire, estime dans un entretien au journal Le Monde qu'il « ne faut pas être dans le déni ». Au-delà de l'exemple précis de Villeneuve-sur-Lot, Benoît Hamon estime que les résultats de la politique gouvernementale qui se font attendre bénéficient au Front national.

« Le mensonge de Jérôme Cahuzac... »

« Il y a évidemment un contexte particulier : le mensonge de Jérôme Cahuzac, une élection partielle, une gauche qui réussit mieux quand elle est rassemblée... », note-t-il. « Mais le fait que l'on perde 14 000 voix en un an et que le FN augmente en dépit d'une participation en baisse, montre qu'il y a une dynamique favorable à l'extrême droite », déplore le ministre. Selon lui, cette dynamique « repose, pour une partie des classes moyennes et populaires, sur des résultats qui se font attendre ». « Dans une France démolie par le chômage de masse depuis dix ans, beaucoup de Français se détournent du politique », décrit Benoît Hamon.

« La droite c’est la caporalisation »

Guillaume Balas est le secrétaire général du mouvement Un monde d'avance, think-tank de l'aile gauche du PS, le courant de Benoît Hamon. Selon lui, le ministre a raison de secouer le gouvernement dans cette interview. « Benoît Hamon a raison, c’est le moment et si on ne le fait pas maintenant on nous le reprocherait. C’est son devoir de dire quand il faut faire attention. Il y a pertinence dans cette démarche car nous sommes la gauche et pas la droite. La droite c’est la caporalisation, il y a un chef auquel on obéit quoi qu’il se passe. Nous, nous sommes profondément démocratiques donc il faut certes respecter et soutenir ceux qui sont en responsabilité mais on pense que la responsabilité est collective et c’est celle de la gauche et du Parti Socialiste. Il est donc tout à fait normal à gauche de débattre et de trouver des solutions ensemble ».

Tugdual de Dieuleveult avec B.Smadja