BFMTV

Toulouse : l'UMP propose des cours de soutien scolaire gratuits

-

- - -

La fédération de Haute-Garonne de l'UMP va proposer à partir de mai des cours de soutien scolaire gratuits tous les samedis matins. Des cours dispensés au sein de la permanence du parti à Toulouse. La gauche crie au scandale.

Imaginez vos enfants travaillant sur des exercices de mathématiques ou de Français, sous une affiche à la gloire de l’UMP ou le portrait présidentiel de Nicolas Sarkozy. Peut-être êtes-vous choqués par cette perspective ? Peut-être au contraire vous en moquez-vous ? Cette idée en tout cas fait polémique à Toulouse, où la fédération UMP de Haute-Garonne va proposer à partir de mai des cours de soutien scolaire, tous les samedis matin, dans les locaux mêmes de la fédération. Des cours gratuits et ouverts à tous les enfants et adolescents qui le souhaitent. Le soutien scolaire devrait être assuré par des militants ou sympathisants UMP. Le président de la fédération a envoyé un appel au bénévolat aux 5 000 militants de Haute-Garonne.

« C'est de la drague »

François Briançon, maire adjoint de Toulouse et président du groupe PS au conseil municipal y voit un sacrilège : « Le rôle d'un parti politique c'est de faire de la politique, ce n'est pas de faire du soutien scolaire. Est-ce qu'il y a derrière une volonté de se "mettre bien" avec une partie de l’électorat ? Si c'est le cas, c'est pitoyable. Qu'est-ce qui va être donné comme cours, dans les locaux d'un parti politique en plus ? Qui sont les personnes qui vont les donner, des militants politiques ? Quel va être le contenu, le suivi ?... C'est aussi prendre une responsabilité importante. Ce n'est pas la mission des partis politiques. Il y a là, de mon point de vue, une dérive inquiétante ». Même sentiment du côté de la FCPE, la Fédération des parents d’élèves : « C'est de la drague, c'est une approche vers les jeunes, s'agace son secrétaire général, Gérard Rinaldi. L'éducation n'est pas là pour ça. Donc approcher les jeunes par le biais de l'éducation, ça me semble dangereux ».

« Apporter de l'aide à des familles en difficulté »

L’UMP se défend de faire du prosélytisme et assure s'ouvrir ainsi à la société dans le sens de la « révolution civique » voulue par Jean-François Copé, président de l'UMP. « C'est destiné à tous les enfants et tous les parents qui souhaitent aider leurs enfants, qu'ils soient adhérents ou non de l'UMP, qu'ils soient sympathisants ou non de l'UMP, assure Elisabeth Pouchelon, la conseillère régionale UMP à l'origine de cette proposition. Le but, ce n'est pas de draguer, ni d'augmenter les adhérents de l'UMP. Nous ne nous mettons pas en concurrence avec les enseignants, nous voulons simplement apporter de l'aide à des familles qui sont en difficulté et je pense qu'on ne peut pas nous faire ce reproche ».

« C’est comme si un prof de droite nous donnait un cours »

Et les lycéens, eux, qu’en pensent-ils ? « Moi je trouve ça normal, ça ne dépend pas d'un parti, chacun fait ce qu'il veut », estime Camille, 16 ans, sur RMC. « C'est comme si un prof de droite, nous donnait un cours en fait », croit savoir Jules, un autre lycéen. Quant à Alexia, 17 ans, pour elle, « c’est de la propagande. Je ne trouve pas ça normal ».

Philippe Gril avec JW. Forquès