BFMTV

Vers la fin de l'obsolescence programmée ?

-

- - -

Le Sénat examine à partir de ce mardi une proposition de loi du sénateur écologiste Jean-Vincent Placé, pour lutter contre l'obsolescence programmée des produits manufacturés. Une stratégie qui pousse le consommateur à remplacer plus souvent et plus rapidement ses biens.

Il fut un temps où les industriels étaient heureux de mettre en avant la fiabilité et la résistance de leurs produits. Ce temps semble révolu. La nouvelle manie de certains industriels, c’est au contraire de fabriquer des produits dont la durée de vie ne doit pas être trop longue ou qui sont irréparables une fois en panne, pour inciter le consommateur à racheter le produit en question. C’est l’obsolescence programmé, un terme désormais familier du consommateur, qui ne peut pas y faire grand-chose. C’est pourquoi le Sénat se penche à partir de ce mardi sur cette question, à l'initiative du sénateur écologiste Jean-Vincent Placé qui a déposé une proposition de loi pour lutter contre cette obsolescence des produits manufacturés.

« Les télés duraient beaucoup plus longtemps avant »

Ce sont principalement des téléviseurs, des téléphones portables ou des appareils ménagers qui sont ainsi programmés dès leur conception pour avoir une durée de vie ou d'utilisation limitée. « Le but, c'est de fabriquer pas cher et de faire renouveler les achats », explique Bernard, qui gère un magasin de réparations et dépannages d’électro-ménager et de matériel hi-fi à Marseille. Et justement Marie-France vient faire réparer son téléviseur, un écran plat acheté il y a 3 ans seulement : « C'est un problème d'interrupteur, et c'est fort dommage parce que pour un petit interrupteur la télé ne marche plus. Elles duraient beaucoup plus longtemps auparavant ».

« Un matériel on l'achète pour qu'il dure ! »

David, lui, c’est avec ses plaques de cuisson qu’il a eu un problème : « Une plaque de cuisson d'une marque assez connue s'était mise à ne plus fonctionner. J'ai découvert un petit condensateur qui avait brûlé. J'ai fait changer ce condensateur et maintenant la plaque fonctionne parfaitement. On m'avait proposé de changer une plaque de programme complète qui m'aurait couté 300 euros. Le petit condensateur m'a coûté 5 ou 6 euros. Tout est fait pour que l'on consomme et que l'on change nos appareils ». « On est très choqué puisqu'un matériel on l'achète pour qu'il dure, s’insurge Odile Le Turc, responsable de l’antenne marseillaise de l’UFC-Que Choisir. Il faut qu'on puisse le changer par choix et non parce qu'il est en panne ».

On consomme deux fois plus de ressources naturelles qu'il y a trente ans

L’obsolescence programmée à des conséquences sur notre portefeuille, mais aussi sur la planète. La France consomme actuellement 50% de ressources naturelles en plus qu'il y a 30 ans et chaque Français rejette 500 kg de déchets en moyenne par an, sans compter les déchets indirects issus de la production.
Dans sa proposition de loi, le sénateur écologiste Jean-Vincent Placé propose, outre des sanctions financières, de porter progressivement de deux à cinq ans la garantie légale des produits, voire à terme jusqu'à dix ans, pour inciter les fabricants à produire des biens plus durables et les consommateurs à les conserver plus longtemps.

Philippe Gril avec Guillaume Robelet