BFMTV

Valls sur RMC : « Accueillir Snowden, je n'y suis pas favorable »

Manuel Valls, ministre de l'Intérieur

Manuel Valls, ministre de l'Intérieur - -

Ce jeudi matin JJ. Bourdin recevait M. Valls sur RMC et BFMTV. Le ministre de l'Intérieur a commenté le limogeage de Delphine Batho et la sécurité routière. Il s'est aussi expliqué sur l'affaire d'espionnage par les Etats-Unis. Il s'est dit défavorable à l'accueil d'Edward Snowden par la France.

Invité sur RMC et BFMTV de 8h35 à 9h, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls revient bien évidemment ce jeudi matin sur le limogeage de Delphine Batho qui doit s’exprimer sur le sujet dans la journée. Manuel Valls revient aussi sur son impopularité auprès des maires anti mariage pour tous depuis que le ministre de l’intérieur a transmis une note aux préfets leur demandant de sanctionner les élus récalcitrants. Le ministre de l’Intérieur doit aussi commenté la plainte déposé par 13 personnes contre l’état pour contrôle au faciès. Il devrait aussi donner son point de vue sur la politique de sécurité routière et les radars en particulier. 

Sur Nicolas Hinard invité sur RMC ce jeudi matin à 7h10

8h58 - Manuel Valls : « Cette promesse lui a été faite. Je vais examiner son cas de manière favorable. C'est un homme courageux. Nous devons soutenir ceux qui nous aident. Je crois qu'il mérite cette promotion ».

Sur les radars en panne

8h56 - Manuel Valls : « Non 20% des radars ne sont pas hors service. Il y en a quelques-uns. Il faut être prudent avant ces grands départs en vacances. L'objectif c'est 2 000 tués sur les routes contre 3 600 aujourd'hui ».

Sur la Bac Nord de Marseille

8h55 - Manuel Valls : « Les policiers ont repris le travail... c'est une décision de justice. Mais beaucoup n'ont pas repris le travail dans les Bouches-du-Rhône ».

Sur les contrôles au facies

8h53 - Manuel Valls : « Le contrôle au faciès doit cesser. C'est du racisme. Il y a un code de déontologie. Il y a aussi une réforme de l'inspection générale de la police nationale. Tous les citoyens pourront la saisir. Et cet automne les policiers porteront leur nom et leur numéro de matricule sur leur uniforme ».

Sur la proportionnelle

8h51 - Manuel Valls : « Il faut davantage de proportionnelle au Sénat, c'est en cours. Il faut aussi la parité dans les départements. Mais instaurer de la proportionnelle va engendrer un découpage. Il faudrait que cela se fasse avant 2016. Si demain il y a une part de proportionnelle le découpage devra être arrêté en 2016 ».

Sur le non-cumul des mandats

8h48 - Manuel Valls : « Un sénateur ne pourra plus être responsable d'un exécutif local. 300 amendements sont discutés à partir de ce matin ».

Sur le droit de vote des étrangers

8h46 - Manuel Valls : « Aujourd'hui, nous avons des jeunes qui ne vont pas voter. Le droit de vote des résidents étrangers ne va pas résoudre ce problème. Mais c'est un engagement de François Hollande pour lequel il faut une majorité qualifiée. Mais François Hollande a annoncé qu'il y aurait un report ».

Sur Delphine Batho

8h43 - Manuel Valls : « C'est une décision prise par le Premier ministre et le président à partir de ses critiques publiques du budget. C'est une grande travailleuse elle a été une très bonne porte-parole pendant la campagne. Mais il faut être solidaire du gouvernement ».

Sur l'accord de libre-échange

8h41 - Manuel Valls : « C'est la commission européenne qui négocie. Il y aura aussi dès lundi des explications sur l'affaire de l'espionnage ».

Sur l'espionnage

8h39 - Manuel Valls : « Obama a dit qu'il donnerait des explications. Je les ai demandées et nous avons besoin de ces explications. Il faut être prudent. S'il y avait des caméras à l'ambassade de France à Washington ce serait très grave. Nous n'avons pas besoin d'espionner des pays amis. Si les Etats-Unis nous espionnent ce serait grave, il faudrait qu'il cesse »

Sur Edward Snowden

8h35 - Manuel Valls : « Snowden n'a pas demandé l'asile. La France n'a pas reçu de demande. S'il faisait une demande il faudrait y prêter attention, je n'y suis pas très favorable. Ce serait très compliqué. C'est un agent des services américains. Les Etats-Unis ne sont pas une dictature. Pour des raisons juridiques, le dossier est complexe ».

Revivez la matinale de Bourdin & Co du 4 juillet

Tugdual de Dieuleveult avec Jean-Jacques Bourdin