BFMTV

Le 11 novembre doit rester férié pour 84% des Français

L'"Anneau de la Mémoire" réunit dans une fraternité posthume près de 580.000 combattants venus du monde entier, tombés sur les champs de bataille de la Première Guerre mondiale

L'"Anneau de la Mémoire" réunit dans une fraternité posthume près de 580.000 combattants venus du monde entier, tombés sur les champs de bataille de la Première Guerre mondiale - Michel Spingler - AFP

Sondage BFMTV - 87% des Français estiment en outre qu'il faut continuer de commémorer l’armistice du 11 novembre 1918, selon les résultats d'un sondage Elabe pour BFMTV publié mardi.

87% des Français estiment qu'il faut continuer de commémorer l’armistice du 11 novembre 1918, selon les résultats d'un sondage Elabe pour BFMTV publié mardi, à la veille de la date anniversaire. De même, 84% des personnes interrogés pour cette étude jugent que ce jour doit resté férié, ce qui est le cas depuis 1922, soit quatre ans après la fin de la Première guerre mondiale.

Dans le détail, 55% des sondés assurent que cette commémoration est "tout à fait justifiée". Un taux élevé qui "témoigne combien cette date et plus globalement la Première guerre mondiale sont profondément inscrites dans la mémoire collective française", analyse l'institut Elabe pour BFMTV.

Le quart nord-est du pays plus attaché au devoir de mémoire

Ce résultat se vérifie au sein de toutes les catégories de population interrogées, sans distinction d’âge, de classe sociale, de région de résidence ou encore de préférence partisane des personnes interrogées. Néanmoins, on constate un pic à 59% chez les 18-24 ans et à 68% chez les ouvriers.

Enfin, l’attachement à la commémoration du 11 novembre 1918 atteint 91% (Justifié plus tout à fait justifié) dans le quart nord-est du pays, où ont notamment eu lieu les batailles de la Marne et de la Somme.

Les sympathisants de gauche plus attachés au jour férié

Sur la question du statut "chômé" du 11 novembre, les personnes interrogés de plus de 65 ans y sont moins attachées (68%) que les plus jeunes sondés. En effet, 93% des 18-24 ans estiment que ce jour doit rester non travaillé comme 90% des 35-49 ans. 

Enfin, 89% des sympathisants de gauche militent pour conserver ce jour férié contre 73% de leurs homologues de la droite et du centre.

Méthodologie

La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Echantillon de 1.002 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Interrogation par Internet les 9 et 10 novembre 2015.