BFMTV

Un élu communiste veut interdire les sites porno

Jean-Jacques Candelier à l'Assemblée Nationale.

Jean-Jacques Candelier à l'Assemblée Nationale. - Jacques Demarthon - AFP

Le porno hors de nos écrans: c'est le rêve de l'élu communiste Jean-Jacques Candelier, qui souhaite aboutir à un blocage a priori de tous les sites proposant des contenus pour adultes.

La consultation de sites pornographiques sur Internet ne fait pas l'unanimité au Parlement. Dans une question écrite au gouvernement, le député communiste Jean-Jacques Candelier a proposé que les sites porno soient bloqués "par défaut" lors de la navigation sur Internet. En clair, quiconque voudrait visiter un site coquin s'en verrait refuser l'accès par un message d'erreur.

Une mesure déjà évoquée outre-Manche

Dans le texte de sa question écrite, repérée par Next INpact, le député se demande "si le Gouvernement entend lutter contre ce fléau en proposant un code d'accès pour les sites à caractère pornographique ou en les bloquant par défaut comme l'envisage David Cameron au Royaume-Uni".

Le Premier ministre britannique avait en effet lancé l'anathème sur le porno en ligne en 2013, estimant qu'il représentait un risque pour la jeunesse de son pays. Après avoir évoqué une interdiction totale, David Cameron avait finalement adouci sa position en faisant voter une loi imposant aux fournisseurs d'accès à internet (FAI) l'installation d'un filtre sur tous les contenus pornographiques. Un filtre que l'internaute doit lui-même désactiver pour accéder aux contenus les plus chauds. Problème, le filtre s'est révélé trop vaste et bloquait également l'accès à des sites de protection de l'enfance.

En France, un tel filtre existe, mais c'est l'internaute qui choisit, ou non, de l'activer. Le député Candelier attend désormais la réponse de la secrétaire d'Etat chargée de la Famille, Laurence Rossignol.

Paul Aveline