BFMTV

Thème 3 : La modernisation du marché du travail

BFMTV

« Je veux de la sécurisation des parcours professionnels »

J-J B : Syndicats et patronats vont se retrouver au siège du Medef vendredi pour parler modernisation du marché de travail. Le patronat espère allonger la période d’essai du CDI, vous êtes favorable à ça ?
X B : Ça dépend ce qu’il y a en face comme contre partie pour le salarié parce que si c’est la modernisation du marché du travail avec tous pour les entreprises et par grand-chose pour les salariés, alors je ne marche pas et ça m’étonnerait d’ailleurs d’être le seul à réagir comme ça.

J-J B : Et quelle pourrait être la contre partie ?
X B : Il faut beaucoup de choses dans la corbeille. C’est d’ailleurs le sujet pour lequel j’étais à Strasbourg hier et que je porte au niveau européen, c’est la fameuse flexysécurité. Je veux de la sécurisation des parcours professionnels : un salarié qui est licencié doit avoir la garantie de garder sa mutuelle ou ses contrats de prévoyance pendant un certain temps, pour lui et pour sa famille, qu’on puisse lui garantir qu’il va avoir une bonne formation pour pouvoir s’adapter au marché du travail. Il faut redonner confiance.

J-J B : Qui doit financer tout ça ?
X B : Il y a aujourd’hui notamment tous les fonds de l’assurance chômage. Il faut redonner confiance, on n’a rien sans rien dans une négociation. Il faut bien évidemment qu’on puisse avoir un marché du travail plus flexible à une condition, c’est qu’il y ait beaucoup plus de garanties pour les salariés. L’accord qui semble se dessiner, j’ai l’impression qu’il n’a jamais été autant possible qu’aujourd’hui parce que les esprits ont profondément évolués, qu’on s’aperçoit aujourd’hui que la négociation est la meilleure voie possible, que même les syndicats reconnaissent qu’il y a des avancées.

J-J B : Donc on allongera la période d’essai des CDI, vous n’êtes pas contre ?
X B : Je ne suis pas forcément contre en fonction des contre parties.

J-J B : Et qui donnera les garanties ?
X B : Je ne veux pas faire celui qui ne veut pas répondre mais on est dans une négociation où je n’aurai pas du vous dire tout ce que je vous ai déjà dit. Les partenaires sociaux disent à chaque fois que le Gouvernement reste à l’écart et je veux leur apporter des réponses. Je sais qu’ils parlent de période d’essai, j’aimerai bien qu’on parle autant de garanties pour les salariés avec en plus un autre principe important pour moi c’est que le nouveau contrat de travail dont ils parlent ça doit forcément rester un contrat de travail à durée indéterminée et que d’autre part le licenciement s’il intervient doit forcément être justifié. Je ne veux plus de contrat à l’avenir dans lequel on pourrait licencier quelqu’un sans lui dire pourquoi. Il faut des règles : il faut qu’il y ait ait des espaces de liberté mais aussi de vraies garanties. En ce qui concerne le Gouvernement, nous n’irons dans cette logique que s’il y a encore une fois un équilibre entre les avantages pour les entreprises et pour les salariés.

J-J B : Une loi ?
X B : Il y aura effectivement un texte s’il le faut, en début d’année, parce que c’est un sujet qui est important et urgent. Les partenaires sociaux nous ont demandé jusqu’à la fin de l’année pour pouvoir avancer sur ce sujet mais en tout état de cause je crois aujourd’hui que les voies d’un accord sont aujourd’hui réunies. Ce qui est important dans ce que je dis c’est que vous avez les partenaires sociaux autour de la table, et si les organisations de salariés donnent leur accord, c’est donc que ce nouveau contrat, cette modernisation, va forcément dans le bon sens.

La rédaction-Bourdin & Co