BFMTV

Thème 3: Les filières

BFMTV

« On va réformer les filières pour faire en sorte qu’il y ait, en licence notamment, un socle commun d’apprentissage, qui fasse que l’on puisse avoir des passerelles »

J-J B : Rénover les sciences humaines c’est les ouvrir à d’autres matières, apprentissage d’une langue par exemple, c’est ça ?
V P : C’est tout le paradoxe : aujourd’hui, dans tous les pays du monde, on est dans des économies de service, c'est-à-dire la communication, le tourisme, les métiers du social…Dans une économie de service, les sciences humaines sont la meilleure des formations parce que c’est réfléchir sur le monde dans lequel on vit, c’est la culture générale, c’est l’expression écrite, l’expression orale, c’est un honnête homme au 21ème siècle. Or, aujourd’hui, nous avons des filières des sciences humaines dont les étudiants croient, parce que c’est l’héritage de l’histoire, qu’ils sont uniquement voués aux métiers de l’enseignement et un petit peu aux métiers de la fonction publique. Je leur dis aujourd’hui qu’on va rénover leur formation pour leur ouvrir le champ des possibilités. Avec cette formation, on peut être enseignant, mais d’autres portes doivent pouvoir s’ouvrir à des métiers de l’économie française aujourd’hui.

J-J B : Est-ce que vous allez supprimer des filières non rentables ?
V P : On ne va pas faire ça, on va réformer les filières pour faire en sorte qu’il y ait, en licence notamment, un socle commun d’apprentissage, qui fasse que l’on puisse avoir des passerelles. Moi je veux des ponts et des passerelles, je ne veux plus cette université où l’on est dans une voix et si la voix est une impasse on se cogne contre le mur et on ne peut rien faire. Je veux par exemple faire des passerelles avec les grandes écoles, entre les formations, je veux qu’à la fin de la première année, voire même à la fin du premier semestre, si on s’est trompé, qu’on puisse récupérer les crédits qu’on a eu dans le premier semestre et aller dans une autre licence.

J-J B : Il y aura donc des conseils de réorientation qui seront mis en place ?
V P : Des conseils de réorientation mais surtout vraiment un socle commun en première année, car c’est l’année fondamentale. Une année où on apprend le métier d’étudiant. Ce qui me revient beaucoup des étudiants c’est le sentiment d’être lâché tout seul, c’est chacun pour soi et c’est la jungle. Je crois qu’il faut les accompagner, leur donner les connaissances mais aussi des compétences.

La rédaction-Bourdin & Co