BFMTV

Tour Triangle: Hidalgo "reprendra le projet" en cas de vote négatif

Maquette au 1/200e de la Tour Tirangle, par l'agence suisse Herzog & de Meuron, le 3 novembre 2014.

Maquette au 1/200e de la Tour Tirangle, par l'agence suisse Herzog & de Meuron, le 3 novembre 2014. - Joël Saget - AFP

La Tour Triangle du 15e arrondissement de Paris, projet controversé de gratte-ciel de 42 étages et de 180 mètres de haut, est défendue bec et ongles par Anne Hidalgo. L'élue en a exposé sa vision aux Echos.

La maire PS de Paris, Anne Hidalgo, s'est dite mercredi "déterminée" à faire aboutir le projet de Tour Triangle, porté par Unibail-Rodamco, assurant qu'elle "reprendrai(t) le projet" en cas de rejet du projet actuel lors du prochain Conseil de Paris, lundi et mardi.

"Je reprendrai le projet, je continuerai à travailler. J'ai pris le risque de porter ce dossier sur la place publique. Et il s'agit de la toute dernière étape (...) Je n'abandonnerai pas à ce stade", affirme Anne Hidalgo dans un entretien au quotidien Les Echos.

Une salle de congrès, une pépinière d'entreprises?

L'édile renouvelle et précise son offre de faire évoluer le projet en fonction des propositions des élus. "Il y a déjà des équipements publics, mais si certains élus souhaitent aller plus loin pour renforcer la cohérence avec le Parc des Expositions, en créant des espaces de congrès, une pépinière d'entreprises, cela me paraît possible. On peut aussi réfléchir à la question de la desserte en transports du site".

L'ancienne adjointe de Bertrand Delanoë à l'urbanisme rappelle les arguments qui plaident en faveur de la construction de la tour. Le projet "véhiculera une image moderne, attractive de la capitale". Il créera de l'emploi, assure-t-elle, en faisant travailler 5.000 salariés sur place, apportera des ressources fiscales et répondra à la demande des entreprises pour des espaces de bureaux "vastes, neufs, modernes". "Comment Paris pourrait refuser le plus gros investissement privé fait sur son territoire ces dernières années?" s'interroge-t-elle.

Anne Hidalgo affirme "respecte(r)" la cohérence des écologistes, qui "ont toujours été hostiles au projet", même si elle n'est "pas d'accord avec leurs arguments, notamment parce que cette tour a été imaginée par des architectes très soucieux des questions environnementales et que ce souci, qui a été intégré dans le projet, a même fait progresser la recherche".

Hidalgo à NKM: "La campagne est finie"

La maire de Paris se montre en revanche très critique vis-à-vis de la droite et de ses "revirements" depuis "l'irruption de Nathalie Kosciusko-Morizet". "Elle en fait un sujet de clivage, de positionnement, au lieu de chercher l'intérêt des Parisiens, d'être sur le fond des dossiers. Elle pense qu'en gagnant sur la Tour Triangle, elle va me battre, m'affaiblir. Elle pense que dire 'non' au projet, c'est dire 'non' à Anne Hidalgo. C'est irresponsable, la campagne est finie", poursuit-elle.

Réagissant à cette interview, le porte-parole du Collectif contre la Tour Triangle, Olivier Rigaud, a rappelé sur Twitter que le directeur des grands projets urbains à Unibail, Vincent Ferat, avait affirmé en 2011 que la Tour ne pouvait accueillir de centre de congrès. "Un centre de conférences (...) nécessite d'avoir un espace de plain pied sans poteaux, ce qui, pour une tour, devient plus compliqué, et d'avoir de très hauts plafonds, ce qui est peu compatible avec le projet", avait expliqué Vincent Ferat lors d'une réunion publique sur le projet.

Avancée aux prémices du projet, l'idée d'installer au sein de la tour un hôtel, un centre de congrès ou une pépinière d'entreprises a été rapidement écartée.

D. N. avec AFP