BFMTV

Une majorité de Français favorables à la "multiplication" des référendums

Plus d'un Français sur deux réclame plus de référendums pour faire vivre la démocratie. (illustration)

Plus d'un Français sur deux réclame plus de référendums pour faire vivre la démocratie. (illustration) - AFP

Que la consultation soit d'initiative populaire ou organisée par le pouvoir en place pour approuver une grande réforme, les Français souhaitent être consultés davantage dans les urnes sur les grands choix du pays, révèle une étude de la Fondation Jean-Jaurès.

Péril annoncé pour la démocratie dans les prochaines années, remise en cause de la représentativité des élus de la Nation, défiance générale envers les partis politiques... les Français dépeignent à la Fondation Jean-Jaurès un tableau plutôt sombre de l'état de notre République. Pour nos concitoyens, le réinvestissement dans la chose publique passe par "une démocratie plus directe et plus 'citoyenne' et participative". 

L'enquête réalisée par l'Institut Viavoice indique que "55% des Français pensent que 'multiplier' les référendums serait utile à la démocratie". Et "75% plébiscitent le recours à des référendums d'initiative populaire". 

Les thèmes choisis catégorisent cependant une proximité des enjeux: "aménagement du territoire (64%), politiques sociales (63%), éducation et santé (62%)". Même le regain d'influence souhaité sur "les décisions de la France dans l’Union européenne (58%)" recouvre des problématiques concrètes pour les personnes interrogées.

Le peuple veut la parole

A l'inverse, d'autres domaines comme "la sécurité et la justice, la politique économique et budgétaire, la politique étrangère ou de défense", soit en gros le périmètre des fonctions régaliennes de l'Etat, sont décrites comme "relevant en priorité des décisions des responsables politiques"

Pour régénérer la démocratie, le référendum et la simple consultation s'imposent. La fondation Jean-Jaurès rappelle que le dernier référendum date de mai 2005 et portait sur le projet de Constitution européenne, rejeté par les Français et les Néerlandais. Un texte assez semblable dans son contenu, mais participant d'une intention politique différente reviendra en 2008 devant le Parlement français sous la forme du traité de Lisbonne.

"Le système représentatif n'est plus un idéal"

Quant au référendum d'initiative populaire ("partagée" est le vocable exact) créé en 2008, la Fondation Jean-Jaurès souligne le "cadre restrictif" dont il fait l'objet. Rappelons que sa mise en œuvre requiert le soutien d'un cinquième des membres du Parlement (soit 185), et la signature (sous neuf mois et sous forme électronique) de 10% des électeurs inscrits, soit environ 4,6 millions de Français.

Il reste la consultation simple, plébiscitée par 71% des personnes interrogées. Celle-ci se ferait en ligne, le but étant "d'utiliser les outils numériques pour favoriser l'expression citoyenne".

A l'heure du "bilan", la Fondation Jean-Jaurès pointe que "le système représentatif n'est plus considéré, aujourd'hui, comme un idéal".