BFMTV

UMP: Sarkozy, Mariton et Le Maire rassemblés autour de Sens Commun

Nicolas Sarkozy lors d'un meeting à Saint-Etienne, 13 novembre 2014.

Nicolas Sarkozy lors d'un meeting à Saint-Etienne, 13 novembre 2014. - Jeff Pachoud - AFP

VIDEO - Ce samedi, les trois candidats à la présidence de l'UMP, Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire et Hervé Mariton, se succéderont à la tribune du meeting de Sens Commun, l'association affiliée à l'UMP et née des cendres de la Manif pour tous.

Tous ont répondu présent. Les trois candidats à la présidence de l'UMP, Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire et Hervé Mariton, vont participer au meeting de l'association Sens Commun, organisé ce samedi après-midi dans la salle de l'Equinoxe, dans le quinzième arrondissement de Paris. L'événement se veut le premier grand meeting national du mouvement, né en décembre 2013 au sein de l'UMP, dans la continuité de la Manif pour tous

Les trois invités se succéderont tour à tour à la tribune, mais ne devraient pas se croiser.

Lutte contre la loi Taubira

Si l'ancien chef de l'Etat a mis longtemps avant de décider de venir, Hervé Mariton et Bruno Le Maire avaient, eux, répondu positivement à l'invitation depuis déjà quelque temps. Les trois hommes devraient notamment expliquer ce qu'ils comptent faire de la loi Taubira.

Car Sens Commun a fait de l'abrogation de la loi sur le mariage pour tous son cheval de bataille. Ses cinq fondateurs, Sébastien Pilard, Madeleine Bazin de Jessey, Faraj Benoît Camurat, Arnaud Bouthéon et Marie-Fatima Hutin, ont en commun d'avoir tous manifesté contre l'ouverture du mariage et de l'adoption aux couples homosexuels, l'année dernière. Objectif avec Sens Commun: poursuivre le combat contre la loi Taubira au sein de l'UMP.

Plus de 5.000 adhérents

L'association, fondée en décembre 2013, quelques mois après l'agitation du débat autour du mariage pour tous, directement affiliée au principal parti d'opposition, revendique aujourd'hui plus de 5.000 adhérents qui sont, de fait, également membres de l'UMP. Au-delà de cette affiliation, Sens Commun compte bien peser sur la ligne du parti, et a publié dans cette optique un manifeste, en octobre dernier, "La droite que nous voulons", signé par plusieurs membres de l'UMP comme le député de la Haute-Loire Laurent Wauquiez, l'ancien ministre Eric Woerth, ou encore le député des Yvelines, Henri Guaino.

Des positions différentes

Un manifeste sur lequel seront invités à réagir les trois candidats à la présidence de l'UMP, qui rappelleront ce samedi leur position sur le mariage pour tous. Celles de deux d'entre eux sont d'ores et déjà connues. En première ligne des cortèges de la Manif pour tous en 2013, le député de la Drôme Hervé Mariton est un fervent opposant à la loi Taubira, dont il veut l'abrogation. Bruno Le Maire, lui, est favorable à une réécriture du texte, tout comme le candidat à la primaire UMP pour 2017, François Fillon.

La position de Nicolas Sarkozy, elle, reste plus floue. Début octobre, lors d'un meeting, l'ex-président de la République a tenté de l'éclaircir, en faisant comprendre qu'il n'est pas pour une abrogation de la loi, mais plutôt pour une réécriture, "parce que nous ne pouvons pas accepter la GPA pour les couples homosexuels comme hétérosexuels". Mais la clarification définitive de sa position s'avère désormais nécessaire, à l'heure où son grand rival dans la course à l'Elysée, le maire de Bordeaux Alain Juppé, s'est dit pour la première fois "favorable" à l'adoption par les couples de même sexe, et a affirmé dans un entretien aux Inrockuptibles qu'il ne reviendrait pas sur le mariage pour tous s'il était élu en 2017.

A.S.