BFMTV

Terrorisme: Valls annonce un nouveau plan contre la radicalisation

Manuel Valls lors de sa conférence de presse du 9 mai.

Manuel Valls lors de sa conférence de presse du 9 mai. - Eric Feferberg - AFP

A la sortie d'une réunion interministérielle, le Premier ministre a présenté lundi matin son plan "contre la radicalisation et le terrorisme". Constitué de 80 propositions, il mêle l'ancien et le nouveau. Voici les mesures essentielles.

L’objectif est de de contrer le pouvoir de séduction des groupes jihadistes sur les jeunes et de venir en aide aux individus déjà radicalisés ou en passe de le devenir. Le Premier ministre Manuel Valls a annoncé lundi lors d’une conférence de presse à Matignon un "nouveau plan d’action contre la radicalisation et le terrorisme". Celui-ci est constitué de 80 mesures, certaines étant déjà connues. L’idée est d’abord de doubler les capacités de prise en charge de jeunes susceptibles de basculer dans le jihadisme.

L’entourage de Manuel Valls avait déjà avancé en amont de cette réunion que "1.600 jeunes et 800 familles bénéficient, sur la base du volontariat, d’un suivi". Les chiffres de la radicalisation sont pourtant bien plus importants à en croire, toujours, Matignon cité par l’AFP: "Le phénomène concerne 2.000 personnes identifiées dans les filières syro-irakiennes et près de 9.300 personnes signalées pour radicalisation".

"Le grand défi de notre génération"

Manuel Valls a abondé en ce sens lors de sa conférence de presse: "La lutte contre le jihadisme est sans doute le grand défi de notre génération." Le Premier ministre a alors précisé sa pensée et a déclaré qu’un centre de réinsertion pour personne radicalisées ou susceptibles de basculer dans le jihad allait être créé dans chaque région de France d’ici à fin 2017. Le premier devrait ouvrir à Beaumont-en-Véron, en Indre-et Loire, selon Le Parisien.

Les structures plus classiques de lutte contre la délinquance seront aussi mobilisées à travers des formations spécifiques enseignant la prise en charge de la déradicalisation. Mais sans moyen, ces instances auraient peu de chances de rencontrer un quelconque résultat. C’est pourquoi le Fonds interministériel de prévention de la délinquance recevra 40 millions d’euros supplémentaires d’ici à 2018.

Pour chapeauter et coordonner l’action de ces nouveaux établissements et des anciens, le gouvernement va mettre en place une cellule nationale de coordination et d’appui. Soucieux de vaincre également l’Etat islamique au cœur de son discours de propagande, le Premier ministre à évoquer la création d’un "conseil scientifique permanent", qui sera chargé de tisser davantage de liens entre chercheurs et fonctionnaires de l’antiterrorisme.

Le PNR va bientôt entrer en vigueur

Manuel Valls ne veut pas cantonner la lutte contre la radicalisation dans les limites de l’Hexagone, rappelant l’entrée en vigueur progressive en Europe durant l’été du PNR (PNR pour "Passenger Name Record" c’est-à-dire "registre des noms de passagers"), un registre recensant les données des individus voyageant en avion sur le continent.

Tous les dispositifs présentés par Matignon ne sont pas exactement des nouveautés. Mais, si les enquêtes administratives concernant des personnes situées à des postes sensibles évoquées aujourd’hui existent déjà par exemple, il faut s’attendre à les voir se multiplier. Elles seront même étendues dans le cadre de la préparation des "grands événements". L’Euro de football commence, après tout, dans seulement un mois.

Ce matin sur RMC, Jean-Jacques Bourdin et son équipe sont revenus sur le volet éducatif du plan de Manuel Valls.

R.V (avec AFP)